Comment faire face à la fin de Google Alertes

De nombreux indicateurs tendent à prouver le déclin de Google Alerts. La start-up française mention prend les devants et se propose en alternative avec une migration simplifiée.

Nous vous en parlions dernièrement, de nombreux indicateurs semblent indiquer le lent déclin de Google Alertes. Il y a quelques jours encore, nous apprenions que la réception de vos alertes via RSS n’était plus supportée. Une nouvelle qui sent bougrement la fumée quand on sait qu’il s’agissait de la seule nouvelle fonctionnalité du service depuis 2003. Et, comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu.

Il s’agit évidemment d’un effet collatéral de l’abandon de Google Reader, mais de nombreuses personnes considèrent cette nouvelle comme un nouvel indicateur que l’arrêt de mort de Google Alertes n’est qu’à quelques encablures de nous.

mention Comment faire face à la fin de Google Alertes

Trouver une alternative à Google Alertes

J’ai déjà pu m’exprimer à ce sujet, mais je ne pense pas que l’arrêt de Google Reader soit un désastre sous tout rapport. En effet, la perte de ce service a dynamisé un marché où de nombreuses start-ups ont pu profiter de cet appel d’air pour trouver une puissante traction. Feedly est un excellent exemple, gagnant quelques 3 millions d’utilisateurs en 15 jours.

Le déclin de Google Alertes est ainsi accueilli à bras ouverts par la concurrence.

Cela fait ainsi depuis plus d’un an (avril 2012) que la start-up française mention a été fondée par Edouard de La Jonquière (ex-Capgemini), Thibaud Elzière (fondateur de fotolia.com), Quentin Nickmans (cofondateur de efounders), Arnaud Le Blanc et Didier Forest. D’abord présenté comme un outil de veille à destination des community managers, mention souhaite aujourd’hui être vu comme LE remplaçant idéal aux alertes Google.

Un bandeau sur le site web de la start-up va ainsi allègrement vous annoncer que vous pouvez remplacer Google Alertes en moins d’une minute, vous dirigeant vers une page d’importation de votre compte Google Alertes. Pour cela, il suffit de se créer un compte et d’importer un fichier CSV que Google vous fournit en un clic sur cette page.

google alertes mention Comment faire face à la fin de Google Alertes

Une alternative qui va plus loin que l’original

On pourrait se dire que des start-ups comme Feedly ou mention ont forcément les reins moins solides qu’un Google et auront cette fragilité inhérente à l’aventure entrepreneuriale. Pourtant, contrairement à un Google qui peut se permettre d’abandonner un produit et ne plus le mettre à jour, une start-up a cette nécessité d’innover et d’évoluer sans cesse pour convaincre de nouveaux utilisateurs. Mention propose ainsi des fonctionnalités qui vont plus loin qu’un simple clonage du service de Google. En effet, entre autres choses, mention propose tout un volet collaboratif permettant la gestion en équipe des alerte, des outils d’analyse de la tonalité des messages, ainsi que des statistiques complets.

Ces fonctionnalités avancées seront pourtant réservées aux possesseurs d’un compte Premium. En effet, si une version gratuite existe, il sera possible de bénéficier d’un outil plus robuste et puissant en choisissant une option Lite (4,90€/mois), Pro (15,90€/mois) ou Entreprise (49,90€/utilisateur/mois).

13 commentaires

  1. J’ai remplacé mes flux rss de google alertes par des flux rss équivalents de chez bing tout en gardant les google alertes par email pour comparer les résultats… qui sont comparables. Adepte des flux RSS, je vais donc supprimer les alertes par email.

  2. +1 sur mention (pour le coup :)) l’outil est super et déniche des contenus sortis parfois de nulle part et rapidement !

  3. Tb article. J’utilise Mentions au quotidien : il est super !! Couplé à Pulse pour l’agrégateur ; je le trouve plus ergonomique que feedly; ça fait un bon outil. :)

  4. Je vais tester de ce pas mention.
    Quand ils ecrivent 250 mentions, 2000 mentions … ils parlent d’expressions surveillées?

  5. Personnellement, je n’ai pas encore transféré mes feeds et ne sais pas encore vers quel service me tourner. Je trouver le petit reader simple et pratique. Wait and see. C’est gênant tout ça. Mais dans le même temps si cela permet d’ouvrir le marché et libérer les opportunités, que demander de mieux.

  6. Vraiment perplexe quant à la version gratuite… je vois pas en quoi, c’est « L’ALTERNATIVE ». A une époque, j’ai essayé Alerti dont la version gratuite est elle aussi très pauvre. Je vais plutôt tester Bing ou Talkwalker.

  7. Talkwalker sans hésiter ! Mention, c’est beau, mais la version gratuite est bien trop limitée et la version payante bien trop cher pour simplement remplacer Google Alert.

  8. ce billet me soulage, mon travail dépend énormément de Google Alertes, l’idée qu’il existe une alternative qui se trouve être encore plus performante me rassure. Je vais donc l’essayer

  9. -1 pour Mention : d’une part, comme ses concurrents (ceux que je connais, ex Talkwalker) et contrairement à Google Alerte, il est incapable de surveiller le web, uniquement les actualités, forum, blog… D’autre part les fonctionnalités de filtrage sont souvent difficiles à mettre en oeuvre, et le bruit est important ; cela est dù au fait qu’on ne peut pas écrire de vraies requètes de recherche contrairement à Google Alerte. Enfin le prix rédhibitoire, à mon avis…

Lire les articles précédents :
Au Royaume-Uni, la police peut récupérer les données de votre téléphone sans raisons

L'affaire PRISM a réellement créé un choc grâce auquel on voit peu à peu apparaitre de nouvelles révélations. Dernière en...

Fermer