Coup de cœur pour trois services made in France originaux, pratiques, participatifs et sociaux : Bpeek, Swopera et Payname.

Ce n’est pas vraiment un filet garni, mais en attendant de relancer une rubrique hebdomadaire dans le même esprit, voici déjà trois services et applications qui m’ont tapé dans l’œil récemment, pour différentes raisons.

Point commun entre les trois, en plus d’être 100% français, même si leur finalité est différente : c’est participatif, social, et pratique. Points divergents : deux services ciblent le grand public, alors que le troisième cible le grand public ET les entreprises.

Bpeek : faire collecter des données commerciales par les internautes

Bpeek est une startup lyonnaise qui se place sur un concept ingénieux et inédit (même s’ils ne sont pas tout à fait seuls sur le créneau et que l’idée est déjà exploitée dans d’autres pays) : proposer aux entreprises de récolter des données commerciales à l’aide des internautes. Concrètement, il s’agit d’une application gratuite pour smartphone qui permet de proposer des missions rémunérées à tous les particuliers qui possèdent un smartphone pour permettre à des clients (marques, entreprises, réseaux commerciaux…) de collecter des données commerciales en temps réel.

bpeek Bpeek, Swopera, Payname : coup de coeur pour trois services originaux

Exemple : une marque de parfums lance une nouvelle promotion dans son réseau de 200 magasins et veut vérifier simultanément que les PLV sont bien en place dans tous les points de vente. Elle fait alors appel à Bpeek, qui publie cette mission de « store-checking » sur son application. Les mobinautes ou « missionautes » inscrits sont alors alertés et vont se rendre dans le point de vente géolocalisé le plus près d’où ils se trouvent pour prendre une photo de la PLV en question et l’envoyer à la marque. Pour cette mission les membres du réseau sont rémunérés par Bpeek, qui facture évidemment cette prestation sous forme de contrat avec ses clients entreprises et marques. La rémunération varie de 1 à 10 euros selon la mission, les petites sommes concernant des participations à des panels à domicile (prendre le contenu de son frigo en photo par exemple).

Lancé début janvier 2013, Bpeek compte déjà 10.000 missionautes inscrits et prépare une V2 de ses applications, qui devrait arriver dans la première quinzaine de novembre 2013. Du point de vue réglementaire, les rémunérations sont catégorisées en « oeuvres photo » et Bpeek envoie un récapitulatif annuel pour que les membres puissent déclarer leurs revenus au fisc sans avoir à créer une structure spécifique pour cette activité. Pas de quoi faire fortune, mais pourquoi pas quelques revenus d’appoint ?

Swopera : dis-moi où tu vas et je te dirai quoi me rapporter

« Je cherche un petit bocal de « Dulce de Leche » en provenance d’Argentine, de préférence un vrai produit artisanal il y en a un peu partout là bas, en bio ce serait le top ! » Vous partez à l’étranger et il reste un peu de place dans votre valise ? Pourquoi ne pas en faire profiter quelqu’un qui rêve de posséder un produit typique du pays où vous vous rendez ? C’est le principe de Swopera, lancé par Simon Tripnaux, qui tient entre autres le blog Tribords. Fondé sur le principe de l’économie participative, Swopera est une sorte de Airbnb ou de Covoiturage de la valise, qui met en relation voyageurs et acheteurs.

swopera Bpeek, Swopera, Payname : coup de coeur pour trois services originaux

Selon ses fondateurs, le site peut même « redonner du travail aux petits commerces de proximité dans le monde entier en limitant les commandes de produits via les filières commerciales habituelles », et le service aurait même des vertus écologiques, puisqu’il aiderait à réduire les émissions de gaz polluants en mutualisant les livraisons de petits colis entre particuliers. Reste aux voyageurs à bien vérifier la nature des colis transportés, afin de ne pas se retrouver à l’insu de son plein gré avec un 357 Magnum, une grenade ou 1 kilo de cocaïne pure dans une poche de son baluchon de voyage. D’autant que Swopera est entièrement gratuit.

Payname  : pour déclarer et payer tous les services à domicile en un clic

Les services à domicile entre particuliers ont aussi le vent en poupe grâce à internet, qui a largement favorisé ce genre de relations. Mais la question des paiements et des déclarations légales reste épineux. C’est là qu’intervient Payname (découvert sur PowerPress), une application de paiement pour les services entre particuliers pour déclarer, assurer et payer tous les services à domicile via internet.

payname Bpeek, Swopera, Payname : coup de coeur pour trois services originaux

Payname permet de payer tous les services à domicile comme le ménage, le repassage, la garde d’enfant, le bricolage, le jardinage, les cours particuliers, le dépannage informatique. Depuis un compte Payname en ligne ou sur  mobile, il est possible d’envoyer un paiement avec le montant à remettre à la personne à payer, le service rendu et le nombre d’heures réalisées. Payname calcule automatiquement le montant total du paiement avec les cotisations dues à l’URSSAF. Payname affiche également le montant de la réduction d’impôt à laquelle le commanditaire peut prétendre. Payname est également disponible sur iPhone et Androïd.