[billet sponsorisé] L’application ACC d’Allianz et son drôle de petit module vont vous inciter à conduire tranquille

L’assureur Allianz lance ACC, un service fondé sur un module et une application pour smartphone qui fournit de nombreuses données sur votre style de conduite.

Allianz ACC 01

Avec la démocratisation des technologies numériques embarquées, rouler en voiture “connectée” n’est plus réservé à une clientèle aisée, mais nécessitait quand même jusqu’à il y a peu de posséder un véhicule récent. Ce n’est plus tout à fait vrai aujourd’hui : grâce à de petits modules et des applications pour smartphone vous pouvez transformer une voiture vieille de quelques années en auto connectée. Pour cela il suffit que cette dernière soit dotée d’une prise diagnostic OBD-II, ce qui est une norme sur tous les véhicules européens depuis le début des années 2000 (OBD-II a été déployé à partir de 1996 en Californie pour surveiller les émissions polluantes des moteurs).

Et avec une prise OBD-II, on peut faire plein de choses, en rentrant un peu au cœur du fonctionnement de se voiture. De nombreux fabricants de modules externes et éditeurs d’applications l’ont bien compris et proposent des dispositifs connectés reposant sur cette norme.

module tomtom

C’est le cas de l’assureur Allianz, qui vient de lancer l’expérience ACC, ou Allianz Conduite Connectée, en collaboration avec TomTom. L’idée est d’inciter ses assurés automobilistes a lever le pied et à adopter une conduite plus calme et “zen”. Pour cela, il suffit de s’inscrire sur la page dédiée ACC du site Allianz afin de faire activer l’option Allianz Conduite connectée pour son contrat Auto. Un boitier ACC TomTom Link 100 (de la taille d’une grosse clé USB) vous est alors attribué. Il faut ensuite l’installer sur la prise OBD-II de votre voiture en le branchant simplement. Généralement la prise OBD-II se situe sous le tableau de bord côté conducteur à gauche, et elle est protégée par un couvercle qu’il faut retirer pour le remplacer par le boitier.

Une fois le module posé, il reste à installer l’application Allianz Conduite connectée, disponible pour iPhone et Android, connecter celle-ci au module TomTom via BlueTooth et c’est parti pour un monde merveilleux de données en tous genres sur votre conduite, qui du coup va devenir plus sereine comme par magie. Pourquoi ? Parce-que – à l’image de certaines voitures hybrides ou électriques – l’application introduit une dimension ludique et un défi permanent en analysant votre comportement au volant et votre impact écologique grâce à la consultation des indicateurs associés à votre conduite. Des fiches conseils sont aussi à disposition pour vous apporter une aide supplémentaire dans la gestion de certaines situations au volant.

allianz acc 02

J’ai testé le dispositif durant une journée (pour le tournage de la vidéo promotionnelle ci-dessous en fait) et même si je suis déjà habitué à ce type de challenge à bord de mon Infiniti Q50S Hybride et son interface InTouch, je me suis une fois de plus pris au jeu en essayant d’être le meilleur conducteur, à savoir celui qui obtient la meilleure note sur plusieurs critères proposés par l’application, petit jeu auquel j’ai échoué puisque j’ai peut-être un peu trop secoué la Mercedes qui m’était allouée pendant cette journée de shooting, malgré ma meilleure volonté de zénitude.

L’application AAC offre plusieurs services :

Indices de conduite

Indices de conduite fiables qui traduisent votre comportement au volant : freinage, virage, accélération sont pris en compte pour mieux comprendre vos habitudes de conduite. Une note d’éco-conduite vous permet également de connaître votre niveau d’éco-responsabilité.

Conseils

Fiches conseils réalisées en collaboration avec l’association Prévention Routière et qui vous rappellent les bonnes pratiques pour rouler en toute sérenité.

Assistance

Rouler en sécurité grâce à deux services d’assistance :
• “Contact assistance” pour contacter rapidement l’assistance
• “Appel automatique d’assistance” qui détecte un accident et appelle automatiquement les secours si vous n’êtes pas en mesure de le faire.

