Avec Goggles, la recherche visuelle de Google s’invite sur l’iPhone

Il y avait dĂ©jĂ  la recherche vocale, puis la recherche visuelle est arrivĂ©e sur Android. Mais comme Google n’est pas sectaire, son application Goggles est disponible depuis quelques jours sur iPhone. Goggles[1] dont nous avions dĂ©jĂ  parlĂ© ici lors de sa sortie sur Android est une nouvelle fonction disponible dans le pack d’applications Google disponibles

Il y avait dĂ©jĂ  la recherche vocale, puis la recherche visuelle est arrivĂ©e sur Android. Mais comme Google n’est pas sectaire, son application Goggles est disponible depuis quelques jours sur iPhone.

Goggles[1] dont nous avions dĂ©jĂ  parlĂ© ici lors de sa sortie sur Android est une nouvelle fonction disponible dans le pack d’applications Google disponibles sous la forme d’une application sur l’App Store. Accessible dans l’onglet « Recherche », cette nouvelle option risque de bien de vous faire pousser quelques wow admiratifs quand vous vous amuserez Ă  la tester.

L’application, ultra-sophistiquĂ©e dans sa rĂ©alisation, est extrĂȘmement simple Ă  dĂ©crire et Ă  utiliser : elle permet de reconnaĂźtre tous types d’objet Ă  partir de leur photo. S’appuyant sur son Ă©norme base de donnĂ©es documentaire et un de ces algorithmes aux petits oignons dont Google a le secret, Goggles permet d’un simple clic d’identifier du texte (et de le traduire Ă  la volĂ©e), des paysages, des bouquins, des CD, des Ă©tiquettes de bouteilles de vin et mĂȘme des cartes de visite.

Les rĂ©sultats et descriptions correspondant aux objets scannĂ©s s’affichent au format texte, directement dans Google, mais Ă©galement dans Wikipedia mobile et d’autres bases documentaires. Ce type d’application risque bien de devenir une extension naturelle de la mĂ©moire des mobinautes, pour qui l’accĂšs Ă  la connaissance n’aura jamais Ă©tĂ© aussi simple (et gratuite).

Note au moins experts d’entre vous : l’application Goggles est un peu planquĂ©e. Pour trouver et utiliser Goggles sur votre iPhone, voici comment procĂ©der :

  • vous devez d’abord installer la derniĂšre version de Google Mobile App (un pack contenant une dizaine de services Google)
  • dans les paramĂštres, identifiez-vous avec votre compte Google (ou crĂ©ez-en un)
  • toujours dans les paramĂštres, cliquez sur l’onglet Google Goggles et activez la fonction
  • ensuite, cliquez sur l’onglet « Recherche » en bas Ă  gauche de l’Ă©cran, puis sur le bouton reprĂ©sentant un appareil-photo en haut Ă  droite, entre le champ de recherche et le bouton micro.
  • visez ensuite un objet puis prenez la photo… et laissez la magie opĂ©rer (mĂȘme si c’est loin de marcher Ă  tous les coups).

Vous voyez, vous ĂȘtes beaucoup plus cultivĂ© maintenant.

[1] « Goggle » signifie « lunettes de protection » en anglais, et par extension des lunettes utilisĂ©es par certains professionnels pour mieux voir dans certains contextes. C’est peut-ĂȘtre un dĂ©tail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup : la premiĂšre fois que j’ai entendu parler de Google il y a environ treize ans, j’avais compris « Goggle » et j’avais trouvĂ© cela pertinent pour un moteur de recherche 🙂

13 commentaires

  1. Application impressionnante, mais honnĂȘtement j’en ai pas rĂ©ellement trouvĂ© d’utilitĂ© aujourd’hui. Je me demande s’il n’y a pas un moyen d’enregistrer directement un nouveau contact Ă  partir d’une carte de visite… lĂ  ça serait vraiment intĂ©ressant.

    Manque encore Google Maps Navigation Ă  l’iPhone, pour l’utiliser depuis plusieurs mois sur Android c’est vraiment le genre d’outils qui dĂ©cuple les capacitĂ©s de nos chers smartphone.

  2. Merci pour cet article.

    Voici également une vision intéressante de la recherche avec Qwiki : http://www.qwiki.com/

    Je vous conseille la vidĂ©o de leur prĂ©sentation lors du Techncrunch Disturb, c’est assez bluffant.

  3. Astucieux.
    Dans le mĂȘme genre, j’ai entendu parler cette semaine de U-Snap, une application de reconnaissance d’image pour iPhone dĂ©veloppĂ©e par JC Decaux.
    L’utilisateur la tĂ©lĂ©charge gratuitement et peut ensuite prendre en photo les publicitĂ©s avec son tĂ©lĂ©phone, pour obtenir plus d’informations sur les produits ou services vantĂ©s… Le premier qui l’essaie me dit, hein ?!

