Ce photographe a gagné 15.000 dollars en un jour via Instagram

Ne se définissant pas comme un entrepreneur, Arnold se qualifie même « d’idiot d’affaires ». Ce qui ne l’a pas empêché de gagner 15 000 $ en un jour via Instagram.

Insta 1

Il y a quelques mois, nous évoquions les Success Story de quelques utilisateurs américains qui génèrent d’excellents revenus grâce au réseau social Vine. Sur Instagram aussi, il y a parfois de bonnes surprises, comme celle du photographe Daniel Arnold. Ce dernier a réussi à gagner 15 000 dollars (près de 10 800 euros) en un jour.

Le photographe américain est très actif sur les réseaux sociaux et il ferait partie des meilleurs sur Instagram. Actuellement, son compte est suivi par 46 000 personnes et il a plus de 1 300 photos à son actif. Quand il ne trouve pas de boulot de photographe ou d’auteur, Arnold se promène dans New York, avec un iPhone et un appareil photo. Sur son compte Instagram, on retrouve un peu tout et n’importe quoi. Parfois, il lui arrive aussi de trouver des moments particuliers (voir insolites) à photographier.

Mais aussi amusante soit-elle, cette activité ne fait pas vivre. Un soir, alors qu’il ne savait pas comment il allait régler son loyer, et qu’il allait fêter ses 34 ans le lendemain, Arnold Daniel décide de monétiser son compte Instagram. Il publie un message sur son compte, annonçant qu’il aura 34 ans et qu’il vend des impressions 4×6 des photos qu’il a publiées sur le réseau social pour 150 $ l’unité. Une offre limitée à seulement 24 heures. Le règlement se fait via PayPal.

Arnold s’attendait certainement à ce que quelques fans commandent ses meilleures photos. Mais il faut croire que son compte Instagram contenait un véritable trésor puisqu’il a reçu des commandes totalisant 15.000 dollars. Bien sûr, toutes ces commandes n’ont pas pu être honorées en un jour. Mais elles ont certainement sauvé le jour d’anniversaire d’Arnold. Un fan aurait même proposé $ 1.000 pour toutes les photos ayant plus de 1000 J’aime.

La petite anecdote : une personne aurait commandé une photo topless qui lui valut la suppression de son ancien compte Instagram. Cette personne serait française.

(Source)


11 commentaires

  1.  » Un fan aurait même proposé $ 1.000 pour toutes les photos ayant plus de 1000 J’aime.  »
    C’est dire la connerie du fan en question… Son seul critère d’achat est la popularité des clichés, encore un qui va investir des fortunes pour posséder le travail d’un artiste auquel il ne comprend rien. Sans doute pour pouvoir ensuite étaler sa collection aux yeux de tous et passer pour quelqu’un de cultivé à l’esprit ouvert. Quand l’art devient simplement un business c’est attristant…

    Regardez « Faites le mur » pour ceux que ça intéresse
    ( le cas de Mr Brainwash, escroc qui s’inspire de véritables artistes et fait fortune injustement avec des créations vides de sens ) jugez par vous-même.

  2. Ah, la conception franco francaise de l’art.
    Le mec achete ce qu’il veut, c’est pas ton probleme… Si tu as mieux a faire avec ton pognon, tant mieux pour toi. Laisse les autres acheter ce qu’ils veulent.
    Grace a lui, le photographe a gagne de quoi manger pour 10 mois.

    Ah oui, pardon, l’etat devrait payer tous les photographes afin que l’art ne soit pas un business et que l’art soit « libre », comme en france, puisque nous on a tout mieux compris que tout le monde et personne ne nous imite (a part les etats totalitaires) parce que le monde entier est con.
    On peut mesurer les resultats de cette pensee « eclairee » par la qualite des productions francaise et l’engouement qu’elles suscitent a l’international.

  3. On sait depuis longtemps que la cote de popularité d’un artiste n’a rien à voir avec son talent : Van Gogh en est un des exemples les plus connus.
    Quant à Flo, elle n’a manifestement rien compris au commentaire de Ice…

  4. Francis : au contraire, Flo a très bien compris et très bien analysé le pitoyable commentaire de Ice.

  5. » Un fan aurait même proposé $ 1.000 pour toutes les photos ayant plus de 1000 J’aime. »

    >>> C’est dire la connerie du fan en question…

    Ouais, c’est trop un con. Il achete les photos d’un artiste au prix qu’il le souhaite, quel connard! Il merite l’insulte et le ban populaire.

    Moral, vaniteux…

    >>> Son seul critère d’achat est la popularité des clichés

    Reformulation: « Un autre critere aurait ete bon mais celui la est mauvais ». Heureusement, il y a une liste absolument INCONTESTABLE et INCONTESTE de ce que sont les bons et les mauvais criteres d’achat

    C’est un critere comme un autre. Le seul argument contre ca est d’ordre moral.