Autres services

•”Retrouver mon véhicule” : dès que vous quittez votre véhicule, retrouvez-le facilement en suivant l’itinéraire indiqué.
• Réseaux sociaux : partager ses résultats de conduite avec ses proches.

D’autre part, Allianz prévoit à terme de proposer à ses clients meilleurs conducteurs une réduction sur leur prime d’assurance. Bien sûr on pourra objecter le fait que le module ACC est un mouchard de plus dans notre vie déjà très largement tracée par toutes sortes d’objets connectés et autres applications, et que la réduction est un marché de dupe qui consistera plutôt à ne pas modifier les tarifs, et à terme, augmenter ceux qui n’ont pas de boîtier. Mais c’est une simple question de choix personnel, et comme tout système de tracking, celui-ci peut aussi présenter des avantages certains si l’on sait en tirer parti.

En tout cas, une chose est sûre : la conduite mise en équations via une application est une tendance vertueuse, qui incite réellement à lever le pied et surtout à adopter une attitude sereine au volant. C’est l’effet “gamification” qui en outre rend les trajets plus fun.

Et maintenant, puisque vous avez lu jusqu’au bout, rien que pour vous… LA VIDEO qui déchire !!!


L’application ACC d’Allianz et son drôle de petit module vont vous inciter à conduire tranquille"]

Nos dernières vidéos

  • Allez y, donnez des infos sur votre style de conduite à votre assureur, qu’il puisse ensuite vous flagger “conducteur dangereux” si vous avec une conduite un peu sportive, et augmenter vos cotisations…

    Comme axa qui fourni des bracelets connecté pour étudier votre style de vie, et vous faire raquer s’il est un peu dissolu.

    Evitez comme la peste ce genre de services fournis par des assureurs…

  • Bonjour,

    Avec son dispositif Allianz Conduite connectée, Allianz souhaite inciter aux comportements vertueux au volant et protéger les conducteurs en cas d’accident. A terme, les bons conducteurs seront récompensés, pour autant, les autres ne seront pas pénalisés.

    A noter, nous n’utilisons volontairement qu’un nombre restreint de données afin de respecter la vie privée du conducteur.
    Ainsi, le dispositif n’enregistre ni la vitesse ni la position du véhicule. Le boitier ne possède pas de GPS.
    En cas d’accident, nous utilisons le GPS du téléphone dont nous enregistrons seulement les 3 derniers points.

    Les équipes d’Allianz ont travaillé étroitement avec la CNIL, particulièrement vigilante au respect de la vie privée.

    Bonne fin de journée

  • Alex Vari

    Presse-Citron qui fait de la pub pour un mouchard comme ça, je suis plutôt déçu.

    Je sais que presse-citron a besoin d’argent, mais je pense qu’il faudrait mieux choisir les sponsors, parce que là, ça commence à aller loin dans le flicage…
    Et je ne parle même pas les risques pour la sécurité de ce genre d’appareil qui se branche sur le réseau de la voiture.

  • Bonsoir,

    Si vous pouvez détecter un conducteur au comportement vertueux, vous pouvez également détecter un comportement opposé.
    Et pour ça, pas besoin de connaitre la position ou la vitesse.
    De brusques accélérations, des freinages brutaux, des virages un peu secs.

    Et si vous n’enregistrez pas plus d’infos actuellement, rien n’indique que vous ne le ferez pas plus tard.

  • Bonjour,

    Encore une invention pour augmenter les tarifs. On sera dans un premier temps dans le cas du bonus pour les “conducteurs virtueux” et on va vite passer sur le côté malus pour les “conducteur dangeureux”.
    Et si l’on souhaite ne pas utiliser l’application? C’est simple se sera encore plus chère.
    Pour le moment c’est une application sur le téléphone mais très vite ca passera sur la voiture directement intégré. Faites très attention.
    C’est encore une invention contre les clients, contre la vie privée et toujours pour que les entreprises se graissent la pattes sur leur client et ne vous inquiétez pas, à terme se sera aussi bonus pour ces entreprises qui revendront vos informations personnelles.

    Encore une fois se sont les non-technophiles qui se feront avoir. Nous avons le choix alors ne tombez pas dans le panneau.

