Afin d’éradiquer les trolls, Google intègre son réseau social au Play Store

Google a intégré hier son réseau social sur le Play Store, pour des avis plus fiables et modérés.

La firme de Mountain View a intégré hier son réseau social dans la gestion des avis des utilisateurs sur son Play Store. Désormais, toute personne souhaitant laisser un commentaire au sujet d’une des applications offertes par la boutique en ligne de Google devra auparavant se connecter sous son profil Google+.

Cette récente exigence, repérée par le blog Droid Life, est constatable au clic sur le lien « rédiger un avis » depuis le Play Store, après lequel s’affiche un message informatif nous indiquant que la plateforme d’applications de Google est maintenant associée à son réseau social, et que nos nom et prénom, en plus de notre photo, « seront visibles par tous ».

google plus play store Afin déradiquer les trolls, Google intègre son réseau social au Play Store

L’objectif de ce petit changement n’est autre que la chasse aux trolls et leurs commentaires en règle générale non fondés, provocateurs, parfois offensants, leurs auteurs profitant de l’anonymat offert sur certains terrains de discussion en ligne. En obligeant ses utilisateurs à se connecter et se présenter sous leur véritable identité, Google compte bien améliorer la qualité et la fiabilité des avis laissés sur son Play Store. Il est à noter que tous les avis publiés avant cette mise à jour apparaissent désormais comme ayant été rédigés par « Un utilisateur de Google ».

Ce n’est pas la première fois que Google intègre son réseau social au sein de l’un de ses services : comme vous avez peut-être déjà pu le remarquer, YouTube propose depuis peu de lier sa chaîne déjà existante à son profil Google+.

Il y a fort à parier que cette initiative du géant du Web portera ses fruits et mènera — espérons-le — à des remarques et discussions plus constructives sur ses services concernés. Le début de la fin de l’anonymat sur la toile ? Certains s’en réjouiront, d’autres grinceront des dents. L’avenir nous le dira ! icon wink Afin déradiquer les trolls, Google intègre son réseau social au Play Store

(Source)

9 commentaires

  1.  » Le début de la fin de l’anonymat sur la toile ? Certains s’en réjouiront, d’autres grinceront des dents »
    On peut être pour l’un comme pour l’autre et considérer da s les deux cas que ce n’est pas le rôle d’une entité comme google que de forcer la main à ses utilisateurs pour imposer sa vision dew choses.

  2. Bonjour, j’apprécie lire depuis plusieurs mois tous les articles de l’équipe presse citron, en revanche, je trouve de plus en plus insupportable l’emploie des tournures de phrases telle que « La firme de Mountain View », et là, à mon grand regret ce matin…premier article lu, première phrase qui commence par ces même mots. Exaspérant !
    Je ne remet en aucun cas en cause la qualité de vos articles et apprécie énormément ce blog d’infos, mais j’avais besoin de le dire.
    Bonne continuation.

  3. @brazomyna: sur ses apps bien sur que oui…

    Enfin perso je suis contre ce genre de manoeuvre, surtout que les commentaires du Play Store sont pas si hardcores. Ceux de YouTube sont tellement pires

  4. Ceux de YouTube gardent pour le moment l’anonymat comme on peut garder son pseudo (YouTube sans les commentaires à troll ne serait plus YouTube).
    En revanche, ils ont déjà forcé la main pour les commentaires sur les commerces il y a quelques mois.

    C’est sur que l’anonymat est discutable, mais tout le monde n’a pas envie que la totalité de ses commentaires remontent lorsque l’on tape son nom. On voit que Google a clairement choisi son camp entre les fournisseurs et les consommateurs…

  5. Je pense que la « lutte contre l’anonymat » est surtout une bonne façon pour Google d’imposer Google+, et qu’il s’agit d’un prétexte plus que d’une bonne action désintéressée…

  6. Eric

    @Brice : généralement ce sont juste des tournures pratiques pour éviter les répétitions et ne pas mettre « Google » dix fois dans le même article. Si vous avez d’autres formules, nous sommes preneurs :-)

  7. On touche là un vrai sujet de société appliqué au web : où commence la liberté d’expression de chacun, son anonymat lié le respect de son identité,… légiféré ou prendre des résolutions pour tenter d’arrêter les abus. Oui, de plus en plus, le web est fliqué. Les éditeurs de sites web sont obligés de prendre des mesures pour éviter les abus. Moi qui suis un défenseur acharné de l’Open Web et de la liberté, j’ai bien du mal avec ces mesures de contrôle. D’un autre côté, raz le bol des abus en tout genre, à vocation publicitaire qui pollue nos pages web. Les ribambelles de commentaire inutiles ou « trop bien » intentionnés sont super agaçant.
    Le principe de laisser des commentaires, ou de donner des notes, est à la base extrêmement intéressant pour nous, consommateur pour avoir des points de vue sur le vécu d’autres utilisateurs. Le problème est connu de tous : chacun y va de sa méthode, jusqu’à payer des entreprises spécialisées dans les pays en voie de développement, pour faire entrer des dizaines de commentaires ou notes en faveur de la marque !
    Personnellement aussi, j’en ai parfois un peu marre de l’anonymat sur le Web. Au nom d’une prétendu respect de l’identité, on a affaire à de vastes déballages de lâchetés vulgaires ou de prise d’autorité proche de la dictature pas très heureuse pour la démocratie et le respect des droits. Après tout, si des gens ont des choses à dire, ou des décisions à prendre (comme d’exclure quelqu’un d’un site ou d’un groupe), autant que l’on sache à qui on a affaire, que l’on puisse se défendre, jouïr d’un droit de réponse, s’expliquer.
    Je ne prend donc pas la transparence et le contrôle des utilisateurs du web comme un flicage de plus ou une offense à la liberté, mais plutôt comme un besoin de nettoyer un peu la horde des abus en tout genre.
    De toute façon, il faudra aller plus loin, car il est très simple d’ouvrir des tas de comptes Google… la firme de Moutain View pour faire plaisir à Brice :)… c’est juste un peu plus long.
    Bon courage à tous.