7 ingr√©dients pour faire na√ģtre une id√©e : le math√©maticien C√©dric Villani nous r√©v√®le sa recette

Pour s’inspirer, voici quelques conseils donn√©s par ce chercheur, « star » mondiale des math√©matiques.

J’ai eu la chance d’assister √† une conf√©rence de C√©dric Villani, le brillant math√©maticien fran√ßais qui a re√ßu la m√©daille Fields en 2010, la plus prestigieuse r√©compense de sa discipline. Il venait rencontrer les √©tudiants de l’√©cole d’informatique Epita pour leur parler de 2 sujets passionnants : les Bell Labs et les √©l√©ments qui permettent la naissance d’une id√©e dans un contexte scientifique et d’innovation.

Les deux sujets sont intiment li√©s puis que les Bell Labs ont su faire na√ģtre une quantit√© impressionnante d’id√©es qui se sont ensuite transform√©es en projets et en produits qui ont chang√© nos vies. L’expression¬†Bell Labs d√©signe un laboratoire de recherche n√© aux Etats-Unis dans les ann√©es 1920, qui a compt√© jusqu’√† 12 000 chercheurs. On leur doit notamment les premiers calculateurs, les premi√®res transmissions d’images √† distance pour la t√©l√©vision, l’invention du transistor, de la premi√®re cellule de batterie solaire, du syst√®me d’exploitation Unix, du laser, des premiers satellites… Rien que √ßa !

C’est sous la forme d’un commentaire de l’ouvrage La Fabrique des id√©es de Jon Gertner sur les Bell Labs que C√©dric Villani raconte l’histoire de ce laboratoire scientifique. Il s’attarde sur ce qui peut expliquer pourquoi ces¬†chercheurs¬†ont √©t√©¬†si inventifs et si prolifiques. Aux Bell Labs, rien n’√©tait laiss√© au hasard, jusqu’√† l’agencement des b√Ętiments, volontairement organis√©s autour de longs couloirs : les chercheurs ne pouvaient que se croiser, ce qui favorisait les √©changes.¬†Des r√®gles avaient aussi √©t√© √©tablies, comme l’interdiction pour un ing√©nieur de « s√©duire une secr√©taire » ou pour un sup√©rieur de s‚Äôimmiscer dans les recherches des subordonn√©s. Les chercheurs devaient par ailleurs c√©der leurs droits de propri√©t√© intellectuelle pour un dollar symbolique. Il ne touchaient aucune r√©mun√©ration sur les brevets d√©pos√©s puis exploit√©s. Malheureusement, ces chercheurs √©taient brillants mais leur organisation a progressivement d√©clin√© au¬†profit d’autres laboratoires qui se sont av√©r√©s √™tre plus dou√©s en business.

Partant de cette r√©flexion sur le cadre propice aux id√©es institu√© par les Bell Labs, et revenant sur son exp√©rience personnelle de chercheur, C√©dric Villani ¬†livre son analyse en 7 points : les 7 ingr√©dients n√©cessaires pour faire na√ģtre une id√©e.

1 – La bonne documentation

La quantit√© d’informations disponible est souvent tr√®s grande. La meilleure mani√®re, pour¬†ne pas se noyer dans les donn√©es, consiste √† d’abord avoir une vision claire de¬†ce que l’on cherche puis de la formuler de mani√®re tr√®s pr√©cise. Ensuite, il suffit de bien d√©finir ce dont on a besoin pour arriver √† l’objectif.

2- La motivation

« C’est l’ingr√©dient le plus important et le plus myst√©rieux de tous. Personne ne sait vraiment ce qui motive les gens ».¬†C√©dric Villani pointe du doigt le¬†danger num√©ro un qui p√®se sur la science : la baisse de motivation des jeunes chercheurs. La motivation pourrait s’expliquer par des signaux auxquels on est expos√© dans la petite enfance, explique-t-il, en montrant une image du court-m√©trage de Disney,¬†Donald au pays des math√©magiques, qu’il regardait quand il √©tait petit. √ätre motiv√© passe aussi par le fait de faire des projets, « d√®s le plus jeune √Ęge » insiste-t-il. Dans son ouvrage Th√©or√®me vivant qui raconte le cheminement des recherches qui l’ont conduit √† l’√©laboration du th√©or√®me pour lequel il a √©t√© r√©compens√© de la m√©daille Fields, il d√©taille¬†tous les obstacles qui se mettent en travers de son chemin. « On y croit et c’est irrationnel », confie-t-il aux √©tudiants.

cedric-villani-faire-naitre-une-idee-2

3 -L’environnement

Les bons environnements s’entendent √† l’√©chelle d’un bureau, d’un laboratoire, d’une √©cole…voire d’une ville. Il nous apprend qu’apr√®s Pers√©polis, le Paris des ann√©es 1900 est parfois cit√© comme un des environnements les plus¬†innovants. Il est donc important de rechercher les conditions qui nous sont favorables pour √™tre cr√©atif.

