A quoi pense Barack Obama aujourd’hui ?

Barack Obama, intrônisé dieu vivant avant même qu’il n’ait pris ses fonctions, qui du coup paraissent presque secondaires. Obama EST d’abord le Messie, et ensuite, éventuellement, président des USA, mais c’est accessoire. Car contrairement à Bush qui était condamné d’avance, celui-ci est, dans un grand mouvement de balancier tout aussi irrationnel, absous d’avance. (Photo David

Barack Obama, intrônisé dieu vivant avant même qu’il n’ait pris ses fonctions, qui du coup paraissent presque secondaires. Obama EST d’abord le Messie, et ensuite, éventuellement, président des USA, mais c’est accessoire. Car contrairement à Bush qui était condamné d’avance, celui-ci est, dans un grand mouvement de balancier tout aussi irrationnel, absous d’avance.


(Photo David Katz/Obama for America)

Tant mieux, il paraît que nous avons besoin d’icônes, et pas seulement pour illustrer nos blogs.

Au-delà du ramdam médiatique, il y a un homme qui s’apprête à affronter le destin d’une vie, d’un pays, d’une planète. Probablement, et paradoxalement, un très grand moment de solitude en perspective, à la mesure de l’espoir placé en lui, et du renouveau qu’il incarne.

Je me suis toujours demandé ce que faisait un président juste après sa prise de fonction, avant de rentrer dans le concret. Ce moment bizarre et probablement très calme, comme entre deux tempêtes, à une heure avancée de la nuit ou aux petites heures du matin, après les fastes de la prise de pouvoir, quand la marée humaine et médiatique s’est retirée, et que le gars redevient un homme comme les autres. Juste un peu plus seul. Juste avec un peu plus le destin du monde entre ses mains.

Est-il envahi par le doute ? A-t-il peur, simplement ? Prend-il sa fonction à bras le corps en convoquant dès l’aube ses conseillers pour marquer immédiatement de son empreinte le mandat qui débute ? Va-t-il regarder ses enfants dormir ? Boire une bière devant un match de foot ou un épisode de Heroes (histoire de s’habituer à son nouveau statut) ? Défaire deux trois cartons parce-que sinon ce fichu déménagement ne sera jamais terminé, et que demain je vais encore mettre 2 plombes à retrouver mon rasoir ?

Ou bien va-t-il simplement se coucher sans traîner parce-que « Chérie j’ai une grosse journée demain, je dois apprendre par cœur le code pour l’arme nucléaire » ?

En fait, tout se résume à une question : comment fait-il pour supporter toute cette pression ? Président, c’est un métier. Ca reste aussi un mystère.

Invité
20 janvier 2009

Je ne sais pas à quoi il pense exactement, en revanche ceux qui l’ont déifié feraient bien de commencer à penser aux lendemains qui déchantent et à la facture qu’on va tous payer pour ses choix politiques (et la facture sera mondiale).

Non que McCain était meilleur, mais que le Messie fabriqué par les medias ne va pas multiplier les pains sans nous envoyer la note de son boulanger…

Invité
Pierre
20 janvier 2009

A quand la désillusion Obama ?

Invité
20 janvier 2009

Facile… il pense à moi :-)

Invité
20 janvier 2009

« Bon, dans quelques heures, j’rentre à ma nouvelle s’baraque ! »- …Bref …

Invité
20 janvier 2009

Très joliment dit Eric.

Invité
20 janvier 2009

On peut aussi voir les choses autrement. Il a le rôle de super manager … du monde, des US mais plus sérieusement de son équipe. Je ne pense donc pas qu’il soit si seul que cela, il a une armée de conseillers et d’exécutants avec lui. Il pense surement à manager au mieux ce joli monde, histoire de ne pas trop mettre le bordel dans notre monde !
A sa place, je me taperai bien un sprint dans les couloirs de la Maison Blanche en hurlant « Je suis le roi du Monde » ! Faut bien aussi qu’il y ait du fun !

Mais n’oublions pas un truc, il reste le président des Etats Unis et il sera au mieux le Messie des Américains mais surement pas du reste du monde.

Invité
Anis
20 janvier 2009

Un président, ça ne pense pas, ça agit.
hahahahahahahahahaha

Invité

[...] recensons  déjà Presse-Citron, Freenews, Vous [...]

Invité
20 janvier 2009

Comme tu l’as dit Eric, je pense qu’il n’a pas le temps de penser. Et heureusement d’ailleurs parce qu’à ce niveau si tu penses tu t’arrêtes tout de suite et tu vomis tellement tu stresses.
En revanche, tout le monde parle d’Obama comme si c’était le Messie mais il ne faut pas oublier qu’Obama est américain et il reste un ultra libéral (ne l’oublions pas et ça m’a fait bien rire d’entendre Ségolène ce matin dire qu’il s’était inspiré du PS). N’oublions pas non plus qu’Obama est pour la vente libre des armes aux USA, qu’il souhaite retirer les troupes américaines d’Irak mais pour les mettre en Afghanistan… Donc Monsieur Obama c’est mieux que Bush certes mais c’est loin d’être un exemple.

 
Lire les articles précédents :
Neopodia, un média d’abord pensé pour les mobiles

La progression inexorable de l'internet mobile est également celle de l'accès à la connaissance dans n'importe-quelle situation, et conduit les...

Fermer