    >>> encore un qui va investir des fortunes pour posséder le travail d’un artiste auquel il ne comprend rien.

    On peut raisonnablement supposer que Ice ne connaissait pas l’artiste avant ce billet. Une chose est sure, il ne connait certainement pas (avec une probabilite de 99.99999999999999999999%) l’acheteur en question. Venir dire que cet acheteur ne comprend rien a l’artiste, sous l’unique pretexte qu’il a paye ses oeuvres tres cher est douteux.

    Point de vue omniscient qui suppose la preconnaissance de l’artiste, de l’acheteur, de leur relation et de leur valeurs personnelles. Ainsi qu’une echelle des « bonnes » et des « mauvaises » valeurs / connaissances / relations, qui lui permet d’etablir pourquoi cette transaction est mauvaise

    >>> Sans doute pour pouvoir ensuite étaler sa collection aux yeux de tous et passer pour quelqu’un de cultivé à l’esprit ouvert.

    Etaler sa collection s’appelle partager et diffuser un artiste qu’il aime.
    De plus, encore une fois, cela s’appelle « parler sans savoir ». Visiblement, Ice est tres sur de lui (puisqu’il parle « sans doute », donc « avec certitude ») quand a l’utilisation qui va etre faite de cet achat. En fait, il n’en sait rien. Tout decoule de sa preconception du « riche qui achete des l’art » et d’un film (de merde au passage) comme reference pour appuyer son propos.

    >>> Quand l’art devient simplement un business c’est attristant…

    L’art est un business a partir du moment ou des gens en vivent. Ceux qui pensent que ne devrait pas etre le cas ne sont pas oblige de monnayer leurs oeuvres (si tant est qu’ils fassent quoi que ce soit). Rien ne leur interdit de bosser gratuitement et de diffuser gratuitement leurs « oeuvres ».

    >>> On sait depuis longtemps que la cote de popularité d’un artiste n’a rien à voir avec son talent

    Non, ca n’a d’ailleurs jamais ete le propos. La cote de popularite est lie a l’interet (et au plaisir) qu’un artiste suscite. Le talent ne se mesure PAS QUE a la capacite technique.

    La position qui consiste a dire que l’art ne devrait pas etre un business defend l’idee que les artistes devraient pouvoir vivre de leur art peu importe que cela se vende ou non. Ce qui revient a dire que l’etat devrait les prendre en charge (le marche ne remunere que ceux qui vendent) et qu’on se fout de savoir si les oeuvres interesse quelqu’un ou pas (on achete parce que ca nous interesse, et on n’achete pas parce que ca ne nous interesse pas ou qu’on ne connait pas).
    C’est comme dire qu’un sportif qui fait 50s au 100m devrait pouvoir vivre de son sport meme s’il est mauvais. C’est le « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins » de Marx, et c’est donc la culture de l’echec et de la pauvrete.

    >>> Regardez « Faites le mur » pour ceux que ça intéresse ( le cas de Mr Brainwash, escroc qui s’inspire de véritables artistes et fait fortune injustement avec des créations vides de sens ) jugez par vous-même.

    Ouais, regardez le seigneur des anneaux et vous verrez que j’ai raison quand je dis que les elfes auront les oreilles pointues.

  6. » Un fan aurait même proposé $ 1.000 pour toutes les photos ayant plus de 1000 J’aime. »

    >>> C’est dire la connerie du fan en question…

    Ouais, c’est trop un con. Il achete les photos d’un artiste au prix qu’il le souhaite, quel connard! Il merite l’insulte et le ban populaire.

    Moral, vaniteux…

    >>> Son seul critère d’achat est la popularité des clichés

    Reformulation: « Un autre critere aurait ete bon mais celui la est mauvais ». Heureusement, il y a une liste absolument INCONTESTABLE et INCONTESTE de ce que sont les bons et les mauvais criteres d’achat

    C’est un critere comme un autre. Le seul argument contre ca est d’ordre moral.

    >>> encore un qui va investir des fortunes pour posséder le travail d’un artiste auquel il ne comprend rien.

    On peut raisonnablement supposer que Ice ne connaissait pas l’artiste avant ce billet. Une chose est sure, il ne connait certainement pas (avec une probabilite de 99.99999999999999999999%) l’acheteur en question. Venir dire que cet acheteur ne comprend rien a l’artiste, sous l’unique pretexte qu’il a paye ses oeuvres tres cher est douteux.