  • Pingback: L'application ACC d'Allianz et son drôle ...()

  • Mr Patator

    @ICEKSY: c’est l’étape suivante. Et j’en suis ravi! S’il faut alourdir les primes d’assurance pour faire comprendre aux conducteur que l’automobile ne doit pas être assimilée au “plaisir de conduire” ou à une “conduite sportive”, je suis pour.
    Marre de ces abrutis inciviques au volant qui manquent d’écraser les piétons à chaque coin de rue, qui vous collent au cul parce que vous êtes à 50 km sur des zones limitées à 50 km/h, qui prennent les ralentisseurs pour des tremplins.
    Vivent les voitures sans conducteurs abrutis ou bourrés au volant.

  • @MR PATATOR : déjà, bravo d’appeler les conducteurs qui ne conduisent pas comme vous des abrutis. Ça montre votre ouverture d’esprit.

    Ensuite, une conduite sportive ne signifie pas une conduite dangereuse, ni des excès de vitesse.

    J’ai une conduite sportive, et pourtant, je respecte les limitations de vitesse, les distances de sécurité, je ralentit avant les ralentisseur, je fais attention au piétons, etc…

    Pourtant, pour vous, je devrais payer plus cher mon assurance juste parce que j’aime conduire en entendant le bruit du moteur tout en faisant attention à mon environnement ?

    Et un conducteur ecolo qui regardera son téléphone, qui met pas ses clignotants, etc.. aurait une réduction ?

    Je le répète, ce genre de truc, c’est un piège, et vous finirez par le payer cher.

  • @MR PATATOR : “l’automobile ne doit pas être assimilée au « plaisir de conduire » “. Et pourquoi donc ? Conduire doit juste être une corvée, une punition ? Si tu peux expliquer et argumenter cette sortie surréaliste ça serait bien…

  • Mr Patator

    @ERIC: Parce que le “plaisir de conduire” s’assimile trop souvent à la “conduite sportive” de notre ami ICEKSY.
    L’automobile est avant tout un outil et si vous voulez vous amuser sur la route, faite vous plaisir sur un circuit, c’est fait exprès.

    @ICEKSY: si la “conduite sportive” porte bien son nom, cad faire du sport automobile sur route ouverte. Conduire, en particulier en ville, est un risque qu’il faut minimiser. D’autre part, si pour toi le fait de conduire sportif consiste à entendre le bruit de ton moteur, veille à ce que les autres ne l’entende pas. J’habite en ville et je ne compte plus les abrutis qui “conduisent sportivement” et qui font un bruit d’enfer, surtout l’été avec l’arrivée des touristes. C’est juste invivable.

    • @Mr Patator : drôle de conception de la conduite, un peu éculée, on dirait du Chantal Perrichon dans le texte. On peut parfaitement avoir du plaisir de conduire en roulant tranquille et en respectant scrupuleusement le code de la route (et ses aberrations), y compris avec une voiture puissante, et heureusement !

  • Iceksy

    @MR PATATOR : J’ai dis faire hurler le moteur ?

    Non, juste l’entendre, sans pour autant gêner les voisins.
    Démarrer suffisamment fort pour sentir l’accélération, sans pour autant faire un burn.
    Virer sèchement sans pour autant partir en drift.
    Freiner fort sans pour autant laisser 5m de gomme derrière.

    Et c’est une conduite sportive qui sera detecté par le machin d’Allianz comme une conduite “dangereuse”, donc soumise à un surcoût quand ils s’y mettront.

    Et non, conduite sportive ne signifie pas forcément circuit, tant qu’on respecte les règles du lieu où l’on se trouve.
    Sinon, n’importe quel sport devrait être fait uniquement dans des infrastructures dédiés (courir sur une piste d’athlétisme, faire du vélo sur une piste de cyclisme, etc …)

  • Mr Patator

    @ERIC: Si ta version du plaisir de conduire est, en ville, de rouler pépère (puisque respecter scrupuleusement le code de la route en ville c’est rouler pépère), ça me va.

    Mais dans la plupart des cas, c’est surtout coller le gars devant pour le pousser à aller plus vite, et surtout ne jamais s’arrêter à un passage pour piéton, voir même lui rouler sur les pieds tant qu’à faire. Quand à la conduite sportive en ville c’est juste impossible.

