Candy Crush Saga, le jeu phénomène aux 500 millions d’addicts

Candy Crush Saga, le jeu de puzzle disponible sur iOS, Android et Facebook a passé les 500 millions de téléchargements.

D’après The Next Web, King a annoncé que son titre Candy Crush Saga a maintenant passé le cap des 500 millions de téléchargement. Pour ceux qui n’y ont jamais joué, Candy Crush saga est un petit jeu de puzzle où l’objectif est de cumuler des points en associant des bonbons. Le jeu comporte des centaines de niveaux.

Candy Crush Saga, c’est aussi un phénomène international qui a réussi à dépasser des titres comme Farm Ville et Texas Holdem Poker de Zynga. Sur Facebook, qui n’a jamais reçu une invitation à jouer à ce jeu par ses amis ? Il semblerait que King ait trouvé la formule magique pour rendre ses joueurs complètement addicts. Comme la majeure partie des éditeurs de jeux mobile, King a opté pour le modèle free-to-play, qui semble pour le moment lui réussir.

Actuellement, on compterait 150 milliards de parties et sur Facebook, 1 personne sur 23 serait fan de Candy Crush Saga. King préparerait quelque chose pour célébrer cet évènement.

King : bientôt en bourse ?

En voyant ces statistiques, nous ne doutons pas du fait que King génère beaucoup d’argent grâce à ses titres phares. Au mois de septembre, un article du Telegraph suggérait que le créateur de Candy Crush Saga allait bientôt entrer en bourse. Un premier dossier aurait déjà été déposé à la Securities and Exchange Commission américain. Comme Twitter à la veille de son IPO, King a la possibilité de tenir ces manœuvres secrètes.

Dites-moi, quel est le secret ?

King doit certainement son succès à son titre qui marche le plus : Candy Crush Saga. D’ailleurs, cette année, l’éditeur a décidé d’arrêter certains de ses jeux qui avaient moins de joueurs. Ne jouant que très occasionnellement à Candy Crush Saga, j’ai tout de même remarqué que d’autres jeux du même genre existent sur Facebook et pour les smartphones. Il y a par exemple Diamond Dash ou Juice Cube, le nouveau titre de Rovio Star. Alors, quelqu’un pourrait-il me dire ce que Candy Crush Saga a de particulier ? 🙂

(Source)


8 commentaires

  1. « quelqu’un pourrait-il me dire ce que Candy Crush Saga a de particulier ?  »
    Alors oui, j’aimerai bien comprendre aussi !
    Je n’ai jamais joué à Candy Crush mais de ce que j’en ai vu, c’est le principe du « 3 symboles à aligner »
    identique donc aux bejeweled ou encore babo crash qui existent depuis des années.
    Alors qu’a-t-il de plus ?

  2. Un budget communication… Quand on investit plusieurs centaines de milliers d’€ de publicité par jour que l’on fait un produit multilingue voilà ce qu’il se passe. Les statistiques sont belles mais elles sont réparties sur un nombre important de Pays. Le taux de marge brut serait intéressant à suivre.

  3. Une viralité très bien pensée sur FB et orientée user qui permet de jouer sans payer en invitant, même si au final on fini toujours par payer pour ne pas attendre 😉 Voilà le secret du succès de Candy Crush 🙂

  4. sylvie vatou on

    une réponse à la question « Pourquoi un tel succes » aurait été interessante. Quelle est la valeur ajoutée de cet article par rapport aux autres sites?

    Valentin Pringuay reviens! ils sont devenus fous!

  5. Setra

    @sylvie vatou
    Je suppose que vous jouez à ce jeu et c’est pour cela que vous dites ça. Les deux questions sont à peu près les mêmes. Et j’aimerais avoir l’avis de joueurs 🙂

  6. Et bien je vais vous le dire le petit truc qui rend accroc.

    Moi-même je me demandais ce que ce jeu avait de plus qu’un simple Jewel. Je l’ai donc téléchargé (sur Android) il y a quelques temps, je l’ai testé, et j’ai presque-adoré.

    Pourquoi? D’abord l’ergonomie et le background de l’appli. C’est coloré, enfantin mais pas nunuche. C’est mignon comme angry birds, le côté angry en moins.
    Ensuite, après quelques niveaux du tutoriel, on apprend le gameplay, qui est plus profond qu’un simple Jewel.
    Candy Crush Saga c’est (je crois) plus de 400 niveaux. Chaque niveau est unique, par son objectif (faire tomber des objets en bas de l’écran ; Faire disparaître des zones particulières ; Faire le plus de points en un temps imparti…), et sa forme (chaque niveau a des zones inaccessibles, on n’est pas toujours dans un monde tout carré du Jewel classique).
    Ensuite, le gameplay est très simple. Tout le monde connait le principe du Jewel. Mais les combos viennent ajouter la touche pimentée qui permet de détruire toute une ligne, colonne, zone ou couleur.
    Enfin, ce sont les power-up, nerf de la guerre, qui permettent de passer certains niveaux plus facilement. Ces derniers sont payants, bien évidemment, après qu’on ait utilisés tous les gratuits qui mettent l’eau à la bouche.
    La difficulté est également au rendez-vous. Les objectifs sont parfois difficiles à atteindre et le système des « 3 étoiles » est toujours addictif pour les challengers.
    Si un objectif n’est pas rempli, cela enlève une des 5 vies, qui se régénèrent après plusieurs minutes: C’est LE truc qui fait tout:
    On continue d’y jouer « tant qu’on a des vies »
    On y décroche quand on en a plus,
    On y retourne quand la notification te dit « Tu as de nouveau toutes tes vies ».
    C’est également le point Social du jeu, qui permet d’envoyer des vies à ses amis (ma partie n’étant pas connectée à FB, je n’ai pas pu tester cette fonctionnalité.)

    Au final, on a une appli homogène : Bons graphismes, Bon gameplay, Pas trop social, Pas trop intrusif sur les achats In-app, Pas trop lassant par des niveaux qui sont toujours différents.
    Voilà mon ressenti sur ce jeu. Je ne suis qu’au niveau 40 donc je n’ai pas encore tout vu.

    Je tiens à préciser que je ne suis pas un habitué des social games.

    • Setra

      @Madien
      Merci pour votre avis. Moi j’en suis à ma 40ème invitation 🙂

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Internet Explorer, Kinect, Xbox One : ce que Microsoft nous prépare…

Avec la nouvelle console Xbox One de Microsoft, vous allez être en mesure de surfer sur Internet Explorer sans les...

Fermer