Mon porte-clé à moi est un couteau Suisse que j’ai trouvé près d’une plage en Vendée il y a quelques années maintenant. Il m’est bien utile, notamment pour casser la croûte ! Un porte-clé en somme, plus que banal…

Mon porte-clé à moi est un couteau Suisse que j’ai trouvé près d’une plage en Vendée il y a quelques années maintenant. Il m’est bien utile, notamment pour casser la croûte ! Un porte-clé en somme, plus que banal…

En faisant ma balade quotidienne sur la toile, je suis tombée sur une nouvelle complètement insensée. En effet, il existe en Chine des vendeurs ambulants qui vendent des portes clés vivants ! Pourquoi vivants me direz-vous ? Et bien parce qu’ils se présentent sous la forme d’une poche en plastique remplie d’eau apparemment riche en éléments nutritifs (mouais…). Jusque là tout va bien, ou presque car le gros hic c’est qu’elles renferment deux petits poissons ou une tortue bien vivants.

porte cle Des porte clés vivants : âmes sensibles s’abstenir !

Selon les vendeurs, les animaux vivraient environ trois mois dans leur prison plastifiée grâce aux nutriments. Mais d’après les services vétérinaires, ils seraient très vite à court d’oxygène. Rappelons qu’en Chine, ces petites bêtes ne sont pas protégées et que ces ventes sont donc légales.

A quand les oreillers renfermant des truites ? Non mais des fois.

Et si on se mettait tous à vendre des petits couteaux Suisses pour percer ces vilaines poches (au dessus d’un plan d’eau évidemment), ce serait pas mal non ? :)