  • Mr Patator

    @ICEKSY: Oui effectivement ça sera vu comme une conduite à risque par le boitier.
    Tu vires sèchement jusqu’au jour où tu prend un piéton qui traverse sur un passage piéton en sortie de carrefour. Même e dehors de la ville tu peux conduire sportif, te prendre un virage bien serré pour le plaisir et te retrouver au cul d’un vélo, face à un sanglier ou un véhicule en panne sur le bas côté. Ce sont des comportements à risque, comme l’alcool, le mobile etc… et autant minimiser les risques, non ?
    Pour les infrastructures dédiées, un cycliste ou un coureur responsable de la mort de quelqu’un ça reste quand même extrêmement rare. Par contre des mecs qui se croient sur un circuit, ça en tue des gens.

  • @MR PATATOR :
    Respecter scrupuleusement le code de la route, c’est ne pas franchir de ligne blanche.
    J’imagine que vous le faites pourtant quand quelqu’un est garé en double file ?
    C’est aussi pouvoir executer n’importe quelle manoeuvre sans délai.
    J’imagine que vous avez pourtant déjà mangé ou bu au volant ?

    Et arrêtez de confondre conduite “sportive” et conduite “dangereuse”, ça n’a rien à voir.
    (je reviens sur l’exemple du conducteur pépère qui pourtant téléphone ou envoie des SMS au volant, ne met pas ses clignos, etc… alors qu’un “sportif” respectera ces règles basiques d’attention.)

  • @MR PATATOR :
    Encore une fois, conduite “sportive” != conduite dangeureuse.
    Je ne prends des virages serrés que quand j’ai une visibilité en sortie, et il m’arrive de suivre des pépères qui prennent leurs virages en débordant royalement sur la piste cyclable ou sur la voie d’en face.

  • Mr Patator

    “ne pas franchir de ligne blanche. J’imagine que vous le faites pourtant quand quelqu’un est garé en double file ?”

    On peu effectivement ne pas avoir le choix et ce n’est pas “pouvoir executer n’importe quelle manoeuvre sans délai”, justement! On ralenti, on s’arrête, on regarde bien, on regarde si la personne est dans la voiture et est en train de repartir. SI ce n’est pas le cas, on dépasse prudemment. Tout le contraire d’une conduite “sportive”.

    Tu pars du principe que la gars qui roule tranquille bois ou mange au volant, déborde de la route en prenant son virage. Ben non, j’ai jamais bu ni mangé au volant, encore moins téléphoné, j’ai un kit BT intégré qui me permet de ne pas prendre de risque. Je ne déborde pas non plus.

    Un conduite sportive n’est pas adaptée à une conduite prudente. Point barre. Je ne comprend même pas comment tu ne peux pas admettre ça, c’est pourtant limpide.

  • @MR PATATOR :
    “On peu effectivement ne pas avoir le choix” => Et pourtant c’est interdit dans le code de la route, sans exception. Donc vous ne le suivez pas “scrupuleusement”.
    “pouvoir executer n’importe quelle manoeuvre sans délai” n’était pas lié au franchissement de ligne blanche, mais au fait qu’il est interdit de manger ou boire ou même fumer au volant, puisque ça occupe une main et empêche d’effectuer la totalité des manoeuvres qui pourraient être necessaire.
    Et ça, je doute que les conducteurs “sportifs” soient les seuls à le faire.

    Je sais même pas pourquoi je débat avec vous, vous ne cessez de confondre “sportif” et “dangereux” et vous généralisez quand ça vous arrange.
    Pour vous, tous les conducteurs “sportifs” sont dangereux, y compris moi alors que je vous répète que je respecte TOUTES les règles de sécurité.
    Par contre, parce que vous ne buvez pas au volant, aucun conducteur “pépère” ne le fait.

    Vous êtes d’une mauvaise foi incroyable.

  • un gadget super sympas

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Pixelmator iPhone
Pixelmator est disponible sur iPhone

Vous n’aurez plus besoin de vous coller sur votre Mac pour retoucher vos photos.

Fermer