Des hackers percent les secrets de la NSA et ne se privent pas pour les vendre sur le web

L’agence de surveillance américaine (NSA) vient de subir une sérieuse déconvenue qui touche à sa crédibilité, puisqu’un groupe de hackers est parvenu à percer plusieurs de ses programmes d’espionnage et aurait publié des preuves sur le web.

Le groupe en question, se fait appeler « The Shadow Brokers » et était pour l’instant inconnu. On peut donc dire que leur premier fait d’armes est impressionnant, même s’il reste encore à vérifier l’authenticité de tout ce qui est avancé par ces derniers, car il s’agit d’un très gros morceau.

Les petits secrets de la NSA terminent en vente sur le web après un mystérieux piratage

Le 15 août, ce groupe de hackers a mis en ligne des solutions de piratage qui seraient utilisées par la NSA, la puissante agence de renseignement américaine en personne ! Ces outils ne représenteraient qu’une partie infime des informations volées et le groupe « The Shadow Brokers » réclame désormais 1 million de bitcoins, soit tout de même la bagatelle de 500 millions d’euros à tout gouvernement souhaitant le reste des outils, sous la forme d’une vente aux enchères virtuelles.

Il s’agit d’une bombe dans le milieu de la cybersécurité, qui analyse en ce moment même les informations et les outils dévoilés par les hackers. Pour plusieurs programmes, les conclusions semblent confirmer les dires des mystérieux pirates informatiques, car il s’agirait d’outils exploitant des failles sur des logiciels ou systèmes populaires, permettant d’effectuer de la surveillance, de passer à travers des pare-feu ou d’effectuer du vol de données, sur des pays comme la Russie, l’Iran ou la Chine.

Un vrai coup dur dans le domaine de la cybersécurité américaine

L’un des « outils » affecterait les routeurs et plusieurs fournisseurs d’accès américains ont confirmé que les vulnérabilités mises en évidence par les hackers, existent bel et bien sur certains de leurs produits. Même un ancien employé de la NSA aurait contacté sous le couvert de l’anonymat le New York Times pour confirmer l’utilisation de certains de ces programmes.

Snowden ne pouvait pas rester sous silence, lui qui a précisément dévoilé de nombreux programmes d’espionnage américains, en dérobant des données et en s’exilant à Moscou. Ce dernier a affirmé qu’il devait s’agir d’un groupe de hackers travaillant pour le compte d’un gouvernement, probablement la Russie, afin de décrédibiliser les États-Unis, tout en les obligeant à rester sur leurs positions dans les domaines de la cybersécurité, de l’espionnage, de la cyberguerre, etc. sous peine de révéler encore plus de « petits secrets ». Une nouvelle forme de diplomatie en quelque sorte…

Source

3 commentaires

    • Emmanuel Ghesquier
      Emmanuel Ghesquier on

      En relisant l’article et avec un peu de réflexion, je suis certain que votre analyse sera meilleure…

  1. @CORNICHON622 : Ce pseudo vous va très bien.
    L’article ne dit aucunement que NSA=Cybersécurité mais que ce qui vient de se passer est « une bombe dans le milieu de la cybersécurité ».

Répondre

Lire les articles précédents :
android-malware
Encore une grosse faille sur Android, 80% des smartphones seraient concernés

Une nouvelle fois, Android fait la « une » de l’actualité pour une faille importante au niveau du protocole TCP...

Fermer