Au moment du rachat de Lucasfilm par Disney, le « package » comprenait également LucasArts, le studio de jeux vidéo de Georges Lucas. Disney vient d’annoncer sa fermeture.

Cette annonce risque de plonger un sacré paquet de geeks dans la mélancolie et la nostalgie. Car la fermeture de LucasArts annonce la fin d’une époque jalonnée de jeux vidéo mythiques.

lucasarts fin Disney ferme LucasArts 154 jours après en avoir fait lacquisition

The Secret of Monkey Island, Star Wars: X-Wing, Shadows of the Empire, Rebel Assault, etc, etc, etc. Ce sont au final plus de 130 jeux qui ont vu le jour entre 1984 et aujourd’hui.

LucasArts : des hauts et beaucoup de bas

Mais si le nom LucasArts reste mythique pour beaucoup de monde, il faut bien se rendre à l’évidence : ses jeux sont loin d’être tous des réussites.
Et cette division de LucasFilm a surtout capitalisé sur 2 licences : Star Wars et Indiana Jones, en offrant de nombreuses expériences très mitigées.
C’était donc une décision attendue de la part de Disney, qui va également licencier les 150 personnes qui travaillaient dans ce studio.
Par conséquent, les deux jeux en développement « Star Wars: First Assault » et le très attendu « Star Wars 1313″ ont été annulés.

Vers un GTA Star Wars ?

Mais la bonne nouvelle, c’est que Disney a annoncé vouloir passer d’un modèle de développement en interne à un modèle de licence.
En effet, Disney va désormais vendre le droit aux éditeurs de créer un jeu se basant sur l’univers Star Wars.
Disney considère que cela leur permettra de limiter les risques tout en réussissant à avoir un portfolio plus large de jeux de qualité.
En effet, si les jeux LucasArts étaient mythiques… c’était surtout du fait de jouer dans la peau d’un Jedi, d’un Sith ou d’un chasseur de primes.
Alors si demain, un éditeur comme Rockstar décidait de se payer la licence, il serait en mesure de développer un GTA intergalactique mêlant la richesse de l’univers de Lucas avec la qualité et la liberté d’un GTA.
Après tout, les Jedi et les Sith ne sont qu’une autre forme de gangs voulant asseoir leur réputation dans le quartier.