Ce que Facebook va faire pour limiter la désinformation

La polémique qui a suivi l’élection présidentielle aux USA a contraint Facebook à annoncer quelques mesures contre les articles mensongers.

un-homme-lit-son-journal-dinformation-dans-un-parc

L’élection présidentielle aux Etats-Unis est certes terminée, mais la polémique concernant la désinformation qui a circulé sur les réseaux sociaux (notamment Facebook, et qui aurait un peu aidé Donald Trump) ne fait que commencer.

Le PDG du réseau social insiste toujours sur le fait que la désinformation ne représente qu’une maigre part du contenu qui est partagé sur Facebook (99 % des infos ne seraient pas fausses), mais face à toutes les réactions qui ont suivi l’élection de Donald Trump, Mark Zuckerberg a décidé d’annoncer quelques mesures que Facebook compte appliquer pour « prendre ses responsabilités ».

Mark Zuckerberg rappelle que son réseau social a toujours combattu les fake news. Et comme il l’explique, « tout le monde peut signaler un lien comme faux ». Ces signaux permettent à Facebook de repérer la désinformation, en plus des sites spécialisés dans le fact-checking comme Snopes, aux Etats-Unis.

En fin de comte, ce que l’entreprise laisse entendre, c’est que les nouvelles mesures annoncées ne sont que des évolutions de celles qui ont déjà été prises précédemment. Le PDG explique d’ailleurs que généralement, ce genre de mise à jour du fil d’actualité ne devrait pas faire l’objet d’une annonce aussi prématurément. Mais pour répondre aux différents articles qui ont accusé Facebook d’être l’une des causes de la victoire de Donald Trump, il a fait une exception.

Facebook promet ainsi d’améliorer ses outils de détection de canulars, sur le plan technique, et de faciliter le signalement de ceux-ci par les utilisateurs du réseau social. D’autre part, s’il n’entend visiblement pas interdire la publication de ces articles de désinformation, il envisage de mettre en place un système d’avertissement sur les articles qui ont été signalés comme mensongers. Sinon, Facebook entend également faire le ménage dans sa fonctionnalité « articles similaires », qui suggère d’autres articles à l’utilisateur en-dessous des liens sur le fil d’actualité.

Et comme nous l’évoquions plus tôt, Facebook, ainsi que Google, ont déjà pris l’initiative de priver les sites mensongers de revenus publicitaires, en les excluant de leurs réseaux d’annonceurs.

Facebook refuse de jouer un rôle d’éditeur

Voilà, en substance, ce que Facebook entend prochainement faire pour limiter la portée des sites de fausses informations. Mark Zuckerberg se montre optimiste, mais avertit tout de même que certaines de ces mesures pourraient être inefficaces.

En tout cas, ce qui est clair, c’est que le numéro un des réseaux sociaux ne souhaite pas devenir « l’arbitre » et préfère se baser sur les signalements de sa communauté ainsi que sur les sites spécialisés dans la vérification des faits pour identifier ce qui est mensonger sur le fil d’actualité.

Lors d’une récente conférence économique à Lima, au Pérou, Mark Zuckerberg a d’ailleurs aussi évoqué le problème des fausses informations. « Je suis optimiste. Mais en tant qu’ingénieur, je sais à quel point ce sera difficile », a-t-il déclaré.

(Source)


Un commentaire

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Samsung investit chez Sigfox
IoT : le français Sigfox réalise une nouvelle levée de fonds record

Même si pour beaucoup le nom de Sigfox est toujours inconnu, pour tous ceux qui s’intéressent aux nouvelles technologies, cette...

Fermer