En Chine, 500 retweets peuvent désormais vous mener droit en prison

Une nouvelle loi a vu le jour en Chine. Sous couvert d’une protection contre des sociétés malfaisantes, elle représente un danger supplémentaire pour le peuple Chinois. Toute publication considérée comme diffamatoire et un peu trop populaire peut être sanctionnée d’une peine de prison.

La Cour Suprême chinoise a voté une nouvelle loi qui obligera les Chinois à bien réfléchir avant de poster quoi que ce soit sur les réseaux sociaux. Le pays est loin d’être le meilleur ami des droits de l’homme et cette dernière loi ne va rien arranger. Celle-ci instaure que toute publication ‘diffamatoire/calomnieuse’ sera considérée comme une sévère infraction à la loi si elle attire plus de 5.000 clics ou si elle est repartagée plus de 500 fois – nous pouvons considérer ça comme des retweets pour nous, occidentaux -.

Ajoutez à cela le fait que vos messages peuvent être considérés comme dangereux à partir du moment où ils ‘endommagent l’image nationale‘ ou même qu’ils ‘provoquent des effets indésirables à portée internationale‘. Autant dire qu’il est donc assez facile d’être considéré comme un criminel à partir du moment où l’on a décidé de mettre le grappin sur vous. Si le gouvernement chinois vous considère comme une personne qui enfreint cette loi, c’est une peine de trois ans de prison qui peut vous attendre.

TwitterCensored En Chine, 500 retweets peuvent désormais vous mener droit en prison

Officiellement, la mise en place de cette loi vise ce qu’on appelle les compagnies de ‘black PR’ ou ‘relations publiques négatives’. Celles-ci sont des entreprises peu scrupuleuses qui diffusent calomnies, rumeurs et autres mensonges sur la toile pour accabler certaines compagnies et sévèrement menacer leur réputation sur le Web. Elles se présentent ensuite à l’entité visée pour lui proposer d’effacer toutes les traces des ces contenus qui pourraient nuire à son image en échange d’argent sonnant et trébuchant. Ces représentants de la ‘black PR’ sont des forces dangereuses et assez puissantes, un compte possédé par une de ces entreprises malfaisantes a été récemment épinglé par la justice, il possédait 220 millions de followers.

Si l’on considère que la Chine n’utilisera cette loi que pour contrecarrer les compagnies de ‘black PR’, alors elle pourrait en effet se révéler efficace et intéressantes. Mais ne nous leurrons pas, n’importe quelle personne qui s’élève un peu contre le gouvernement risque désormais trois ans de prison si sa publication est partagée en ligne. Combien d’innocents vont payer pour quelques personnes malhonnêtes ? Il existe une expression qui dit ‘pour planter une punaise, ça ne sert à rien d’utiliser un marteau’. Ici, le marteau semble tout simplement être un outil de contrôle et de pression supplémentaire.

(source)

Image: ‘Blue Sky Twitter
http://www.flickr.com/photos/93212162@N08/8481608368
Found on flickrcc.net

4 commentaires

  1. C’est une vrais dictature la chine ? L’illustration résume bien l’article et me dit qu’heureusement le réseaux Twitter est présent en Chine et donc tous Internet est surveiller et ce n’est pas un scandale !!!!

  2. Partout dans le monde ya la surveillance via le net donc faut faire gaffe ctt bon vent.
    Mourad d’alger

Lire les articles précédents :
Snapchat lance Micro pour la montre Gear, ce message s’autodétruira dans 7 secondes

Snapchat n'a pas attendu longtemps après l'annonce officielle de la Samsung Galaxy Gear pour - déjà - nous proposer une...

Fermer