A un an des prochaines élections, l’Allemagne évoque déjà les fake news

Angela Markel est préoccupée par le problème des fake news qui a affecté la dernière élection présidentielle américaine.

angela-merkel

Après l’élection de Donald Trump, Facebook et Google ont annoncé qu’ils allaient priver les sites web qui diffusent de la désinformation de revenus publicitaires. Et plus tard, Mark Zuckerberg a même annoncé une série de mesures visant à limiter les portées des articles mensongers sur le réseau social.

Si on évoque autant les fake news depuis cette élection, c’est parce qu’après l’annonce de la victoire de Donald Trump, les différentes plateformes sur la toile ont été critiquées pour ne pas avoir fait assez pour limiter la désinformation sur le web, qui aurait pourtant aidé Trump à remporter la course à la Maison Blanche. Et comme Facebook est le numéro un des réseaux sociaux, il a été l’un des sites les plus visés par cette polémologie.

L’Allemagne est préoccupée

Alors que les prochaines élections législatives en Allemagne n’auront lieu que dans un an, Berlin semble déjà préoccupé par ce problème, craignant que de la même manière qu’ils ont influencé l’élection présidentielle aux USA, les articles mensongers influencent également ses élections législatives de 2017.

La semaine dernière, devant le parlement allemand, Angela Merkel (qui compte briguer un quatrième mandat en 2017) a évoqué le problème, craignant une manipulation de l’opinion via les sites de désinformation :

« Quelque chose a changé – alors que la mondialisation avance, le débat (politique) a lieu sur un environnement médiatique complètement différent. Les opinions ne sont plus formés de la même manière qu’elles l’étaient il y a 25 ans, déclare la chancelière, citée par AFP. Aujourd’hui, nous avons les sites de fausses information, les bots et le trolls […] ».

Par ailleurs, il est à noter que selon des chercheurs cités par le Wahington Post, la semaine dernière, la Russie, via son organe de propagande, aurait soutenu la campagne de Donald Trump en diffusant des articles de désinformation sur les réseaux sociaux.

(Source)


Un commentaire

  1. Je ne dois pas être loin de la vérité en disant qu’à peu près tous les dirigeants politiques démocratiquement élus l’ont été, en partie, grâce à des fausses informations.

    Mais bon, ça sera bientôt du passé si les géants de l’Internet mettent en place des systèmes de censure… D’ailleurs, qui va contrôler l’information qui circule sur ces réseaux ? Qui va décider de la pertinence ou de la véracité des propos ?

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
lenovo
Lenovo serait particulièrement intéressé par le rachat de la division PC de Samsung

Lenovo qui cherche à se renforcer un peu plus sur le marché des PC serait intéressé par le rachat de...

Fermer