    Point de vue omniscient qui suppose la preconnaissance de l’artiste, de l’acheteur, de leur relation et de leur valeurs personnelles. Ainsi qu’une echelle des « bonnes » et des « mauvaises » valeurs / connaissances / relations, qui lui permet d’etablir pourquoi cette transaction est mauvaise

    >>> Sans doute pour pouvoir ensuite étaler sa collection aux yeux de tous et passer pour quelqu’un de cultivé à l’esprit ouvert.

    Etaler sa collection s’appelle partager et diffuser un artiste qu’il aime.
    De plus, encore une fois, cela s’appelle « parler sans savoir ». Visiblement, Ice est tres sur de lui (puisqu’il parle « sans doute », donc « avec certitude ») quand a l’utilisation qui va etre faite de cet achat. En fait, il n’en sait rien. Tout decoule de sa preconception du « riche qui achete des l’art » et d’un film (de merde au passage) comme reference pour appuyer son propos.

    >>> Quand l’art devient simplement un business c’est attristant…

    L’art est un business a partir du moment ou des gens en vivent. Ceux qui pensent que ne devrait pas etre le cas ne sont pas oblige de monnayer leurs oeuvres (si tant est qu’ils fassent quoi que ce soit). Rien ne leur interdit de bosser gratuitement et de diffuser gratuitement leurs « oeuvres ».

    >>> On sait depuis longtemps que la cote de popularité d’un artiste n’a rien à voir avec son talent

    Non, ca n’a d’ailleurs jamais ete le propos. La cote de popularite est lie a l’interet (et au plaisir) qu’un artiste suscite. Le talent ne se mesure PAS QUE a la capacite technique.

    La position qui consiste a dire que l’art ne devrait pas etre un business defend l’idee que les artistes devraient pouvoir vivre de leur art peu importe que cela se vende ou non. Ce qui revient a dire que l’etat devrait les prendre en charge (le marche ne remunere que ceux qui vendent) et qu’on se fout de savoir si les oeuvres interesse quelqu’un ou pas (on achete parce que ca nous interesse, et on n’achete pas parce que ca ne nous interesse pas ou qu’on ne connait pas).
    C’est comme dire qu’un sportif qui fait 50s au 100m devrait pouvoir vivre de son sport meme s’il est mauvais. C’est le « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins » de Marx, et c’est donc la culture de l’echec et de la pauvrete.

    >>> Regardez « Faites le mur » pour ceux que ça intéresse ( le cas de Mr Brainwash, escroc qui s’inspire de véritables artistes et fait fortune injustement avec des créations vides de sens ) jugez par vous-même.

    Moi jte dis que les elfes ont les oreilles poinutes, je l’ai vu dans le seigneur des anneaux. Tu me crois pas? Ben regarde le seigneur des anneaux et « juge par toi meme ».

    Juge par toi meme veut dire: J’ai raison, puisque je repete ce que dit une source exterieure. Si tu me crois pas, va voir par toi meme la source exterieure et tu verras qu’elle dit exactement la meme chose que moi.

    Sorte d’argument d’autorite pour simples d’esprit.

  7. « Son seul critère d’achat est la popularité des clichés, encore un qui va investir des fortunes pour posséder le travail d’un artiste auquel il ne comprend rien »

    =>

    « Le mec achete ce qu’il veut, c’est pas ton probleme… Si tu as mieux a faire avec ton pognon, tant mieux pour toi. Laisse les autres acheter ce qu’ils veulent.
    Grace a lui, le photographe a gagne de quoi manger pour 10 mois. »

    Rien d’autre à rajouter.

  8. Ni le marché ni l’État ne sont satisfaisants pour l’artiste qui, dans un cas comme dans l’autre, y laisse de sa liberté.
    Mais, s’agissant du cas particulier dont traite l’article, ce qui frappe, c’est que personne ne semble s’intéresser vraiment au photographe en question, à sa production. Or que produit-il ? Essentiellement des représentations de la misère humaine. Face à ces représentations, des milliers d’individus cliquent sur le bouton « like » (ce qui n’est pas du tout la même chose qu’aimer), de la même façon que le feraient des robots. Le photographe met en vente ses photos, ce qui est son droit le plus absolu, et des collectionneurs (?) se mettent à acheter ces représentations de la misère humaine. Et que penser de celui qui aurait proposé d’acheter les photos ayant reçu plus de mille clics sur le bouton « like », ces représentations de la misère humaine ayant provoqué une fièvre robotique ?
    Je me demande si nous prenons encore le temps de penser.

  9. Entierement d’accord avec Francis,en parlant de la misere humaine.Je dirai mieux, de l’exploitation, de la misere humaine.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Out There : quand le jeu vidéo rencontre la poésie
Out There : quand le jeu vidéo rencontre la poésie

Out There est un jeu vidéo indie né de la rencontre du fondateur du studio Mi-Clos, Michael Peiffert et d'un...

Fermer