Au Royaume-Uni, la police peut récupérer les données de votre téléphone sans raisons

L’affaire PRISM a réellement créé un choc grâce auquel on voit peu à peu apparaitre de nouvelles révélations. Dernière en date : la police des frontières anglaise peut confisquer votre mobile et récupérer les données contenues dedans sans aucune justification.

L’information est tombée vendredi soir dans le journal Telegraph. Chaque année, sous couvert des lois antiterroristes, des milliers de voyageurs qui passent par le Royaume-Uni voient leur mobile confisqué à la frontière sans aucune justification. Pire encore, la police se réserve le droit de récupérer les données que contient votre appareil pour les conserver pour une durée ‘indéterminée’.

Chaque année, 60.000 voyageurs sont ‘arrêtés et examinés’ par la police des frontières anglaises sous couvert du Terrorism Act 2000. Le nombre de téléphones saisis reste lui inconnu. Là où cette loi antiterroriste devient ‘gênante’ c’est qu’elle permet aux forces de l’ordre de saisir le mobile de n’importe qui sans même le moindre soupçon de preuve, sans la moindre autorisation légale. Cette ‘toute puissance’ s’applique également à des sortes de gardes-à-vue, toute personne est susceptible d’être arrêtée et interrogée pour une durée maximale de neuf heures et ce, encore une fois, sans la moindre justification.

Si vous avez la malchance de voir votre téléphone saisi, sachez que les policiers se réservent le droit de récupérer vos photos, vos contacts, votre journal d’appel et les personnes avec qui vous avez communiqué par mail/SMS. Même si vous êtes autorisé à disposer (avec ou sans votre mobile), vos données resteront conservées par les forces de l’ordre pour une durée « aussi longue que nécessaire« .

RoyaumeUni

Bien évidemment, la mise en lumière de ces droits fait réagir de nombreuses personnes dont des avocats qui réclament des contrôles basés sur des éléments tangibles. Les concernés, la police et les dirigeants, expliquent que ces contrôles sont nécessaires et que les données issues des téléphones sont cruciales pour la lutte contre le crime.

« L’information téléchargée depuis les téléphones mobiles saisis a été très utile pour déceler les terroristes et les amener devant la justice. […] Mais les voyageurs ordinaires doivent savoir que leurs informations privées ne seront pas récupérées sans de bonnes raisons, ou retenues par la police pour des durées plus longues que nécessaire. » David Anderson, observateur spécialisé dans les lois antiterroristes.

Libre à vous d’en penser ce que vous voulez, ces lois laissent-elles trop de liberté à la police au détriment de celle des voyageur ? Ne serait-il pas impossible de capturer des terroristes si l’on devrait à chaque fois posséder des preuves fiables ? En tout cas Anderson rendra cette semaine un rapport annuel dans lequel il suggèrera des modifications à apporter aux lois antiterrorisme.

(sources [1], [2])


Nos dernières vidéos

Comments are closed.

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Surface RT, le prix est en baisse

Microsoft a décidé de baisser le prix de sa machine hybride Surface RT. L'appareil est désormais entre 25 et 30%...

Fermer