Droit Ă  l’oubli : Google signale aussi les Ă©diteurs lorsqu’un lien a Ă©tĂ© dĂ©rĂ©fĂ©rencĂ©

Les Ă©diteurs sont aussi notifiĂ©s lorsque Google retire un lien au nom du droit Ă  l’oubli.

Loupe Google Pixabay

Les Ă©pisodes de l’histoire de Google et du fameux droit Ă  l’oubli n’en finissent plus. Si vous n’avez pas suivi cette affaire depuis le dĂ©but, nous vous rappelons qu’il y a quelques mois, la Cour de Justice de l’Union EuropĂ©enne avait rendu un arrĂȘt qui donnait aux citoyens EuropĂ©ens le droit de rĂ©clamer le retrait d’un lien sur les moteurs de recherche (et donc, principalement Google), pour des motifs valables.

Pour se conformer Ă  cet arrĂȘt, Google avait publiĂ© un formulaire en ligne qui permet aux citoyens de l’UE de rĂ©clamer le retrait d’un lien. Les demandeurs doivent renseigner un motif.  Et bien Ă©videmment, une demande n’implique pas forcĂ©ment le retrait du lien.

Entre le droit Ă  l’oubli et le droit Ă  l’information, il faudrait en effet trouver le juste milieu. Google, lui-mĂȘme, semble ĂȘtre embarrassĂ© par le rĂŽle d’arbitrage qui lui est confĂ©rĂ© et invite les internautes Ă  s’adresser aux rĂ©gulateurs dans le cas oĂč ses dĂ©cisions ne seraient pas satisfaisantes.

Lorsque Google retire un lien des rĂ©sultats de recherche, l’internaute est averti par un message placĂ© sur le bas de la page de ces rĂ©sultats. Mais en plus de cela, les Ă©diteurs de site web seraient Ă©galement notifiĂ©s lorsque l’un de leurs liens est dĂ©rĂ©fĂ©rencĂ©.

Hier matin, Next Impact, un blog français, annonçait qu’une publication datant de 2009 allait ĂȘtre retirĂ©e de l’index de Google. C’est via les outils pour webmasters que la firme de Redmond a Ă©mis un « Avis de suppression de la recherche Google ».  Dans le message, on pouvait lire :

« C’est avec regret que nous vous informons qu’en rĂ©ponse Ă  certaines recherches effectuĂ©es sur des versions europĂ©ennes de Google, nous ne sommes plus en mesure d’afficher les pages suivantes de votre site Web : [
] ».

Les pages dĂ©rĂ©fĂ©rencĂ©es sont toujours en ligne et restent accessibles via d’autres moteurs de recherches (du moment oĂč tout est licite), mais deviennent invisibles sur les versions EuropĂ©ennes de Google.

Pour vous donner une idĂ©e du type d’information qui peut ĂȘtre dĂ©rĂ©fĂ©rencĂ©e au nom du droit de l’oubli (ou dont vous pouvez rĂ©clamer le dĂ©rĂ©fĂ©rencement), la page dans l’exemple citĂ© plus haut Ă©tait une publication dans laquelle le site annonçait des licenciements Ă©conomiques et dĂ©signait « nommĂ©ment » les noms des personnes licenciĂ©es.

Les motifs les plus fréquents sont


Si vous vous en rappelez, suite Ă  la publication de son formulaire par Google, le site Forget.me a lancĂ© un service facilitant encore plus l’exercice de ce droit. Juste Ă  titre d’information,  ce nouveau service est propulsĂ© par Reputation VIP,  l’une des start-up sĂ©lectionnĂ©es lors du concours de start-up de la BLEND Web Mix d’octobre 2013.

Nos confrĂšres d’Abondance.com ont pu accĂ©der Ă  des donnĂ©es concernant l’utilisation du service Forget.me. D’aprĂšs ces informations, les demandes envoyĂ©es concerneraient surtout les atteintes Ă  la vie privĂ©e et les atteintes Ă  la rĂ©putation. Mais des internautes demandent Ă©galement des retraits de liens pour raison d’usurpation d’identitĂ©. Dans la catĂ©gorie « Atteinte Ă  la vie privĂ©e », on retrouve des motifs tels que « Adresse personnelle divulguĂ©e », « Avis nĂ©gatifs » ou encore « RĂ©sultats scolaires ».

(Sources : 1/2)


Send this to friend

Lire les articles précédents :
Tablette Stylo Calculette Pixabay
Microsoft Office pour les tablettes Android : ça se prĂ©cise…

Microsoft Office pour tablettes Android se rapproche de la phase beta privée.

Fermer