Promis : Facebook ne favorise pas les posts payants au détriment des actualités dans son flux. Vraiment ? La polémique enfle et Facebook se défend. Explications.

Depuis quelques semaines, et notamment depuis l’introduction des « Promoted posts », une nouvelle option payante qui permet à une marque de toucher plus de monde selon le montant investi, l’algorithme de Facebook qui organise la façon dont vous voyez les news dans votre flux semble avoir subi quelques modifications.

Si l’on en croit certains observateurs, le « reach », à savoir le nombre potentiel de personnes qui voient un post dans leur flux, baisse de façon continue depuis plusieurs semaines. Selon d’autres, non. Devant le mécontentement qui semble s’amplifier du côté des marques, qui soupçonnent Facebook de brider les posts gratuits au profit des payants, sans tenir compte de leur intérêt, Facebook a organisé vendredi dernier un petit point presse pour expliquer – et éventuellement défendre – sa position.

Selon Will Cathcart, chef de produit pour la partie « flux » de Facebook et porte-parole pour l’occasion, si l’EdgeRank, l’algorithme qui calcule la façon dont les posts sont affichés dans les flux d’actualité, a bien été modifié récemment, il n’a en rien changé le reach. Pour étayer ses propos, Cathcart a levé partiellement le voile sur les nouveaux critères de ce fameux EdgeRank. Parmi eux, les quatre les plus importants, ceux qui font que vous voyez ou pas un post passer dans votre flux d’actualités seraient :

  • est-ce que vous avez déjà interagi auparavant avec les publications de la page à l’origine du post ?
  • est-ce que vos amis ont interagi avec cette page, et liké ce nouveau post ?
  • comment avez-vous interagi avec des posts similaires dans le passé (reste à définir ce qu’est un post similaire…)
  • est-ce que d’autres se sont plaints de ce nouveau post ?

De cette façon, Facebook entend mettre en avant les posts les plus intéressants pour un utilisateur et par conséquent pénaliser ceux qui le sont moins, en dehors de toute notion de post pour lequel une marque aurait payé via l’option Promoted posts. Ce qui explique que certains posts, même payants, n’atteignent pas forcément autant de monde que souhaité : si vous envoyez un gros spam bien lourdingue et collant en payant un maximum pour qu’il touche le plus de monde possible, vous risquez d’en être pour vos frais.

Payer pour voir ?

C’est probablement une intention louable de la part de Facebook, qui entend ainsi éviter à ses utilisateurs de se voir bombardés de publications sans intérêt, mais cela pose question du point de vue de la marque ou de l’entreprise aui aura payé pour se faire mieux voir, car les critères restent quand même assez flous : à quoi bon payer si l’on n’est de toute façon pas certain d’atteindre autant de monde qu’on le souhaite ?

facebook reach Comment Facebook personnalise votre flux dactualités
Source de l’image : We are Social

Pour Will Cathcart, chaque utilisateur doit recevoir une information personnalisée et différente, de sorte qu’idéalement il n’y ait pas deux flux identiques. Ce qui suppose même que le même membre de Facebook ne recevra pas la même actualité selon qu’il y accède via son PC ou son mobile (pour le moment je n’ai pas constaté cela).

Bien sûr Facebook ne dévoile que ce qu’il veut bien dévoiler, et on imagine bien que son algo est un peu plus sophistiqué que cela, mais le point presse met au jour une difficulté inhérente au réseau social : satisfaire à la fois les utilisateurs et les marques. Alors que parfois leurs intérêts divergent. Joli numéro d’équilibriste.

Il y a un algo pour ça.

(source)