Après des années d’observation anthropologique minutieuse et de tests en laboratoires, les bureaux d’étude et de marketing de Philips ont fait récemment une découverte incroyable : jusqu’à aujourd’hui, le repassage était un hobby exclusivement féminin. Du moins dans le couple, l’homme préférant souvent la télé ou le foot avec les potes. Pour les hommes célibataires,

Après des années d’observation anthropologique minutieuse et de tests en laboratoires, les bureaux d’étude et de marketing de Philips ont fait récemment une découverte incroyable : jusqu’à aujourd’hui, le repassage était un hobby exclusivement féminin. Du moins dans le couple, l’homme préférant souvent la télé ou le foot avec les potes.

fernoir1 Chez Philips, le repassage fait mâle

Pour les hommes célibataires, la question était résolue différemment, le repassage consistant généralement à étendre soigneusement sa chemise du lendemain sur un porte-manteau puis à l’enfiler et l’étirant sur son torse viril, ou à acheter des liquettes infroissables. Et je sais de quoi je parle (pour le porte-manteau). Mais de fer à repasser, point, ou peu.

Bref, dans sa grande majorité le mâle pilote aussi mal le fer à repasser que la femelle la perceuse ou la Lamborghini Murcielago. Et que celle qui n’approuve pas me jette la première Badinter (je suis un sale macho, ok, d’autant que j’ai des copines qui sont bien meilleures en bricolage que moi). D’où une frustration bien compréhensible face à cette inégalité flagrante. Une injustice que Philips a donc décidé de combattre et réparer en lançant le premier fer à repasser pour homme, présenté parmi plusieurs dizaines d’autres équipements domestiques cette semaine aux médias lors du Consumer Lifestyle Show à Barcelone.

Sérieux les gens, même si nous sommes ici assez éloignés de la thématique Presse-citron (vous me pardonnerez cette incartade ?), dans la gamme large de produits d’électronique grand public de Philips, qui va du baladeur mp3 (et bientôt sous Android) au téléviseur 21:9 en passant par l’aspirateur ou encore les sextoys soft (sensual massagers), c’est ce fer à repasser pour homme qui a retenu le plus mon attention. Tout en me demandant ce que j’allais bien pouvoir écrire là-dessus et comment j’allais le faire, je me suis dit que je ne pouvais pas ne pas vous en parler.

Un fer à repasser pour homme ? Qu’a-t-il donc de si particulier se demande le lecteur inquiet. Oh pas grand chose, rassure-toi, lecteur inquiet. Pas de fille dénudée sur la boîte ni de poupée gonflable dans la boîte. Non, tout est dans les couleurs et le packaging. Mas-cu-lin. A savoir une boîte façon mallette à outils, noire, carrée, revêtue de cet habillage en peau de lézard du plus grand chic avec les angles renforcés de rivets métalliques qui rappelle aussi un peu la valisette dans laquelle le tueur à gage range soigneusement sont Magnum 357 après un dégommage en règle. Mas-cu-lin. Et à l’intérieur le fameux objet du délit : un superbe fer à repasser aux formes racées et viriles. Mais ce sont bien sûr les couleurs qui font la vraie différence avec le fer de gonzesse. Ici pas de blanc lavabo ni de bleu lavande, non. Du noir, du gris anthracite, le tout souligné d’un liseré rouge Ferrari. Des couleurs d’homme quoi. De vrai. De la belle ouvrage en vérité. Tu as ça en main tu es George Clooney, je te promets. Nothing else.

Je ne sais pas si Philips compte en vendre beaucoup, si cet objet étonnant sera un succès  et quelle sera à terme sa part de marché dans la gamme, mais la morale de l’histoire est ailleurs : nous avons découvert stupéfaits que si le repassage était une affaire exclusivement féminine c’est à cause de la couleur et de l’emballage. Aux filles la boîte en carton bouilli toute pourrie avec une grosse photo kitsch en surimpression, aux garçons la super mallette qui ne déparerait pas entre les valises Vuitton dans la soute du Falcon 2000. Une injustice en chasse une autre, tiens. Allez Philips, encore un petit effort, sortez-nous vite un vrai truc de fille : une scie-sauteuse rose avec des lames de toutes les couleurs empaquetée dans un superbe vanity laqué rouge. Pendant que monsieur repasse, madame scie, le chat s’en fout et les vaches sont bien gardées. D’ailleurs j’apprends à l’instant (merci Lolo sur Twitter) que cela existe. Presque.

Je ne vous mets pas de (vraie) photo ni de lien ni de prix sinon on va encore me dire que c’est un billet publicitaire ou je ne sais quelle connerie, et puis c’est bien aussi de temps en temps de faire marcher son imagination (avant de faire courir Google). Black is black.

En revanche je ne suis pas très fier de mon titre.