Apple voudrait que ses véhicules électriques soient prêts en 2019

Pour le moment, il ne serait question que de voitures électriques. Mais la firme de Cupertino envisagerait aussi de développer des voitures sans chauffeur.

New York, taxi, voiture, automobile, embouteillage, ville pixabay

Il y a quelques jours, Google affirmait que bien qu’il travaille sur des prototypes de voitures autonomes, il n’a pas l’intention de devenir un constructeur automobile. Il semblerait que le but de la firme de Mountain View ne soit pas de vendre ses propres voitures, mais plutôt de proposer ses technologies aux constructeurs.

En revanche, si on se fie aux sources du Wall Street Journal, Apple s’intéresserait de très près à cette industrie. D’après un article du média américain, l’objectif d’Apple serait maintenant d’avoir un modèle prêt pour 2019.

Au sein de la firme de Cupertino, le nom de code de ce nouveau projet serait « Titan » et afin d’atteindre l’objectif 2019, son responsable aurait eu l’autorisation de tripler son personnel, qui serait actuellement constituée de 600 personnes.

Bien entendu, lorsque le WSJ a voulu interroger la marque à la pomme au sujet de ces rumeurs, celle-ci n’a fait aucun commentaire. Mais le site fait aussi remarquer que dernièrement, Apple a recruté pas mal d’experts de l’industrie automobile et de celles des batteries.

Sinon, les sources du WSJ auraient aussi indiqué que premier modèle (ou prototype) d’Apple ne devrait pas être un véhicule complètement autonome, bien que les voitures sans chauffeurs feraient parties des objectifs (mais) à long terme de l’entreprise.

On peut d’ores et déjà aussi se demander si à l’instar des iPhone, des iPad et de la plupart des produits de la firme américaine, ses éventuelles voitures seront fabriquées par des partenaires (asiatiques) ou dans des usines Apple.

Notons que comme ces informations proviennent de sources non officielles et qu’elles n’ont pas été confirmées, les pincettes sont toujours de rigueur.

(Source)


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. Cette nouvelle technologie serait-il possible de fonctionner dans tous les pays du monde?

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Droit à l’oubli : Google et la CNIL ont vraiment du mal à s’entendre

La CNIL rejette le « recours gracieux » de Google concernant le droit à l’oubli.

Fermer