Android : l’application MixBit est arrivée sur Play Store

La version Android de l’application MixBit arrive, un concurrent pour Vine créé par des co-fondateurs de YouTube. Disponible sur Play Store.

Pour rappel, MixBit avait été annoncé le 1er avril dernier. La version iOS est sortie au début du mois d’aout. Il s’agit d’un nouveau concurrent pour Instagram et Vine, qui sont respectivement détenus par Facebook et Twitter, avec un soupçon d’originalité.

Ce a le plus étonné les observateurs ? Que cette application créée par les papas de YouTube et qui serait partiellement financée par Google, selon Venturebeat, a été déployée sur iOS en premier.

Des fonctionnalités originales

L’application permet aux utilisateurs de filmer des clips de 16 secondes, de les uploader et de réaliser des montages vidéo. A la différence de Vine et Instagram, Mixbit permet de créer des clips plus longs (16 secondes) et de les assembler pour réaliser un long métrage. La durée d’un « film » Made in MixBit peut aller de quelques secondes à une heure. L’application permet également d’éditer les vidéos, même une fois publiées.

Mais l’une des plus grandes originalités de Mixbit réside dans l’aspect collaboratif de la plateforme. Il est même possible de créer des projets en piochant des vidéos publiées par la communauté, sans en avoir posté une seule. A noter également que la version web permet de réaliser des montages avec les clips envoyés par d’autres membres de la communauté.

Il reste à savoir si son originalité et ses traits uniques permettront à MixBit de gagner sa place dans un marché déjà conquis par Vine et Instagram, sans oublier le japonais Line ou encore Dailymotion Camera qui s’essayent à ce nouveau business.

En tout cas, l’application Android de Mixbit arrive alors qu’Instagram vient d’annoncer que les publicités vont bientôt arriver sur la plate-forme.

(Source)


Un commentaire

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Internet : les choses que vous écrivez, vous ne les diriez pas en vrai

Lors d’une étude internationale menée par IPSOS, 43 % des personnes interrogées ont avoué écrire des choses qu'elles ne diraient...

Fermer