Apple n’est plus l’entreprise la plus chère du monde

Le cours de l’action Apple n’en finit plus de chuter, alors que la firme californienne n’a jamais vendu autant d’iPhone et d’iPad. Pourquoi ce déclin de l’empire Apple ? Et si Apple ne faisait plus rêver ?

Certains interprètent cela comme le début de la fin. D’autres parlent seulement de trou d’air. Toujours est-il qu’Apple semble être entré dans une période de turbulences qui ressemblent à un effet retard consécutif à la disparition de Steve Jobs, il y a de cela un peu plus d’un an.

Alors que la firme californienne avait fait la une des gazettes financières il y a tout juste un an quand elle était passée devant le pétrolier Exxon en termes de capitalisation boursière, devenant furtivement l’entreprise la mieux cotée au monde, avec 415 milliards de dollars. Puis Apple devint en août 2012 la première capitalisation boursière de l’histoire, avec un magot de 621 milliards de dollars.

Mais ça c’était avant.

L’action Apple, qui culminait à 700,71 dollars le 21 septembre 2012, a pris une bonne claque depuis, puisqu’elle est retombée à un plus bas de 439,88 dollars (327,10 euros) lors de sa dernière cotation cotation du 25 janvier, ce qui place sa valorisation à 413 milliards de dollars, juste derrière Exxon, valorisée 417 milliards à la même date.

cours action apple

Une sanction qui peut paraître quelque peu injuste quand on connait les résultats du dernier trimestre d’Apple, au cours duquel de nouveaux records commerciaux ont été établis : 47,8 millions d’iPhone vendus sur cette période, alors que la firme de Cupertino n’en n’avait vendu « que » 37 millions sur la même période de l’exercice précédent, ce qui représente une croissance des ventes de 29%. Même croissance pour l’iPad (22,9 millions d’unités écoulées contre 15,4 millions l’année précédente).

En fait, la frilosité des analystes et des financiers vis-à-vis d’Apple ne s’explique pas seulement, voire pas du tout par ses résultats, qui demeurent exceptionnels, même si l’on constate une stagnation du bénéfice (13.1 milliards en 2012, contre 13,06 milliards en 2011). Non, ce qui semble inquiéter davantage les observateurs serait plutôt de l’ordre de l’intangible : la capacité d’Apple à se renouveler, se réinventer, et surtout les probabilités que le géant californien sorte une innovation qui crée le même électrochoc que l’iPhone ou l’iPad. Bref, on doute de la capacité d’Apple à changer nos vies comme la marque a pu le faire dans la décennie écoulée.

Des résultats en hausse mais une capacité à faire rêver en berne

Il parait en effet assez improbable qu’à l’avenir un smartphone ou une tablette produise un jour le même effet que les appareils inventés par Apple, et aujourd’hui les yeux sont plutôt rivés sur la concurrence, et notamment Samsung, avec sa puissance de feu marketing (à défaut d’innovation), voire, à l’autre bout de l’échelle des sociétés plus modestes et plus agiles, parmi lesquelles pourraient se trouver l’Apple de demain. Ces dernières ne manquent certainement pas du côté de la Silicon Valley.

Ou alors, il faudrait qu’Apple sorte un peu de ses marchés de prédilection (l’informatique et le numérique) pour s’aventurer sur d’autres secteurs ou tout reste à faire, en appliquant sa méthode habituelle, qui lui a si souvent réussi : prendre un marché naissant mal adressé par des produits mal conçus, et en faire un marché de masse en le réinventant avec un produit « parfait ». Reste à définir ce marché : la télévision ? Les montres ? Les drones ? l’impression 3D ? Autre ?

Reste à savoir aussi si Tim Cook sera l’homme de la situation, ou si le « nouveau Steve Jobs » se trouve vraiment… chez Apple.

(image : Boursorama)

Invité
eiffel
28 janvier 2013

un capitalisation anormalement sur-estimé, et une descente sur des critères intangibles : la bourse s’amuse… certains gagnent, beaucoup perdent. Au final, la valeur d’Apple ne fait que reprendre sa place.

