Comment Kickstarter a acheté la liberté de Zach Braff & pourquoi il ne le refera plus jamais !

Zach Braff était à Paris hier pour présenter Wish I Was Here (Le Rôle de ma vie) à la communauté de ses backers Kickstarter.

La soirée d’hier donnait un sentiment de concrétisation après une aventure de plus d’un an. En effet, c’est le 25 Avril 2013 que Zach Braff lançait cet appel au financement sur la plateforme de crowdfunding Kickstarter. En tant que fan absolu de sa précédente réalisation Garden State, et de la série Scrubs dont il est le héros, j’avais « backé » le projet dans les 24 premières heures.

Au fil des 365 jours qui ont suivi, Zach Braff avait partagé de nombreuses infos, photos, vidéos, coulisses du tournage de son nouveau long-métrage avec sa communauté Kickstarter.

Puis les récompenses sont arrivées par voie postale ces dernières semaines avant d’arriver à l’avant-première hier soir en présence de l’acteur/réalisateur.

wish i was here

Wish I Was Here : le film

Je suis loin d’être critique de films, et je ne vais donc pas m’essayer à cet exercice. Pourtant, pour évoquer rapidement Wish I Was Here (ou « Le Rôle de ma vie » comme il faut l’appeler désormais en France) il s’agit d’un excellent film. Celui-ci va immédiatement parler aux personnes qui ont aimé Garden State et qui vont y retrouver un état d’esprit, des thématiques communes, une touche particulière à Zach Braff.

Ma première envie en sortant de la projection : le revoir à nouveau. Parce qu’il s’agit du genre de films qui nécessite plusieurs visionnages pour se faire une idée précise. Dans l’immédiat, j’ai moins accroché qu’à Garden State mais mes attentes étaient peut-être aussi nourries par 10 années d’adoration du précédent film du réalisateur.

Wish I Was Here est un film qui ne laisse pas indifférent, qui pousse à réfléchir sur sa propre existence… qui donne envie de suivre ses rêves.

La liberté Kickstarter

Au cours d’une longue session de Q&A, Zach Braff s’est proposé de répondre à toutes les questions de l’audience. Il reviendra longuement sur la raison pour laquelle il était important d’avoir pu le faire via la plateforme de crowdfunding. « Bien sûr j’aurais pu entrer dans un studio hollywoodien et faire une comédie romantique… mais ce n’est pas ce que je voulais, je voulais réaliser un film différent, sans compromis ».

La participation de ses 46.000 backers lui ont acheté cette liberté pour faire le film qu’il voulait. Il reviendra notamment sur de nombreuses trames et éléments du film qui ne sont pas conventionnels : un studio aurait eu besoin de voir l’histoire de chacun des personnages se terminer par une happy ending, une résolution de chaque conflit. « Mais la vie n’est pas aussi simple », lancera le réalisateur.

Par contre, à la question : « ferez-vous un autre film en faisant appel au crowdfunding ? » il fournira une réponse très claire en lâchant immédiatement un « Hell no! ».

Il a été ravi de l’expérience, mais la pression de 46.000 personnes qu’il faut réussir à contenter tout au long de la réalisation du film (ainsi que les médias qui n’ont pas été tendres avec l’arrivée du projet de Zach Braff) le découragera de renouveler l’expérience.

Il évoquera la possibilité d’auto-financer sa prochaine production avant de retourner sur le sujet du crowdfunding : « sinon on parle de plus en plus de la possibilité d’un crowdfunding où les backers reçoivent des parts dans le succès du film. C’est quelque chose que je pourrais tenter. Mais vu la rapidité de mon pays pour adopter ce genre de sujet, je serais probablement mort avant que cela ne soit mis en place ».

Dans tous les cas, Zach Braff admettra préférer la réalisation à toutes ses autres activités (il est également acteur et comédien à Broadway), il promettra qu’il ne faudra pas attendre 10 autres années avant de voir son prochain film.

Alors si vous devez aller au cinéma à partir du 13 Août, n’oubliez pas d’aller voir Wish I Was Here (Le Rôle de ma Vie) et de nous donner votre avis !


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
nanu
Découverte du modèle de Nanu : des appels gratuits en échange de publicités

Nanu pourrait être le prochain cauchemar de Skype, Viber et des autres applications d’appels gratuits dans les marchés émergents.

Fermer