Blurtit : le successeur de Yahoo! Answers ?

Yahoo! Answers existe depuis maintenant plus de 4 ans, il a un peu révolutionné le monde des questions/réponses sur Internet. Pourtant, il existe des alternatives prometteuses, comme Blurtit. Ce service n’est en réalité pas nouveau puisqu’il a été créé en 2007 mais a bien évolué depuis. Bref il ne date pas d’hier et pourtant je

Yahoo! Answers existe depuis maintenant plus de 4 ans, il a un peu révolutionné le monde des questions/réponses sur Internet. Pourtant, il existe des alternatives prometteuses, comme Blurtit.

Blurtit Blurtit : le successeur de Yahoo! Answers ?

Ce service n’est en réalité pas nouveau puisqu’il a été créé en 2007 mais a bien évolué depuis. Bref il ne date pas d’hier et pourtant je viens de le découvrir dans mon agrégateurBlurtit propose à n’importe qui de poser des questions et de participer aux réponses.

A la manière de Twitter, on peut poser une question facilement, sans forcément avoir un compte. Les réponses aux questions sont bien classées en fonction des votes (ou des dates) comme Yahoo! Answers. Elles sont aussi bien structurées à la manière des commentaires sur Techcrunch par exemple, chacun commentaire peut avoir sa réponse, sans forcément dévier du sujet initial. On notera une mise en avant de la recherche, dont je n’ai pas testé la pertinence.

Différents moyens pour partager les questions/réponses sont disponibles : réseaux sociaux et email. Dans un second temps il est possible de signaler n’importe quel message qui serait hors charte, de signaler un bug ou de proposer une nouvelle catégorie.

Sans oublier le système de points qui permet d’évaluer l’activité des membres et de les classer. Par défaut à l’inscription, le membre a 105 points. Chaque contribution peut apporter des points, les contributions les plus pertinentes permettent davantage. Ou le fait de se connecter chaque jour et de recommander le site à un ami sont d’autres moyens de monter dans le classement. Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive.

Le site de questions/réponses est assez présent sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter (@blurtit et @blurtitlive) et sur Facebook.

14 commentaires

  1. Moi je reste sur Yahoo QR, en français et surtout un nombre de réponses beaucoup plus important

  2. Pas de version française ?
    Oui bon alors je reste sur mon Twikeo qui devient un peu la petite référence Fr montante :)

  3. crajkara tu crois vraiment vendre ton site tout pourri comme ca? :)

    sinon, bof bof hein Yahoo est plus pertinant

  4. Mouer toujours en anglais… c’est pas mal mais bon un peu comme twitter y mettent les francais de coté pour le moment

  5. Effectivement, tant que le site restera en anglais, Yahoo n’a pas a s’inquiéter. En France on est pas doué pour les langues…

  6. Se que je reproche à certain de ces sites est que quand ont pose une question, les gens répondent bien souvent n’importe quoi juste pour dire qu’il gagne de la notoriété.

    Certain devrais apprendre à ne pas pourrir les réponses des autres qui sont juste en venant papoter sur les questions.

  7. La force de Yahoo Answer c’est d’être présent dans le moteur de recherche Google, et même très bien positionné car le site bénéficie de la popularité de Yahoo. Donc la communauté a grossi rapidement. Il y a biensûr de la place pour d’autres acteurs … Mais j’aime pas trop la mise en page de Blurtit … Pas très claire .. Liens publicitaire mélangé au flux des questions/réponse…

  8. Pingback: Liens du matin 08/09/2009 « Le Journal de Ray Dacteur

  9. Pingback: Blurt It, la réponse à toutes vos questions | Kriisiis

  10. Pour les nostalgiques (et pour rétablir la vérité ;o), les deux premiers sites de question-réponse tous sujets et grand public lancés en France dès début 2000 étaient Woonoz et eQuesto (je suis bien placé pour le savoir j’étais co-fondateur de l’un des deux).
    Tous deux ont fermé leurs portes courant 2001, sans avoir rencontré leur modèle économique (mi-publicitaire, mi-prélèvement de commision sur les réponses payantes).

    Aux US, un des premiers et plus réputés à s’être lancé était Keen.com, qui a rapidement évolué vers du conseil matrimonial (c’était la seule rubrique ou les « experts » faisaient payer leurs « réponses » et où Keen gagnait donc de l’argent en prélevant une commission).

    That’s it …