Accords entre SFR et Bouygues, Free souhaite être de la partie

Alors que Bouygues et SFR finalisent leur projet de mutualisation de leurs réseaux, Free a écrit une lettre pour rappeler de manière plutôt sèche son désir de participer.

Bouygues et SFR sont en pleine élaboration d’un grand projet. Les deux opérateurs ont passé les six derniers mois à mettre en place leur opération : mettre leurs réseaux en commun afin de faire des économies et de proposer une meilleure couverture 4G. Leurs petites affaires semblaient se dérouler tranquillement, mais c’était sans compter sur Free qui compte bien en profiter. L’opérateur a écrit une lettre, datée du 19 novembre, adressée à Olivier Roussat, pdg de Bouygues Telecom et Jean-Yves Charlier, pdg de SFR ainsi qu’à l’Autorité de la concurrence et l’ARCEP, deux organismes qui font office d’autorité.

La lettre

« Un accord entre deux des trois opérateurs de réseaux mobiles historiques qui ne prévoirait pas l’accueil du quatrième opérateur nous semblerait être un facteur de déstabilisation majeur. De plus, un tel accord pourrait être juridiquement critiquable. Nous souhaiterions donc recevoir de votre part, avant l’achèvement de vos discussions, une proposition raisonnable d’accueil des fréquences de Free Mobile en “RAN sharing” [partage des infrastructures] sur le réseau que vous envisagez de mutualiser. » a écrit Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad, dans la lettre. « Nous ne souhaitons pas gêner l’accord Bouygues Telecom-SFR, nous voulons simplement qu’ils nous proposent une offre d’accueil sur une partie de la zone. Techniquement, cela ne pose pas de problème et économiquement cela a beaucoup de sens pour toutes les parties. »

LettreFree

La réaction des intéressés

SFR semble avoir décidé de n’opposer  « aucune forme de refus » à Free pour le moment. Bouygues n’a pas souhaité réagir (publiquement tout du moins). La mutualisation des réseaux est cependant loin d’être terminée car le projet à pris entre un et deux mois de retard. Free arrive donc comme un cheveu sur la soupe à un moment où les deux opérateurs essaient de boucler leur projet au plus vite. SFR a d’ailleurs décrit la démarche de Free comme « prématurée ». Même si rien n’est fait pour Free dans l’immédiat, le message est clairement passé : il ne faudra pas oublier l’opérateur d’Iliad qui veut faire partie du projet et ne pas être laissé sur le bord de la route. L’opérateur n’hésitera pas à saisir les autorités au besoin.

La lettre est disponible dans son intégralité sur le site Les Echos.

 


Nos dernières vidéos

Comments are closed.

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Mega est disponible pour iOS

Déjà disponible vía une application mobile pour Android, Mega, le service de stockage dans le cloud lancé par Kim Dotcom,...

Fermer