4- Les échanges

La collaboration est essentielle, m√™me sur des disciplines comme les math√©matiques o√Ļ cela ne semble pas forc√©ment √©vident de prime abord. Sur un projet, il faut avoir les bons processus¬†pour communiquer avec ses collaborateurs. C√©dric Villani √©voque m√™me des exp√©riences de collaboration massive, sous la forme de sites web o√Ļ des centaines de math√©maticiens travaillent ensemble sur un th√©or√®me, o√Ļ « chacun va apporter sa pierre pour faire une seule d√©monstration ».

5 – Les contraintes

« Si vous n’√™tes pas contraint par les bons facteurs, vous ne serez pas motiv√© pour avoir des id√©es nouvelles ». C√©dric Villani fait le parall√®le avec les arts, o√Ļ l’importance des contraintes, pour « √™tre super innovant » est bien connue. Il cite deux¬†exemples. Celui d’un morceau de musique, uniquement compos√© de notes « la », et o√Ļ « il faut jouer sur toutes les variantes de rythmes et d’intensit√© pour que ce ne soit pas ce qu’on ait entendu de plus ennuyeux« , et celui d’un roman de 300 pages de l’√©crivain Georges Perec √©crit avec la prouesse de ne pas utiliser la lettre « e ». Il s’agit d’un exercice de style qui s’appelle¬†lipogramme¬†(et que je devrais peut-√™tre essayer pour √™tre plus cr√©ative dans l’√©criture de mes articles ūüėČ )

cedric-villani-faire-naitre-une-idee

6 – L’impr√©gnation

C√©dric Villani se sert d’une¬†anecdote personnelle pour expliquer l’importance de l’impr√©gnation : la¬†remarque d’un √©l√®ve¬†lors d’une le√ßon qu’il donnait au Coll√®ge de France, chaque semaine √† Paris, qui lui sugg√®re d’am√©liorer son expos√© sur un point pr√©cis. Il rentre √† Lyon, o√Ļ il vivait √† l’√©poque. Il passe la semaine enti√®re √† chercher comment faire cette am√©lioration, en vain. Un peu en panique √† l’id√©e de n’avoir pas de nouveaux √©l√©ments √† apporter au cours suivant, il se rend √† la gare pour prendre son train pour Paris, et moment de s’asseoir sur son si√®ge, l’illumination arrive ! Il a enfin trouv√© la¬†r√©ponse √† la probl√©matique qui tournait non-stop dans sa t√™te depuis une semaine. Ainsi, l’illumination est plus √† m√™me d’arriver apr√®s une tr√®s forte p√©riode d’impr√©gnation. A force de r√©fl√©chir et de travailler, le probl√®me devient partie int√©grante de vous, et dans des moments parfois inattendus la solution appara√ģt !

7- La chance

« De temps en temps, un coup de chance se produit. Il faut le rep√©rer et lui sauter dessus ». ¬†C’est tr√®s important dans la carri√®re d’un chercheur, c’est m√™me l’une des « 2 ou 3 qualit√©s les plus importantes ». L√† encore, il illustre son propos d’une anecdote personnelle o√Ļ au d√©but de sa carri√®re, une mauvaise id√©e √† donn√© lieu √† un bon calcul qui est devenu la base d’un bon raisonnement.

Mais la bonne id√©e peut se faire attendre, m√™me si on suit ces 7 conseils : « si on ne supporte pas de s√©cher, il ne faut pas faire le job de math√©maticien. », conclut C√©dric Villani. Cette conclusion¬†parlera s√Ľrement √† ceux qui se lancent dans l’entrepreneuriat ou qui, plus largement, cherchent √† innover.


4 commentaires

    • H√©l√®ne Quaniaux on

      Vraiment ravie que √ßa vous ai plu, et merci pour ce commentaire ! ūüôā
      (j’ai ador√© aller l’√©couter √† l’Epita !)

Répondre

Send this to friend