Aux USA, les scanners corporels d’aéroports devront aller vous rhabiller

En attendant de trouver une solution efficace de brouillage d’image, l’administration américaine a décidé de retirer les scanners corporels de sécurité de ses aéroports. Ceux-ci fournissent en effet une image trop détaillée de l’anatomie nue des voyageurs.

Je ne sais pas si tous ceux qui voyagent fréquemment sur le territoire américain connaissent cette drôle de sensation, celle de se retrouver complètement nu pendant quelques secondes à chaque passage de portique de sécurité. Enfin, plus précisément, ceux où  vous devez poser les pieds sur des repères au sol et lever les bras au ciel le temps que le scanner corporel fasse son job.

Il semblerait que les voyageurs les plus jaloux de leur intimité ne soient pas les seuls à se sentir quelque peu mal à l’aise avec cette procédure, puisque la toute puissante TSA (Transport Security Administration) américaine aurait aussi un peu de vague à l’âme face à ce déferlement de nus pas forcément artistiques.

scanner corporel

L’administration vient de décider de remiser au hangar 174 scanners corporels Rapiscan actuellement en fonction dans les aéroports américains au prétexte que ceux-ci fournissent une image trop précise et détaillée des anatomies nues des voyageurs.

En fait, suite à des plaintes d’associations de protection de la vie privée, ces images devaient à l’origine être « brouillées » à l’aide d’un logiciel de traitement en temps réel fourni par OSI Systems, de façon à ce qu’il soit juste possible d’identifier un objet suspect planqué dans la poche d’un voyageur (arme, missile, bombe atomique, lime à ongles…), mais pas le corps nu de ce dernier. Il semblerait que OSI Systems ait failli à sa mission, probablement en raison d’une trop grande précipitation à installer ces scanners.

La nudité en direct…

Selon Forbes, 74 scanners un peu trop indiscrets ont déjà été supprimés en 2012. Il faut dire que dans les premiers mois suivant l’installation de ces derniers, les opérateurs y étaient allés un peu fort puisque les écrans de contrôle étaient situés à côté du portique de sécurité, à la vue de tous. Suite à une action en justice de l’Electronic Privacy Information Center en 2010, la TSA fut contrainte de déplacer les écrans dans des salles privées auxquelles seuls des agents assermentés ont accès.

Cela étant, si vous nourrissez actuellement ou prochainement un petit projet terroriste ou si vous êtes juste spécialisé dans le transport en gros de grenades offensives ou d’AK47, ne vous réjouissez pas trop vite : les scanners seront remis en fonction dès qu’une solution logicielle de brouillage de votre anatomie sera trouvée, ce qui ne devait être l’affaire que de quelques mois.

(source)

Invité
21 janvier 2013

Les douaniers devaient être contents avec ce type de scanners… enfin de temps en temps :s

Invité
julien
21 janvier 2013

personnelement je suis contre ces scanners pour une simple raison de sante! On ne connais pas les repercussion sur la sante des ondes terahertz donc moin on en prends mieu on sse porte

Invité
21 janvier 2013

Ils vont devoir trouver une autre solution équivalente.
C’était quand même trop intime, et puis on n’a aucune stats sur ces scanners par rapport à de possible arrestation.

Invité
21 janvier 2013

Bof … moi ça ne me choque pas qu’on me voit à moitié à poil à travers un scanner ou que je vois les autre. Au vu des clichés, ce n’est pas plus choquant que d’être en bikini ou en moule bi** sur la plage … On est tous fait pareil à quelques détails près et je pense que les types de la sécu se moquent pas mal de nos bourrelets, de la taille des nichons, ou de nos bijoux de famille …

Invité
21 janvier 2013

Etant passé par Atlanta il y a quelques jours, la seule image qui s’affiche sur l’écran à côté du scanner est un grand OK en vert, ou un KO en rouge, et si KO il y a, une silhouette générique d’un individu humain avec un carré de couleur à l’emplacement du problème.

Pas de silhouette mise en évidence, et pas de problème de nudité.

Les grands écrans d’informations présents juste avant les scanners le précise clairement : il n’y a jamais d’image comme dans l’image de ce post, ni sur l’écran situé à côté du scanner, ni dans une salle de contrôle déportée.

D’ailleurs, il est même mentionné qu’il est possible de refuser le passage au scanner en faveur d’une fouille corporelle à l’ancienne (vaseline :D ?).

Invité
21 janvier 2013

Sympa l’écran juste à côté du portique !
Après même si une pancarte dit qu’il n’y a pas de salle où des voyeurs (…policiers) regarde les captures je suis un peu septique j’ai aussi lu ça quelque part!
Ahhh l’Amérique terre de la protection de la vie privée :p

Invité
21 janvier 2013

Je trouve que c’est une tempête dans un verre d’eau. Si certains voyageurs ne souhaitent pas que la personne qui regarde l’écran avec l’image du scanner voit leur corps nu, ils devraient remplacer cette personne par un médecin par exemple. Ca devrait leur couter moins cher que d’enlever tous ces scanners.

Invité
21 janvier 2013

Il ne m’avait pas semblé que ce type d’image était présent à la vue de tous… C’est peut être le cas de certains appareils, auquel cas je comprends qu’ils soient retiré (bien que personnellement cela ne me dérange pas)

Invité
21 janvier 2013

Bonsoir Eric,

Je suis tout à fait d’accord. C’est vrai qu’il est question de sécurité avant tout, mais il faudrait quand même garder une certaine intimité dans ces endroits.

D’ailleurs ce n’est pas la technologie qui manque. Un scanner qui ne met en valeur que les métaux présents pourrait par exemple être utile mais respecte aussi l’intimité des voyageurs.

Merci pour cet article, à bientôt !

Invité
21 janvier 2013

En vidéo inverse, l’image devient beaucoup plus explicite…

http://hpics.li/14c9cbe

 
Lire les articles précédents :
netatmo
Netatmo est la start-up Presse-Citron du mois de Décembre

Le concours Start-Up Presse-Citron s'est arrêté en Décembre sur le vaste champ des objets connectés. Le jury a sacré Netatmo...

Fermer