EasyJet innove avec l’usage de drones, imprimantes 3D et autres dispositifs digitaux

EasyJet a convié hier la presse européenne sur sa base de Milan Malpensa pour présenter ses innovations technologiques. Au programme : drones, imprimantes 3D, partenariats et innovations digitales.

IMG_6448

Qu’il est loin le temps ou easyJet affichait son numéro de téléphone sur ses avions pour faire sa publicité. 230 avions et 750 routes en Europe plus tard, la compagnie va fêter ses 20 ans et ne cesse d’innover pour rester compétitif dans le secteur aérien avec toujours la même obsession : réduire les coûts.

Inspection des avions par drones

Réduire le temps pendant lequel avion reste hors-service est le cheval de bataille de chaque compagnie aérienne. Et c’est là que les drones interviennent !

EasyJet annonce avoir effectué avec succès l’inspection intégrale d’un de ses appareils grâce à des drones automatisés. Les tests ont prouvé que des drones préprogrammés permettaient de réduire le temps, par rapport à une inspection manuelle, pendant lequel un avion reste hors service après avoir été touché par la foudre par exemple. Pratique quand on sait que ce type d’incident requiert une journée entière d’inspection et qu’un jour de retard peut coûter jusqu’à 25 000€…

Les drones seront donc programmés pour scanner et analyser en entier les aéronefs et envoyer des rapports aux ingénieurs, les alertant notamment de tout dégât nécessitant une inspection plus approfondie ou des travaux de maintenance.

La compagnie britannique est en passe de terminer ses tests d’inspection d’avion par des drones pour une mise en place prévue en 2016.

drones inspection

Imprimante 3D

On le sait, la digitalisation des outils de production va induire de profonds changements dans la vie des industriels. A la tête de cette révolution, l’imprimante 3D !

EasyJet teste déjà son utilisation pour certains éléments de la cabine tels que les accoudoirs afin d’accélérer le processus de remplacement et réduire le stockage des pièces de rechange. Les imprimantes 3D feront partie de la nouvelle génération de moteurs d’easyJet. Le moteur LEAP comporte en effet des parties imprimées en 3D dont des injecteurs de carburant, des filtres carbone pour les pâles et des matériaux composites à matrice céramique.

« Aujourd’hui, il faut compter 24 mois entre la phase de conception et la livraison d’une pièce » explique Thierry Thomas, Responsable Additive Manufacturing de Safran avec qui easyJet collabore. Le gain de temps grâce à l’imprimante 3D  pourrait donc s’avérer considérable tout en conservant la performance puisque certaines pièces pourraient même être plus légères.

L’utilisation des impressions 3D pourrait permettre à la compagnie aérienne de rectifier rapidement et efficacement n’importe quelle anomalie sur sa flotte dans les années à venir, en ne produisant que les parties nécessaires.

compresseur redresseur 3D

Un partenariat avec Airbus

3ème plus gros client d’Airbus, (easyJet possède la plus importante flotte d’Airbus mono couloir d’Europe), il n’est donc pas tout à fait surprenant que les deux compagnies collaborent ensemble.

Cette fois, il est question de mettre en place une solution qui exploite les pronostics de maintenance avec des services et eSolutions pouvant recevoir en temps réel les informations provenant des avions, grâce au système de messagerie ACARS. L’information est ensuite analysée en envoyant les pronostics d’erreurs aux équipes opérationnelles afin qu’elles puissent les utiliser pour résoudre les problèmes techniques dès l’atterrissage de l’avion ou durant les opérations de maintenance routinière. Ce partenariat permettra à easyJet de s’approcher de l’objectif d’élimination des retards liés aux incidents techniques. La compagnie a déjà réduit ces retards qui sont passés de 10 à 6, sur 1000 mouvements aériens, au cours des cinq dernières années.

Nouvelle application mobile

L’application easyJet a beau avoir été téléchargée plus de 12,5 millions de fois à ce jour, 10% des passagers seulement l’utilisent pour présenter leur carte d’embarquement.  On le sait, les compagnies font de gros efforts sur l’expérience utilisateur et cela passe dorénavant par une application mobile réussie. Le big data est un enjeu important pour une compagnie qui transporte plus de 66 millions de passagers par an. Quoi de neuf donc dans la nouvelle application iOS et Android d’easyJet disponible cet été ? Fini le stress à l’idée de faire une erreur de saisie au moment de rentrer votre numéro de passeport. La nouvelle app vous permettra désormais de scanner directement votre numéro et également de choisir votre siège.

Dès votre arrivée à l’aéroport, l’app se montre plus efficace qu’un chien d’aveugle  et vous prend la main avec notifications push, géo localisation dans l’aéroport, affichage du numéro de votre porte d’embarquement. etc…

IMG_6421

La nouvelle application easyjet sera disponible sur l’Apple Watch

Glances, l’une des fonctionnalités clé de l’Apple Watch, informe et rappelle aux passagers toutes les étapes importantes de leur voyage à savoir informations avant le départ, les détails du check-in, ou encore le statut du vol en temps réel. Glances indique également l’heure d’embarquement à son utilisateur sur le vol grâce à un compte à rebours très pratique. Toutes les notifications utiles sont envoyées directement à l’Apple Watch, qui prévient le propriétaire par une légère vibration.

apple watch

Enfin, on notera qu’easyJet va désormais utiliser Periscope pour informer les passagers en cas de perturbation importante, en plus des canaux traditionnels comme Twitter, Facebook, les SMS et emails et de leur outil principal Flight Tracker. En revanche, petite déception : pour ceux qui s’attendaient à voir le Wi-Fi arriver dans les avions, ce n’est pas pour tout de suite pour des questions de coût (encore une fois) et de performance.

Une chose est sûre, la survie du modèle low cost passe par les drones, les imprimantes 3D et autres innovations digitales. C’est en tout cas la stratégie adoptée par Carolyn McCall, PDG d’easyJet qui s’est félicitée du travail entrepris par sa compagnie dans sa course à l’innovation.


Nos dernières vidéos

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Selon IDC, Xiaomi est déjà le second vendeur d’accessoires connectés au monde

Plus connu pour ses smartphones, le constructeur chinois Xiaomi se fait aussi une place dans l’industrie des wearable.

Fermer