Apple vs FBI : Obama donne son avis sur le chiffrement

De passage au festival South by Southwest, Barack Obama n’a pas Ă©chappĂ© Ă  la question concernant le duel que se livrent le FBI et Apple.

Un rendez-vous attendu

Le festival South by Southwest (SXSW), rendez-vous incontournable outre-atlantique, accueillait pour la premiĂšre fois un prĂ©sident amĂ©ricain. Si le festival qui se dĂ©roule Ă  Austin s’intĂ©resse Ă  la musique et au cinĂ©ma, il est Ă©galement devenu un Ă©vĂ©nement majeur avec sa partie « Interactive » qui se consacre à l’innovation et aux nouvelles technologies. Les plus grands noms du secteur, de Mark Zuckerberg Ă  Larry Page en passant par Marissa Mayer et Edward Snowden (en vidĂ©oconfĂ©rence), sont passĂ©s par le SXSW.

Attendu dĂšs le premier jour du festival pour discuter sur le thĂšme de « l’engagement civique au 21e siĂšcle », le futur ex prĂ©sident des Etats-Unis a conclu son intervention en Ă©voquant le chiffrement, le sujet mĂȘme qui oppose Apple et le FBI. Une question dĂ©licate qui divise le pays.

>> Retrouvez tous nos articles sur l’affaire Apple contre le FBI

Un timide soutien au FBI

Le prĂ©sident Obama a d’ailleurs refusĂ© d’Ă©voquer directement cette affaire mais a donnĂ© son avis sur le chiffrement, rappelant tout d’abord l’importance de la vie privĂ©e : « Nous tenons tous Ă  notre vie privĂ©e. Il y a de vraies raisons de penser que les autoritĂ©s ne devraient pas pouvoir entrer dans le smartphone de n’importe qui ». Il ajoute Ă©galement que les rĂ©vĂ©lations d’Edward Snowden, qui vient de critiquer les arguments du FBI, avait renforcĂ© le niveau de mĂ©fiance vis-Ă -vis du gouvernement.

Mais le 44Ăšme prĂ©sident des Etats-Unis a dĂ©fendu la nĂ©cessitĂ© de trouver un Ă©quilibre entre la dĂ©fense des libertĂ©s individuelles et de la vie privĂ©e et les impĂ©ratifs de sĂ©curitĂ©, apportant alors un timide soutien Ă  la requĂȘte du FBI.

« S’il est techniquement possible de fabriquer un appareil ou un systĂšme impĂ©nĂ©trable, dans lequel le cryptage est si poussĂ© qu’il n’existe aucune clĂ©, aucune porte, alors comment faisons-nous pour apprĂ©hender un pĂ©dophile, comment faisons-nous pour dĂ©jouer ou empĂȘcher un complot terroriste? »

Barack Obama a Ă©galement mis en garde contre la « fĂ©tichisation de nos tĂ©lĂ©phones », en les plaçant au-dessus de toute autre valeur.

obamasxsw

Obama ne critique pas Apple

Si le prĂ©sident amĂ©ricain se positionne en faveur du FBI, il n’oublie pas pour autant Apple en rappelant l’importance de « crĂ©er un systĂšme oĂč le cryptage est aussi fort que possible, Ă  la clĂ© aussi sĂ©curisĂ©e que possible [et] accessible au plus petit nombre de personnes possible. »Â Un argument qui ne tient pas selon Apple.

En appelant au « compromis » entre vie privĂ©e et sĂ©curitĂ©, Barack Obama a donc apportĂ© son soutien au FBI sur la question du chiffrement des donnĂ©es. Il a conclu son intervention en mettant en garde contre toute « vision absolutiste » sur ce sujet.

Du cÎté de ses successeurs, les candidats républicains Donald Trump et Ted Cruz se positionnent en faveur du FBI tandis que que Marco Rubio se montre plus mesuré sur le sujet. Du coté des démocrates, Bernie Sanders et Hillary Clinton entretiennent le flou.

Le premier s’est dĂ©clarĂ© ĂȘtre « des deux cĂŽtĂ©s » alors que Hillary Clinton a expliquĂ© que dĂ©partager le FBI et Apple Ă©tait « le pire des dilemmes ».

(Sources : Reuters, SXSW, Business Insider, Le Monde)

Comments are closed.

Lire les articles précédents :
YouTube Error
YouTube trolle-t-il les utilisateurs d’Adblock Plus ?

Un message d’erreur s’affiche sur l’écran de certains utilisateurs d’Adblock Plus lorsqu’ils regardent des vidĂ©os YouTube.

Fermer