« 100 000 étoiles » par Google : explorez la Voie lactée depuis votre navigateur

La Voie lactée est composée de 200 milliards à 400 milliards d’étoiles. Google en a répertorié et localisé 100 000. Une carte en 3D vous permet d’aller à leur rencontre depuis votre navigateur internet. L’expérience « 100 000 stars » est tout simplement sublime et envoûtante.

Visualiser l’emplacement précis de chaque étoile dans notre galaxie n’est pas trivial. Cela nécessite un travail colossal et quasiment infini (à l’échelle humaine) puisqu’il y aurait au moins 200 000 milliards d’étoiles dans la Voie lactée. La représentation 3D est également nécessaire pour les visualiser et les localiser.

Au gré d’une nouvelle expérience Google, la firme de Mountain View a dressé une carte 3D répertoriant plus de 100 000 étoiles située dans la Voie lactée. Il s’agit des étoiles les plus proches du Soleil. Ce sont les images et les données en provenance de plusieurs source dont la NASA (National Aeronautics and Space Administration) et l’ESA (European Spatial Agency), qui sont ici utilisées.

Depuis un navigateur internet supportant WebGL, CSS3D et Web Audio, vous pouvez dès maintenant découvrir l’environnement stellaire du Soleil. En utilisant simplement votre souris ou bien votre trackpad, il vous suffit de zoomer et dézoomer pour explorer notre galaxie. Précisément, en zoomant, on découvre les noms des plus grosses étoiles situées à proximité du Soleil. En cliquant sur un nom, des informations sont données sur l’étoile en question avec un rendu de celle-ci.

système solaire Google Presse Citron 451x300 100 000 étoiles par Google : explorez la Voie lactée depuis votre navigateur

En zoomant, apparaissent en vedettes le nuage d’Oort, cet ensemble sphérique singulier composé d’innombrables corps, mais aussi la star des stars, l’étoile que l’on connaît tous, j’ai nommé, le Soleil. Plus terre à terre, ou plutôt plus planète à planète, se profilent les planètes du système solaire, une poussière dans la Voie lactée.

Dans le coin supérieur gauche, se trouve le bouton « visite » qui vous embarque dans un voyage céleste avec les plus belles vues de notre galaxie.

Google a pensé à tout et pendant que vous jouerez les explorateurs galactiques, vous serez bercé par la musique envoûtante composée par Sam Hulick, qui n’est autre que le compositeur du célèbre jeu vidéo Mass Effect.

(source)

10 commentaires

  1. Je me trompe, ou Google nous oblige encore à utiliser Chrome ?…
    Je n’aime VRAIMENT pas cette méthode…

  2. @ JFH : Quand on m’offre un bon repas, je ne vais pas me plaindre d’aller le prendre dans le restau de celui qui l’a préparé :)

  3. google oblige à utiliser Chrome ? je sais pas..
    Le truc c’est que ça demande une techno que les autres navigateur ne supporte pas.

  4. Il y a de quoi rêver. Je crois que c’est basé sur three.js qui permet de faire de belles choses en Javascript 3D. Bien sûr, nous savons que nous ne visiterons aucune de ces étoiles de notre vivant :). Pour la plupart, leur lumière met de nombreuses années à nous parvenir. Plus un objet est loin et plus sa lumière a mis du temps à venir jusqu’à nous, les objets les plus distants de l’univers nous permettent de remonter dans le temps presqu’à son origine…

  5. Affolant, j’arrête pas de dire que d’ici quelques années on aura des maisons gratuites Google, et plus je le dis, plus j’en suis convaincu.

    Voilà encore un projet qui démontre les infinies possibilités de Google à gérer tout ce qu’il veut.

  6. @Zeb ça ne me poserait pas de problème si j’étais certain d’avoir encore le choix du resto dans 2 ans. J’aime les produits Google en général, je les utilise beaucoup. Mais Chrome est plus gourmand en mémoire que Firefox, d’où mon choix. Et j’aimerais avoir ce choix encore longtemps.
    Mais pardon, je suis hors-sujet !
    J’arrête là, il doit y avoir des articles qui traitent de ça pas bien loin…

Lire les articles précédents :
Qobuz : LA plateforme musicale Haute Définition… C’est l’Hebdo Musique et Web

Chers internautes, pour cette chronique hebdomadaire, nous n'allons ni parler Spotify, ni Deezer, mais d'un (pas si) nouveau service très...

Fermer