Un robot au féminin, des plantes intelligentes et un DJ personnel

Panorama des innovations présentées à la conférence Zest Innovation de Sedona.

Zest Innovation est une conférence trimestrielle qui présente les innovations détectées par l’agence Sedona[1]. Le thème retenu en octobre était celui de la communication du futur entre les hommes et les machines. Le sujet a d’ailleurs été introduit par l’annonce du prochain lancement d’une offre « Rx design » par Sedona, RX signifiant Robot Experience. A la manière de l’Ux design (User Experience), cette offre de service va permettre de réfléchir à comment se positionner face aux robots et à définir les interactions optimales avec eux, grâce à une méthodologie adaptée. Et les robots étaient à l’honneur à cette conférence puisqu’une intéressante petite robote faisait partie des invités.

Le robot serviteur – Cybedroïd

Fabien Raimbault de Cyberdroïd est venu accompagnée de la robote Leenby. Ce passionné de robotique détaille les raisons de l’aspect humanoïde du robot en expliquant que c’est fondé sur le transfert affectif : « plus une machine nous ressemble plus on a envie d’échanger avec elle »… jusqu’à une certaine limite. Si elle nous ressemble trop, on tombe dans la « vallée de l’étrange » et cela provoque des sentiments de rejet. Dans notre société, précise-t-il, « tout a été conçu pour la morphologie humaine, ce qui explique que la forme humaine est forme optimale pour les robots humanoïdes ». Par ailleurs, les courbes de la robote ne sont pas dues au hasard.

Cette robote, qui coûte 21 000 €, sera utilisée à l’avenir par des personnes âgées pour du « compagnonnage » afin de lutter contre l’isolement et permettre le maintien à domicile. Le robot pourra par exemple répondre au téléphone pour une personne atteinte d’Alzheimer qui aura oublié où il se trouve, ou il servira à jouer à distance à la belote avec sa grand-mère. Le champs des possibles en termes d’usage sera très vaste et beaucoup restent à inventer. La société de Fabien compte déjà 15 personnes et a levé 1,5 million d’euros. Le marché est aujourd’hui estimé à 25 milliards de dollars ; il atteindra 100 milliards à l’horizon 2020.

Les végétaux de compagnie – Still Human

Matthias Schmitt est designer industriel. Avec ses associés, ils ont repensé les relations que nous entretenons avec nos plantes et proposent de les transformer en ce qui pourrait presque s’apparenter à un Tamagoshi, ou plutôt à un cyborg végétal, selon l’expression qu’ils emploient.

Grâce à une zone lumineuse qui change de couleur, la plante (ou du moins son pot) pourra nous informer de ses besoins en eau, en lumière, en nutriments… Ce projet est en cours d’industrialisation pour être ensuite vendu en boutiques de jardinage. Un autre projet, qui verra le jour à plus long terme, permettra à la plante de quasiment s’auto-gérer, en venant vous demander de l’eau quand elle aura soif, ou en allant s’arroser elle-même dehors sous la pluie car elle aura accès aux prévisions météorologiques. Idem pour la lumière : elle ira la chercher ou la fuir, selon ses préférences renseignées via des bases de données botaniques. S’approcherait-on du concept de végétaux de compagnie ?

Le DJ personel connecté – Prizm

Très attendu, notamment par ceux qui l’ont pré-commandé sur Kickstarter il y a 2 ans, Prizm vise à améliorer votre expérience avec la musique en tenant compte du contexte, de vos goûts et des personnes avec qui vous êtes.

Il fonctionne avec votre service de streaming et vos enceintes. Il apprend vos goûts musicaux au fur et à mesure de vos utilisations du service de streaming afin de vous faire écouter des morceaux qui correspondent à ce que vous aimez. Il est pour l’instant compatible avec Soundcloud et Deezer Premium et il sera commercialisé dans quelques semaines au tarif de 149 euros.

Le futur de l’ordinateur – Adok

Les écrans sont individualistes, et les fondateurs de Adok veulent proposer des expériences plus facilement collaboratives. Pour ce faire, il veulent faire évoluer le paradigme écran-souris « qui a très peu changé depuis 30 ans ». Ils ont donc dématérialisé l’écran grâce à des technologies d' »image processing » avec un tactile multipoint et un algorithme de reconnaissance. Cela se concrétise en un produit, qui va être miniaturisé par rapport à la photo ci-dessous, et qui sera transportable, autonome et qui permettra un affichage suffisamment grand pour travailler de manière collaborative. Les tables ou les murs deviendront des tablettes géantes.

Adok en est pour l’instant à l’étape de la pré-série qui sera bêta-testée avec des partenaires (des grands groupes qui ont acheté quelques pièces et qui commenceront à les tester dans un mois.).

Alors, par lequel de ces 4 produits innovants vous laisserez-vous tenter ? 😉

[1] Sedona est associé au capital de Bloobox SAS, la société éditrice de Presse-citron


Nos dernières vidéos

Répondre

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Innovation Day : IoT, FinTech, HealthTech…frottez-vous à l’innovation au Village by CA

Vous faites quoi le 27 octobre à 9h ? Venez rencontrer les startups du Village by CA à Paris.

Fermer