Abus de position dominante : Android pourrait aussi avoir des problĂšmes aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, la FTC pourrait aussi enquĂȘter sur la maniĂšre dont Google utilise son systĂšme d’exploitation Android pour booster ses autres services.

Android usa pixabay

Pour Google, il est tout Ă  fait possible d’utiliser le systĂšme d’exploitation Android (qui est open-source) sans passer par ses services. Mais pour la Commission EuropĂ©enne, la firme de Mountain View abuse de sa position de leader sur le marchĂ© des OS mobiles pour booster ses autres services comme Search ou Chrome, ce qui nuit Ă  l’innovation et donnerait moins de choix aux utilisateurs.

Il y a une semaine, le rĂ©gulateur europĂ©en envoyait une communication des griefs concernant le systĂšme d’exploitation et les applications Android. Dans un communiquĂ© de presse, il expliquait que « Google a enfreint les rĂšgles de concurrence de l’UE en:

  • subordonnant l’octroi de licences pour certaines de ses applications propriĂ©taires Ă  l’obligation, pour les fabricants, de prĂ©installer Google Search et le navigateur Chrome de Google et de faire de Google Search le service de recherche par dĂ©faut sur leurs appareils;
  • empĂȘchant les fabricants de vendre des appareils mobiles intelligents fonctionnant sous des systĂšmes d’exploitation concurrents basĂ©s sur le code «open source» d’Android;
  • accordant des incitations financiĂšres aux fabricants et aux opĂ©rateurs de rĂ©seaux mobiles Ă  la condition qu’ils prĂ©installent en exclusivitĂ© Google Search sur leurs appareils. »

La FTC à la charge ?

Aujourd’hui, on apprend de sources du Wall Street Journal que la FTC, en quelques sortes l’équivalent amĂ©ricain de la Commission EuropĂ©enne, pourrait elle aussi enquĂȘter sur les mĂȘmes pratiques. Celle-ci aurait dĂ©jĂ  demandé des documents auprĂšs d’au moins deux entreprises et elle pourrait mĂȘme se baser sur des preuves de la Commission EuropĂ©enne pour appuyer son argumentation.

Mais pour le moment, aucune dĂ©cision n’a Ă©tĂ© prise et comme il s’agit d’une information non-officielle, les pincettes sont de rigueur. Par ailleurs, l’issue d’une telle enquĂȘte pourrait ĂȘtre diffĂ©rente aux Etats-Unis puisque, comme l’explique le Wall Street Journal, la dominance de Google dans le pays de l’Oncle Sam n’est pas aussi importante qu’en Europe, oĂč la firme de Mountain View a 80 % de part de marchĂ©. De plus, la FTC aurait moins d’autoritĂ© par rapport Ă  la Commission EuropĂ©enne.

(Source)

RĂ©pondre

Lire les articles précédents :
Xiaomi Press Kit Hugo Barra
Xiaomi et Lenovo ne sont plus dans le Top 5 !

Xiaomi et Lenovo sont délogés par OPPO et vivo.

Fermer