En quelques années, la Chine a pris la tête du classement des superordinateurs

Un classement mondial des 500 superordinateurs les plus puissants, met la chine sur la première marche du podium et change la donne dans de nombreux domaines.

Top500 : la Chine largement en tête du classement des superordinateurs

L’information mérite d’être mise en avant car non seulement elle montre l’explosion des capacités chinoises dans le domaine de la technologie, mais elle signe aussi la fin de la dominance américaine.

Le rapport de force dans la puissance de calcul des superordinateurs vient de s’inverser

Les progrès réalisés par les chinois sont exceptionnels quand on voit la rapidité à laquelle évoluent les ordinateurs. Si l’on prend le classement au début des années 2000, la chine n’avait même pas un seul superordinateur dans le Top500, à l’époque les États-Unis régnaient en maître. Les temps ont bien changé, car la Chine a compris l’intérêt de disposer de superordinateurs et s’est donc lancée dans la course.

Depuis plusieurs années, les américains ont perdu la tête du Top500, car la chine avait mis au point un superordinateur plus puissant, le fameux Tianhe 2, mais cette année la Chine ne se contente plus d’avoir le plus puissant des superordinateurs, elle vient en effet de dépasser les USA en nombre de machines. Les États-Unis disposaient de 165 superordinateurs, la chine en a désormais 167.

Un superordinateur encore plus puissant arrive déjà

De plus, pour démontrer les capacités technologiques de l’empire du milieu, la chine va très prochainement dévoiler le Sunway TaihuLight, un superordinateur hallucinant, capable de monter à 93 petaflops ! Il deviendrait le numéro un mondial et à titre de comparaison, il serait 5 fois plus puissant que le meilleur superordinateur américain. Dernier point qui risque de faire rager les américains, ce nouveau Sunway TaihuLight marque une rupture importante au niveau de sa conception car les 41.000 puces, embarquant 260 processeurs chacune, sont toutes chinoises.

La Chine a décidé de n’utiliser que des technologies internes, afin de ne plus se retrouver bloquée par des embargos comme ce fut le cas, lorsque les États-Unis ont interdit l’exportation de ce type de puces à la chine, quand le pays voulait optimiser son superordinateur Tianhe 2.

On peut facilement affirmer que les États-Unis ont perdu leur hégémonie dans ce secteur, car ils ne sont plus les plus puissants, ils ne sont plus les plus nombreux et ils ne sont même plus les concepteurs des puces… Un rapport de force vient donc de s’inverser dans la puissance de calcul offrant un avantage certain à l’empire du milieu pour de nombreux domaines technologiques, industriels, militaires et scientifiques.

Source


Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
helloasso
Pour donner les clefs d’une bonne collecte en ligne, HelloAsso fait son Tour de France

Trois semaines, 18 villes concernés, une équipe et quelques milliers de kilomètres... Du 20 juin au 7 juillet, HelloAsso réalise...

Fermer