A son tour, LinkedIn demande la transparence au gouvernement US

LinkedIn fait appel à la justice américaine pour demander le droit de publier des chiffres relatifs aux demandes de données d’utilisateurs liés à la sécurité nationale américaine.

Dans un communiqué de presse, le réseau social professionnel LinkedIn s’est adressé à ses utilisateurs en leur expliquant sa politique de transparence par rapport aux traitements des demandes formulées par les Etats pour accéder à des données confidentielles de ses membres.

De ce fait, comme tous les six mois (et surtout après les révélations d’Edward Snowden qui ont bouleversé internet), LinkedIn a publié les nouvelles statistiques concernant ces demandes. Celles-ci incluent celles formulées par différents gouvernements du globe, sauf certaines émanants des Etats-Unis. En effet, le gouvernement US interdit au service web de publier des chiffres concernant les requêtes liées à la sécurité nationale. Après avoir tenté de négocier, LinkedIn a annoncé qu’il a déposé une requête auprès de la justice pour réclamer le droit d’offrir plus de transparence à ses utilisateurs.

Le « Transparency Report » partiel de LinkedIn

Ce rapport partiel publié par LinkedIn nous permet de réaliser que le réseau social professionnel est peut-être moins impacté par ces requêtes que ses compétiteurs. Rappelons que Facebook a dernièrement publié son rapport mettant en lumière des dizaines de milliers de demandes, concernant des dizaines de milliers de comptes Facebook. Et la France aurait demandé à « espionner » 1.598 comptes Facebook. Tout cela se serait déroulé lors des six premiers mois de 2013.

Chez LinkedIn, c’est nettement moins élevé. Au total, 83 demandes auraient été formulées à LinkedIn, lors de la même période (janvier à juin 2013). Et devinez quoi ? La France n’est pas concernée par le rapport. Pourtant, l’Hexagone compte actuellement plus de 6 millions de membres LinkedIn. La majorité des demandes proviendraient des Etats-Unis, suivi de loin par le Royaume-Uni. Le taux de traitement aurait été de 49 %. Bien évidemment, le rapport ne considère pas les demandes américaines liées à la sécurité nationale.

Rappelons que LinkedIn n’est pas le seul à faire face à ce problème. Nous pouvons citer Marissa Mayer, CEO de Yahoo, ou encore Ladar Levision,  le fondateur du service e-mail crypté Lavabit qui n’a pas été en mesure de révéler les circonstances exactes qui l’ont poussé à mettre la clé sous la porte.

Par rapport à ces chiffres, que pouvons-nous conclure ? LinkedIn est-il un réseau plus « sain » que Facebook ? Où tout s’explique-t-il par la différence du nombre d’utilisateurs de Facebook et LinkedIn ?

(Source)


Un commentaire

  1. « Par rapport à ces chiffres, que pouvons-nous conclure ? LinkedIn est-il un réseau plus « sain » que Facebook ? Où tout s’explique-t-il par la différence du nombre d’utilisateurs de Facebook et LinkedIn ? »

    Réponse : les deux mon capitaine, d’une part il y a nettement moins de monde sur LinkedIn et d’autre part LinkedIn étant un réseau de « professionnels » le profil des utilisateurs est plus réduit.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Dante’s Inferno, un poème qui inspire un jeu vidéo qui deviendra un film
Dante’s Inferno, un poème qui inspire un jeu vidéo qui deviendra un film

Dante's Inferno, ou quand un poème inspire un jeu vidéo qui lui-même deviendra un film. Le templier Dante apparaitra prochainement...

Fermer