Invité
28 janvier 2013

étonnant !

Invité
28 janvier 2013

Il y a donc eu beaucoup d’investissement : « 13.1 milliards en 2012, contre 13,06 milliards en 2011″ alors qu’il y a eu 10 millions d’iphones et 7 millions d’IPAD de plus de vendus dans la même période que nous n’avons pas vue de baisse de prix de produit, certainement un produit un peu plus cher a fabriquer et encore puisqu’il y a l’effet de masse.

Invité
28 janvier 2013

Pierre Chappaz a fait aussi un excellent article à ce sujet sur son blog. Perso depuis que Steve Jobs est mort je suis passé chez Samsung :)

Invité
aztazt
28 janvier 2013

Puissance de feu marketing, Samsung ? Pas vraiment.
Selon moi, Samsung n’a ni le talent d’innover, ni de faire du marketing. Ils ont juste eu la bonne idée de proposer des produits sur lesquels ils ne margent pas comme des « porcs », et utiliser un système d’exploitation moderne et efficace (Android). Voilà la clé du succès pour la période 2010-2015.

Invité
28 janvier 2013

La bourse a parfois ses raisons… attendons que les ventes baissent peut-être que l’action remontera :)

Invité
Valentin
28 janvier 2013

La prochaine rupture : les Google Glass ?
PS : le petit coup bas d’Eric (l’Apple fan ? ;) ) « Samsung, avec sa puissance de feu marketing (à défaut d’innovation) » n’est vraiment justifié Samsung a largement participé au succès de l’iPhone mais surtout Samsung innove dans bien des domaines (télévision, frigidaires, home cinéma et même dans les smartphones si si !) Tous les grands de la technologie le sont grâce a des innovations que vous les connaissiez ou non. Même HTC a du innover (enfin je pense :p )

Invité
dany
28 janvier 2013

« Samsung, avec sa puissance de feu marketing (à défaut d’innovation). »

Autant le dire, je ne suis pas fan de samsung, j’ai un Windows Phone;

Pour autant, pourquoi dire d’Apple qu’ils innovent quand ils reprennent les idées des autres ( non, apple n’a pas inventé la souris, ni la tablette tactile, je crois que pas mal de monde le sait aujourd’hui.. ), et que samsung n’innove pas, alors qu’ils sont sur le point, par exemple, d’être à l’origine de nos prochains ecrans flexibles? Je ne sais encore comment ils pourront l’integrer, mais c’est quand même plus balaise que le picoprojecteur deja intégré aussi pas Samsung, ou la technologie digitale inventée depuis longtemps, et deja intégrée par Motorola.

De plus on compare des fabricants de logiciels à des fabricants de materiel…la vieille histoire des choux et des carottes.

Et enfin, il faudrait definitivement s’entendre sur le terme innovation : invention, modernisation, ou democratisation ?
Car Apple est definitivement passé maitre de la démocratisation et la modernisation, ce qui est deja beaucoup, mais en aucun cas de l’invention.

Invité
28 janvier 2013

Il y a peut-etre de plus en plus de gens comme moi qui n’ont jamais eu le moindre produit apple, et qui n’en auront probablement jamais, simplement parce que c’est cher. J’utilise des produits de marques concurrentes, moins prestigieuses, mais nettement moins chers, et qui font tout ce que j’attend d’eux.

Invité
aztazt
28 janvier 2013

@Eric ok, je te crois, pas la peine de chercher la source, c’est sans doute vrai, cependant, le pouvoir qu’Apple a (avait?) sur ses fans l’exempte de gros budgets marketing. La pub se fait d’elle même via l’attente générée par ses produits. C’est beaucoup moins vrai chez Samsung, même si j’avoue attendre le Galaxy S 4 pour remplacer mon Galaxy S tout court dont j’ai été (et suis encore) très content.

 
Lire les articles précédents :
Les dernières offres d’emploi du web

La sélection des dernières offres d’emploi du web de Presse-citron Jobs, en partenariat avec Remix jobs. Développeur Expert Java pour...

Fermer