En Suède, on attend le bus sous le soleil, exactement

La compagnie locale d’électricité de la bonne ville d’Umea, en Suède équipe une trentaine d’abribus d’un dispositif de luminothérapie pour donner un peu d’énergie à ses habitants.

Ce foutu hiver qui commence à laisser des morsures de plus en plus profondes et qui nous ferait presque croire à la théorie de la fin du calendrier Maya (quitte à tous mourir, faisons-le en décembre, le jour le plus court de l’année, nous aurons moins de regrets que si c’était par une belle journée de juin) n’est rien à côté de ceux que subissent nos amis nordiques.

Chez eux, la lumière du soleil n’est plus qu’un vague souvenir plusieurs mois par an. A tel point que cela en devient même un concept, voire un Graal.

D’où l’idée très opportune, sinon opportuniste, mais en tout cas lumineuse d’une compagnie locale d’électricité de la bonne ville d’Umea, située à quelque 600 kilomètres au nord (encore !) de Stockholm d’équiper une trentaine d’abribus d’un dispositif de luminothérapie afin de redonner aux habitants un petit shot d’énergie pendant qu’ils poireautent en attendant le bus, leur faisant presque confondre Umea avec Nouméa, le temps d’une correspondance.

abribus luminotherapie En Suède, on attend le bus sous le soleil, exactement

Un gâchis écologique ? Pas vraiment, en fait. Selon Umea Energi, l’électricité qui va alimenter ces arrêts de bus à remonteur-de-moral incorporé provient de sources renouvelables, la compagnie affirmant qu’elle prévoit atteindre un bilan carbone neutre d’ici 2018.

Vous imaginez le même dispositif chez nous ? Un jour peut-être, si quelqu’un invente la luminothérapie blindée (et à l’épreuve des balles).

(source)

 

10 commentaires

  1. Un gâchis écologique quand même car au lieu d’alimenter des abribus, ils pourraient éclairer et chauffer des maisons !

  2. Effectivement, la première chose que l’on pourrait se dire est que c’est un gâchis écologique. Mais si l’énergie qui alimente ces abris-bus sont fait avec de l’énergie renouvelable, je ne vois pas où est le souci : c’est comme fabriquer des tonnes de papier avec des forêts écologiquement gérées.

    Par contre, c’est une excellente idée : la luminothérapie et les bienfaits de la lumière ont fait leurs preuves depuis longtemps sur le moral. Ce n’est pas pour rien que certaines lampes ont un agrément médicale d’ailleurs.

  3. Le soleil manque plus que le chauffage en hiver en Suède. Même les églises sont chauffée s alors que le Manosque de lumière et donc de vitamine D cause de nombreuses dépressions.

  4. Eric

    @Julien : certes, mais je ne suis pas sûr qu’alimenter 30 abribus (qui de toute façon sont déjà éclairés) permettrait de chauffer beaucoup de maisons près du cercle polaire. Et puis la lumière est aussi vitale, quelque-part :)

  5. Ayant passé plusieurs séjours en Scandinavie je peux vous confirmer que ce n’est pas facile tout les jours de n’avoir que 3 heures de soleil.
    De plus, il ne serai peut être pas judicieux de critiquer les suédois sur l’aspect écologique de la chose car vu comment ils nous devancent de ce point de vue la (et cela ma fortement impressionné durant mes séjours), ils ont du bien étudier l’aspect énergétique avant

  6. L’idéé me semble bonne, reste à voir si ça a réellement un inpact sur le moral. Ceci-dit je vois bien l’utilité, déjà que je trouve qu’il fait nuit trop tôt à Berlin (vers 16h) j’imagine que c’est bien pire pour les pays nordiques.

  7. Bonjour,
    Et bien il y a au moins un pays qui se soucie de l’humeur de ses habitants. Compte tenu des bienfaits de la luminothérapie, je trouve que c’est une bonne initiative d’en faire profiter toute le population. En plus dans un pays où le soleil est vraiment rare, des projets du genre contribuent au bien être de tout le monde