Ça y est, un député LR veut qu’on légifère sur Pokémon Go

«N’attendons pas que l’hémicycle du Palais Bourbon ne soit transformé en arène pour dresseurs de monstres avant de légiférer !», déclare-t-il au Figaro.

Pokémon Go

Un peu partout dans le monde, Pokémon Go affole les jeunes, mais inquiète aussi les autorités et les élus. Par exemple, d’après un article d’International Business Times, les autorités indonésiennes ont décidé d’interdire Pokémon Go dans les écoles, parce que le jeu « endommage les cerveaux des enfants et les rend paresseux ».

En Iran, Pokémon Go est également interdit pour des raisons de sécurité. Et en Arabie Saoudite, une fatwa interdit aussi le jeu, pour des raisons purement religieuses.

Dans l’Hexagone, par ailleurs, si personne n’envisage de faire interdire le jeu en réalité augmentée, le député LR Vincent Ledoux estime qu’il faudrait légiférer. «N’attendons pas que l’hémicycle du Palais Bourbon ne soit transformé en arène pour dresseurs de monstres avant de légiférer !», déclare-t-il au Figaro. En effet, pour l’élu Nord, une «chaîne de dangers entoure le phénomène Pokémon Go». Et par ailleurs, celui-ci voudrait utiliser Pokémon Go comme un « révélateur à un vaste chantier législatif qui de l’uberisation de l’économie aux technosciences, va fournir un travail titanesque mais enthousiasmant au législateur ».

Ainsi, Vincent Ledoux entend adresser une question écrite à la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire. Mais que reproche exactement le député à Pokémon Go ?

Outre le fait qu’il semble agacé par les attroupements provoqués par le jeu de Niantic Labs et The Pokémon Compagny, le député LR évoque aussi les accidents causés ainsi que les questions de vie privée.

Parmi ses préoccupations, il y a le fait que les données des joueurs soient envoyées dans des serveurs situés aux Etats-Unis, et que le pays n’est pas « considéré par les autorités européennes de protection des données à caractère personnel comme assurant un niveau de protection suffisant de notre vie privée».

Et en plus de cela, il évoque le fait que les achats in-app de Pokémon Go ne permettent pas de profiter de droits de rétractation comme prévu par le code de la consommation en France.

(Source)


5 commentaires

  1. Légiférer ? heu… il est déjà interdit de rentrer dans un propriété privée fermée sans l’accord du propriétaire, il est déjà interdit de jouer en conduisant, pour ce qui est du délai de rétractation est-ce que l’éditeur du jeu est situé en Europe ?

    D’ailleurs j’ai vu un panneau autoroute afficher « celui qui conduit c’est celui qui ne joue pas » … les mÅ“urs évoluent, le lobby vins/alcools va bientôt pleurer pour concurrence déloyale si les gens préfèrent jouer que boire 😉

  2. « les achats in-app de Pokémon Go ne permettent pas de profiter de droits de rétractation comme prévu par le code de la consommation en France. »

    Ha quand les politiques s’intéressent à quelque chose ils tombent toujours de haut. Tous les jeux vidéos avec des achats in app sont comme ça. Enfin bon, M Ledoux quand on ne sait pas, il vaut mieux s’abstenir.

  3. Peut être que si il y avait une arène et des pokestop au Palais Bourbon, ils seraient plus présent lors de vote de lois.. Pour effectuer ce pour quoi ils sont payés à l’évidence…
    Ils jouent déjà à des jeux tel que Candy Crush ..

  4. Bonjour,
    « les états-unis c’est pas un pays sur pour vos données, il faut faire quelque chose Madame Michu! c’est D A N G E U R E U X!! »
    et quand Assange et Snowden vous révèle que les Etats-Unis espionnent notre gouvernement (et les autres) personne n’a levé le petit doigt, alors M. le député LR, ta gue***

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Le logo de Spotify
Release Radar : Spotify a une nouvelle playlist pour vous

La nouvelle playlist personnalisée de Spotify vous permet de découvrir les nouveaux titres de vos artistes préférés.

Fermer