Un membre de l’équipe Windows veut convaincre les utilisateurs d’Android à passer à Windows Phone. Pour cela, rien de tel qu’offrir un Mobile Windows Phone aux déçus d’Android.

J’aurais pu titrer de façon plus spectaculaire « Microsoft offre des Windows Phone aux déçus d’Android » mais cela n’aurait probablement pas été le reflet exact de la réalité.

On le sait, Microsoft a investi (et continue à investir) gros dans sa plateforme mobile Windows Phone, et malgré toutes les qualités de celle-ci, peine encore à conquérir des parts de marché significatives, et reste à la traîne sur un secteur complètement dominé par Apple (iPhone) et Android, et, dans une moindre mesure, RIM BlackBerry (mais ce dernier est en perte de vitesse).

Dans ce contexte, le géant de Redmond lance parfois quelques initiatives visant autant à faire le buzz qu’à accroître directement sa part de marché. Ainsi, en août dernier, Microsoft avait aguiché les développeurs WebOS déçus de l’abandon par HP de la tablette TouchPad en les invitant à rejoindre ses rangs avec pour cadeau de bienvenue un Windows Phone et une formation.

La dernière initiative vise cette fois Android. Ben Rudolph, un membre de l’équipe Windows Blog, a publié sur Twitter une offre très étonnante, autant que provocante :

« Do you have #droidrage from Android malware? Tell me your story…and I might upgrade you to a #windowsphone ! »

Ce qui en français donne : « Avez-vous #droidrage (comprendre : la rage contre Android) à cause des virus dans Android ? Racontez-moi votre histoire… et je vous offrirai peut-être un Windows Phone ». Voir le fil de discussion lié au tag #droidrage

droidrage droidrage, la drôle dopération de Microsoft pour récupérer les déçus dAndroid

En fait, cette offre est très limitée puisque le bon Ben précise ensuite qu’il n’a que 5 Windows Phone à offrir, mais bien sûr certains mécontents d’Android se sont rués sur l’occasion pour essayer de récupérer un Windows Phone, même si rien ne précise que ceux-ci sont des fans transis de la marque.

L’opération, lancée le 13 décembre est maintenant terminée, mais au-delà de l’aspect un peu provocateur, dit peut-être certaines choses sur la volonté de Microsoft de faire feu de tout bois pour essayer de pousser sa plateforme mobile. Un OS dont l’attractivité et les qualités incontestables sont probablement encore injustement inconnues du public, en raison d’un premier lancement chaotique à l’automne 2010 dans des points de vente mal formés et pas informés, mais aussi de certains préjugés qui traînent encore sur Windows Phone, de la part de personnes qui ne l’ont certainement jamais essayé.

(source)