    > http://www.lepoint.fr/high-tec.....188_47.php

  4. TestĂ© sur mon Galaxy S sous AndroĂŻd depouis 3 semaines, c’est une tuerie. Sur les livres et disques le taux de reconnaissance est trĂšs Ă©levĂ©.

    Et si vous avez un lecteur de codes barres traditionnel, cela fait la mĂȘme chose pour votre pot de NescafĂ© ou votre boĂźte de cĂ©rĂ©ales matinale 🙂

    La vraie menace pour le commerce traditionnel par l’exemple :

    Je vais me balader Ă  la FNAC, feuilleter des bouquins et regarder des jaquettes de CD et DVD (oui, j’en achĂšte encore, pour faire c que je veux avec Ă  tout moment, mĂȘme quand je suis Ă  la cambrousse sans aucun rĂ©seau). Au lieu de m’embĂȘter Ă  tout prendre dans mes bras, puis Ă  faire 10 mn de queue en caisse et enfin Ă  porter jusque chez moi un sac lourd, je scanne avec Goggles tous les articles qui m’intĂ©ressent pour les commander au fur et Ă  mesure de ma balade entre les rayons, sur FNAC.com … ou sur Amazon.fr. Tout arrivera chez moi 2 jours plus tard, apportĂ© Ă  mon Ă©tage par le facteur. Elle est pas belle la vie ?

    Les magasins traditionnels condamnĂ©s Ă  n’ĂȘtre plus que des vitrines pour des sites web ? On en est peut-ĂȘtre pas trĂšs loin…

  5. @Pierre Kol
    « Tout arrivera chez moi 2 jours plus tard, apportĂ© Ă  mon Ă©tage par le facteur. Elle est pas belle la vie ?

    Les magasins traditionnels condamnĂ©s Ă  n’ĂȘtre plus que des vitrines pour des sites web ? On en est peut-ĂȘtre pas trĂšs loin
 »

    Et que vont faire les gens virés des magasins physiques ?
    Pointer au PĂŽle emploi ou devenir facteur ?
    db

  6. @Gourmet: Les employĂ©s des magasins pourront travailler pour les sites web, et au demeurant il en faudra toujours encore un peu dans les magasins, mĂȘme si ce ne sont plus que des vitrines.
    Ils auront mĂȘme un boulot plus intĂ©ressant qu’actuellement, car il y a belle lurette que les employĂ©s de la FNAC ne sont plus lĂ  pour apporter du conseil aux clients… ce qui n’est pas le cas du libraire de quartier… mais va-t-il survivre longtemps aux disquaires qui, eux, ont dĂ©jĂ  disparu ?

  7. @Pierre Col
    Les sites Web sont, par dĂ©finition, dĂ©matĂ©rialisĂ©s : il n’y a besoin de personne en plus pour les faire fonctionner.
    Les magasins FNAC ferment, quelques uns pourront ĂȘtre reclassĂ©s dans les autres enseignes non libraire du groupe PPR. Les autres c’est la porte.
    En outre sachant que c’est Pinault il va se faire un plaisir non dissimulĂ© de virer les gens du groupe par charettes entiĂšres afin de faire plaisir Ă  ses actionnaires dont lui.
    Enfin, pour ce qui est des libraires, ils n’existent encore aujiurd’hui, heureusement, que grĂące Ă  la loi sur le prix unique du livre. Si cette loi saute, les hypermarchĂ©s n’attendent que cela pour faire « leur prix » et flinguer les librairies.
    Je suis navrĂ© mais j’ai une vision TRÈS TRÈS pessimiste du marchĂ© du travail, notamment en France. Mais l’histoire me donne raison.
    En outre, un magasin est un lieu de vie : on y croise du monde, on peut discuter, toucher, Ă©couter et voir.
    Un site web n’est pas un lieu. C’est vide de sens.
    Db

  8. @Gourmet Relisez bien ce que j’ai Ă©crit : chaque magasin demeurera, mais sera une vitrine oĂč l’on pourra dĂ©couvrir, voir et toucher les produits, et les « acheter » via un truc Ă  la Goggles, sans pour autant les emporter : on se fera livrer, avec un trĂšs lĂ©ger diffĂ©rĂ© dans le temps.

    Les emplois de « vendeurs et conseillers » resteront Ă©videmment sur place, et seront plus intĂ©ressants, ceux de « manutentionnaires » seront dĂ©placĂ©s vers des entrepĂŽts. Et cela crĂ©era des emplois de chauffeurs-livreurs, Ă  la FNAC ou Ă  la Poste 🙂

Lire les articles précédents :
Sur Le Focus tout le monde peut participer Ă  l’actualitĂ©

Petite nouveautĂ© de la semaine sur Le Focus : vous pouvez maintenant proposer vos propres liens d'actualitĂ©. MĂȘme si le...

Fermer