Le drone taxi, c’est pour cet été !

Pour ceux qui pensaient que prendre un drone taxi cela prendrait quelques années, c’était bien mal connaître l’émirat de Dubaï. Le pays a travaillé dur sur le drone Ehang 184 dévoilé lors du CES 2016 et le premier drone taxi sera opérationnel dès cet été.

Les drones taxi débarquent à Dubaï dès le mois de juillet

Vous vous souvenez sans doute du drone Ehang 184, dont nous avions parlé dans cet article, il avait été présenté durant le CES de Las Vegas 2016. L’appareil de marque chinoise avait fait sensation sur le salon et avait attiré l’attention des émirats. Deux ans plus tard, le drone Ehang 184 est sur le point de prendre du service et de couvrir l’état de Dubaï avec un service de drone taxi.

Vers des drones taxi Ehang 184, dès le mois de juillet à Dubaï ?

Le drone Ehang 184 est un appareil sans pilote, qui permet de transporter une personne d’un point A vers un point B en quelques minutes, par la voie des airs. L’état de Dubaï qui s’est fixé comme ambition de se doter de 25% de véhicules autonomes dans le pays d’ici 2030 a donc vu dans le drone Ehang 184, un bon moyen d’y parvenir. Dès le mois de juillet 2017, si vous faites un saut dans ce petit état du Golfe, vous pourrez peut-être en voir voler et qui sait en prendre un !

Voici une petite vidéo promotionnelle de ce futur service, dans laquelle on ne voit pas clairement une personne être transportée, mais qui montre assez bien le genre de courses que ce drone taxi sera capable de réaliser dans des temps records.

Quelques blocages à lever avant le lancement d’une flotte de drones Ehang 184

Ce drone taxi est capable d’évoluer à 100 km/h et à 300 mètres d’altitude environ. Son autonomie de vol est de 23 minutes maximum et toute la durée du vol est gérée par un centre de contrôle au sol. Il reste encore toutefois quelques blocages à lever pour que ce projet puisse se concrétiser et non des moindres, ce qui permet d’avoir un sérieux doute sur une faisabilité cet été, mais qui sait avec les émirats ? Tout est possible !

En effet, pour l’instant aucun système d’évitement n’est prévu ce qui est quand même un minimum pour éviter des collisions. De plus, comme la plupart des pays du monde, Dubaï étudie l’intégration de véhicules de ce type dans son espace aérien, toute la législation devra donc également être revue. Enfin, il sera nécessaire de mettre en place une autorité de la régulation du trafic, car si le service fonctionne et cartonne, des dizaines d’entreprises apparaîtront et on on peut s’attendre naturellement à un rapide engorgement de l’espace aérien et à une certaine forme d’anarchie, si aucune autorité ne prend en charge la régulation du trafic.

Quoi qu’il en soit, on a hâte d’en savoir plus sur ce drone Ehang 184, qui nous avait séduit en 2016.

Source


Nos dernières vidéos

Répondre

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Oreo lance un mini-jeu en partenariat avec Google. Est-ce un indice ?

Ce partenariat entre Google et Oreo est-il un autre indice sur le nom d’Android 8.0 ?

Fermer