Avec l’émergence des technologies numériques embarquées, les dernières générations de voitures deviennent de véritables ordinateurs et centres multimédia ambulants. Pour le meilleur, et peut-être aussi parfois pour le pire.

Avec l’émergence des technologies numériques embarquées, les dernières générations de voitures deviennent de véritables ordinateurs et centres multimédia ambulants. Pour le meilleur, et peut-être aussi parfois pour le pire.

Cadillac Cue Apprendre à utiliser votre voiture avec un iPad, cest lidée de Cadillac

A force de vouloir intégrer des fonctionnalités de plus en plus nombreuses dans de multiples écrans qui remplacent progressivement le bon vieux tableau de bord, on peut se demander si les constructeurs ne vont pas un peu trop loin dans la sophistication, au détriment de l’ergonomie, voire de la sécurité (car en voiture les deux sont intimement liées).

C’est la question qui vient à l’esprit quand on voit la dernière initiative de Cadillac aux USA : afin d’aider les acquéreurs de son dernier modèle haut de gamme, la berline XTS, à se familiariser avec le dispositif multimédia et d’aide à la conduite embarqué, le constructeur fournit avec la voiture un iPad contenant une application qui simule les fonctionnalités de l’écran de la voiture.

Il est alors possible d’apprendre à manipuler toutes les commandes tranquillement chez soi (avec à l’appui des tutoriels vidéo) dans son canapé plutôt que faire cela à l’arrache au garage, au feu rouge, ou pire, en roulant.

Le mode d’emploi de trop ?

Une initiative que l’on pourrait qualifier d’astucieuse, et que tous les constructeurs de modèles haut de gamme avec haute technologie intégrée dans un écran devraient adopter, mais qui pose une question : si l’on doit prendre le temps de se familiariser avec les commandes de sa voiture à l’aide d’un « simulateur », n’est-ce pas quelque-part un aveu d’échec du constructeur en termes d’intuitivité  et d’ergonomie ? On dit que les meilleures interfaces sont celles qui ne nécessitent pas de mode d’emploi. Ici on est en quelque sorte dans l’antithèse de cette théorie. Mais c’est peut-être le prix à payer pour utiliser sa voiture de façon optimale. Bientôt des cours dans un vrai simulateur, comme pour apprendre à piloter un Airbus ?

(source)