Creative Commons veut aider les créateurs à savoir où et comment leurs oeuvres sont utilisées

L’organisation de protection des droits des créateurs Creative Commons vient de dévoiler ses projets pour les années à venir. Parmi eux la mise en place de dispositifs qui permettraient aux auteurs de savoir ce qu’il advient de leurs Å“uvres.

Avant internet, et même aux débuts d’internet, en matière de protection des Å“uvres de l’esprit, le choix n’était pas large : c’était le copyright ou rien. Et ceux qui souhaitaient diffuser leurs créations ou laisser d’autres les utiliser sans pour autant en tirer de revenus n’avaient aucun moyen « légal » de le faire.

Avec internet et son pouvoir de diffusion des Å“uvres dématérialisées (notamment la photo, les créations graphiques, mais également les écrits), la question devenait cruciale. C’est ainsi qu’est née il y a dix ans l’organisation Creative Commons, devenue très rapidement la référence en matière de droits d’auteur non rémunérés. Une organisation qui compte aujourd’hui plus de 600 bénévoles dans le monde, et qui licencie 4 millions de vidéos sur YouTube, entre autres chiffres significatifs.

Pour vous la faire courte, si vous ne connaissez pas très bien ce qu’il y a derrière l’acronyme « CC » que vous voyez sur de nombreux sites, sachez en substance que selon la forme de licence la plus fréquemment adoptée, une oeuvre sous licence Creative Commons peut être utilisée sous trois conditions principales : qu’elle ne soit pas revendue ou qu’il n’en soit pas fait un usage commercial, qu’elle ne soit pas modifiée (sauf accord de son auteur), et que la source soit mentionnée.

Favoriser transparence et échanges

Problème : jusqu’à présent, les auteurs de créations placées sous licence CC ont beaucoup de difficultés à suivre l’utilisation qui est faite de celles-ci. Vous êtes photographe indépendant et publiez vos travaux en CC sur Flickr, comment savoir qui a pris vos photos et où elles sont visibles, et comment savoir s’il n’en n’est pas fait un usage commercial à vos dépens.

C’est contre cette difficulté à tracer l’usage des Å“uvres sous CC que l’organisation Creative Commons veut lutter. Dans son nouveau manifeste publié hier, Creative commons dévoile ses projets et sa stratégie pour les années à venir. Parmi les différents points évoqués dans ce document, le développement d’une plateforme interactive qui permettrait aux membres de voir comment leur travail est réutilisé et inciterait d’autres à participer à la plateforme. Une initiative cruciale pour la pérennité de l’organisation, qui voit aussi dans cette idée la possibilité de fédérer une communauté en favorisant les échanges entre créateurs et utilisateurs.

Reste à savoir si cette intention ne restera pas un vÅ“u pieux, quand on connait la nature même de CC, fondée sur la décentralisation. Une solution technologique de tracking est-elle envisageable ? A voir…

(source)


4 commentaires

  1. Voila ! c’est justement à cette dernière solution (celle de tracking) dont je m’attendais en lisant ton article. En faite pour le moment, ils disent lutter contre ce fléau mais juste en créant une espèce de forum où mes membres pourront dénoncer tel ou tel mauvais utilisateurs de ces créations sous CC. Malheureusement si c’est uniquement ça, c’est un coup d’épée dans l’eau.

  2. Pour les visuels, j’utilise l’extension TinEye sur firefox qui peut rendre quelques services sans être super précise pour autant.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Gmail pour iOS, la nouvelle mise à jour enfin disponible

Gmail 3.2.14159 arrive sur iOS et propose son petit lot de nouveautés intéressantes. Vous pourrez désormais bénéficier d'options simplifiées et...

Fermer