cequivavraimentsaoulerlesfrançais.fr, les vignerons connectés en colère

Suite à une mesure mise en place par le gouvernement en catimini, les vignerons français ont décidé de se mobiliser avec l’opération cequivavraimentsaoulerlesfrançais.

Le 19 septembre dernier, le nouveau plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives était adopté. Voté par un comité interministériel présidé par Jean-Marc Ayrault, un document de 80 pages traitant des pratiques à mettre en Å“uvre pour faire reculer les pratiques addictives et dangereuses en France. Seul hic, une mention concernant l’interdiction de « la propagande et la publicité en faveur des boissons alcoolisées sur les services de communication en ligne ». Une mesure qui touchait donc toutes les catégories d’alcool dont le vin.

cequivavraimentsaoulerlesfrançais.fr

Il n’en a pas fallu plus pour que les différents acteurs du secteur viticole se mobilisent pour contrecarrer cette interdiction. Réunis sous la bannière d’une campagne nommée « cequivavraimentsaoulerlesfrançais.fr », ce sont plus de 500.000 personnes en lien avec le vin et la vigne qui se sont manifestées selon Vin & Société, l’instigateur de l’opération. A travers un site Internet et diverses actions sur les réseaux sociaux, les vignobles estiment avoir attiré plus de 70.000 personnes sur cequivavraimentsaoulerlesfrançais.fr en une journée.

cequivavraimentsaoulerlesfrançais

Une action éclair couronnée de succès

Hier, le 26 septembre, après une première journée de mobilisation autour de la campagne de protestation, le gouvernement a fait marche arrière. Sur le site de la MILDT (Mission Interministérielle de lutte contre la drogue et les addictions), la mesure qui posait problème a tout simplement disparu du document officiel en ligne. Bien que les acteurs de la ‘cyber-révolte des vignerons’ se félicitent de l’efficacité de leur action éclair, ils soulignent quand même « cette pratique inédite et non respectueuse du débat démocratique ».

Une ‘coquille’

Mais qu’en est-il du côté du gouvernement ? Qu’est-ce qui explique cette suppression silencieuse ? Contactée par le site Clubic, la MILDT a expliqué que l’introduction de ce paragraphe était une simple erreur de leur part. « La mesure en question n’aurait jamais dû figurer dans le texte. Il s’agit d’une erreur. Cette disposition a seulement été abordée lors des discussions et de l’adoption, mais elle ne devait pas figurer dans la version finale.« .

Vin et société continue le combat

Même si l’association Vin et Société peut se féliciter de cette victoire, elle ne compte pas abandonner son combat car il y a bien d’autres mesures qu’elle ne souhaite pas voir appliquées -il y en a 5 en tout-. « Quel document fait foi ? Nous demandons au Premier Ministre de condamner fermement cette pratique et de remettre de la clarté dans le plan du gouvernement. Notre mobilisation se poursuit. Nous souhaitons l’abandon des mesures envisagées contre la vin et la création d’une instance interministérielle dédiée au vin», Joël Forgeau, président de Vin & Société.

(sources [1], [2], [3])


5 commentaires

  1. Ce qui « saoule vraiment les français » c’est l’incompétence de ce gouvernement et de son président!!!!!!!!!!!!
    Français: réveillez vous et virez les!

  2. Ils ont bien raisons, perso je suis un geek absolument fan de vin, j’adore les dégustations, l’apprentissage des valeurs, du goût etc…

    Ce projet de la part du gouvernement est totalement aberrant !

    Vive le vin et vive la France !

  3. Ce gouvernement n’est qu’un ramassis d’imbéciles qui n’ont rien d’autre que du vent dans leur cervelle.
    Je suis un ancien professionnel (commercial) du vin et pendant mes près de 20 ans de carrière dans la filière je n’ai rien fait d’autre que de déguster les vins que je vendais. Si le vin aurait du me tuer je serai mort depuis longtemps.
    Il va bien falloir qu’un jour et le plus proche possible, qu’on mette dehors à grands coups de pieds quelque part toute cette bande de crétins qui ne se rendent même pas compte que la filière participe très largement aux exportations et que tuer cette filière c’est encore mettre des centaines de milliers d’emploi en péril. comme on a fait avec la sidérurgie, le charbon, le textile, l’automobile où l’hémorragie est en cours.

  4. Défendons le vin, la culture, le bon goût, luttons pour préserver les cultures traditionnelles et favorisons l’apprentissage et l’accès aux petits plaisirs.
    Les restrictions sévères conduisent inévitablement aux désordres et aux grands excès, on attaque le vin mais que fait on contre l’héroïne, la cocaïne, l’opium qu’on trouve si facilement au coin de nos rues.
    Nous savons que la prohibition a fait la fortune de la mafia et du grand banditisme alors pourquoi se jeter dans l’erreur avec tant d’obstination.

    Vive le vin !

  5. En effet il ne faut encadrer mais pas supprimer !! Ce n’est pas en ignorant et en passant sous silence les problèmes de drogue et d’alcoolisme que l’on va trouver une solution alors que parler du vin, en faire l’éloge et l’expliquer comme on peut le faire de l’art, ça ça augmente le niveau général !

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Google fête ses 15 ans et propose quelques nouveautés

Cela fait déjà 15 ans que Google existe, mais plutôt que de verser dans l’autosatisfaction, la société nous propose quelques...

Fermer