Accusé de plagiat, King retire le jeu Pac-Avoid de son site internet

Oui, il peut arriver que ce soit King qui soit accusé de copier le travail des autres. On suspecte l’éditeur d’avoir volontairement cloné un jeu appelé ScamperGhost.

CandyCrushSaga.png

L’éditeur de Candy Crush Saga a décidé de retirer le jeu Pac-Avoid. Il a récemment été accusé d’avoir copié sur un jeu du développeur Stolen Goose. En fait, d’après nos confrères de Joystiq, l’histoire remonterait à 2009.

Le jeu original de Stolen Goose, Scamperghost, aurait intéressé King, qui aurait donc voulu s’approprier les droits relatifs à celui-ci. Mais le développeur ayant trouvé de meilleures offres, il a mis fin aux négociations. Et King aurait donc décidé de sortir le fameux « clone » baptisé Pac-Avoid, jusqu’au moment où il a décidé de le retirer.

Ironie de l’histoire

Ironiquement, celui-ci a récemment généré un grand débat dans les communautés de développeurs, suite à la validation de sa requête auprès de l’US Trademark Office pour que le mot « Candy » devienne sa marque déposée.

Les développeurs qui ont utilisé le mot Candy se plaignent d’autant plus que ces derniers auraient même reçu un e-mail d’Apple leur demandant de retirer leurs jeux ou de prouver qu’ils ne violent pas les droits de King.

Le CEO de King s’explique

Face à toutes ces controverses, le CEO et cofondateur de King, Riccardo Zacconi, s’est exprimé dans une lettre ouverte. C’est dans celle-ci qu’il a annoncé que King a décidé de retirer Pac-Avoid, accusé d’être un clone. Le boss de King a expliqué que Pac-Avoid a été développé par un tiers, pour le compte de sa société. Il admet qu’il y a de fortes ressemblances entre Pac-Avoid et ScamperGhost.

Mais le CEO accuse une erreur de procédure, plutôt qu’une volonté de copier le travail de quelqu’un. D’après lui, Pac-Avoid n’aurait jamais dû être publié. Riccardo a également présenté des excuses au nom de King. Néanmoins, il a ajouté « Permettez-moi d’être clair : Cette situation malheureuse est une exception à la règle. King ne clone pas de jeux, et nous ne voulons pas que quiconque clone nos jeux. »

Avant de lancer un nouveau produit, King fait le tour des autres titres disponibles sur le marché et des marques déposées. Ainsi, il s’assure qu’il ne viole la propriété de personne. Mais cela ne signifie-t-il pas que King a bien voulu lancer un copycat de ScamperGhost, tout en restant dans la légitimité ?

En ce qui concerne le terme « Candy », le CEO de King justifie son action par le fait qu’il s’agit d’une pratique commune, que de se réserver des termes génériques comme celui-ci. Il cite des exemples comme « Time », « Money », « Fortune », « Apple » (est-ce comparable ?), etc. Il a ajouté :

« Nous ne cherchons pas à contrôler l’utilisation dans le monde du mot «Candy ». Avoir une marque déposée ne nous permet pas de faire cela de toute façon. Nous essayons simplement d’empêcher les autres de créer des jeux qui tirent injustement profit de ​​notre succès. »

Mais quoi qu’il en soit, il devient (malheureusement) risqué de placer le mot « Candy » (Saga également) sur le nom d’un jeu mobile, peu importe sa nature.

Source : Joystiq/King


4 commentaires

  1. Ils commencent vraiment à nous taper sur le système avec leurs mots générique mis en marque..

    Ils arrivent pas à s’inventer un nom de marque qui leurs soient propre??

    Si ca continue, on pourra pu utiliser aucun mot sans se prendre un procès..

  2. Je ne comprend pas que les créateur de Bejeweled fasse de méme avec Candy crush !!!!

  3. @windaub Vechey, co-fondateur de PopCap qui est la boîte qui développe « Bejeweled » a en réalité défendu King. Vechey dit que ce n’est pas du clonage et que King y a ajouté ses mécaniques de jeu.

    Mon avis c’est que si une boîte base tout son business en s’inspirant énormément de jeux qui fonctionnent déjà ça pose un problème d’éthique et de savoir ce qu’apporte réellement la boîte à l’industrie du jeu vidéo.

    Mais le débat est même pas là, le problème c’est qu’ils se permettent de menacer des plus petits développeurs en envoyant des lettres au sujet de jeux qui n’ont RIEN avoir, faut ensuite avoir les ressources pour dire que, non, tu enfreins pas son territoire. C’est à dire qu’il essayent d’empêcher les copies de leurs jeux alors que eux mêmes clonent (ou s’inspirent énormément de jeu déjà existants)

    https://twitter.com/caribouloche/status/427845530383695873

    Les lettres de menaces, c’est pas nécessairement le problème de King, mais la loi du trademark qui veut ça : il faut que pendant 5 ans ils défendent leur trademark sans arrêt pour qu’ensuite ils aient un semblant de légitimité face a une autre boîte qui aurait eut la mauvaise idée de s’approprier le même trademark.

    http://kotaku.com/why-the-ridi.....1507064357

    Le problème là dedans c’est que King arrive a être mauvais à plus que une chose à la fois, ils exploitent un système imparfait, ils ont une responsabilité là dedans. Ils clonent les jeux (ou appelez ça comme vous voulez). Ils emploient des tactiques de monétisation douteuses…

    Pour en revenir à Vechey qui soutient King, faut savoir que quand même que bien que j’ai plus d’estime pour PopCap que pour King, PopCap a été emmerdé avec son jeu « Zuma » suspecté d’être un clone de « Puzzle Loop »..

    gamasutra.com/view/feature/130214/soapbox_ripping_off_japan__.php?print=1

  4. Franchement, cela ne m’étonne pas vraiment. Les gros tenteront toujours de manger les petits ou ceux qui vont voir ailleurs.
    Dans l’histoire, j’espère que le développeur du jeu originel aura sa part de gloire.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Arrêt de la gamme Nexus dès 2015 pour plus de Play Edition [rumeur]

Google pourrait abandonner sa gamme de terminaux mobiles Nexus au profit de plus d'appareils Play Edition…

Fermer