Euh, Facebook, c’est les terroristes qu’il faut bloquer, pas les journalistes !

La modération a parfois ses limites, un journaliste vient de vivre pour la troisième fois à ses dépens. Facebook a bloqué le compte de David Thomson pour trois jours, ce spécialiste du djihadisme et de l’État islamique semble plus facile à bloquer que les comptes des vrais terroristes.

Facebook bloque le compte du journaliste David Thomson

Reconnu comme un journaliste de renom, David Thomson vient de voir son compte Facebook une nouvelle fois bloqué par le réseau social, pour une photo issue d’un reportage effectué en 2013 où l’on voit un drapeau islamiste. Le drapeau de l’État islamique est en effet interdit par le réseau social de Mark Zuckerberg.

Le journaliste David Thomson bloqué par Facebook

Lundi, le compte de David Thomson avait été bloqué pour 24 heures, à peine en ligne ce dernier a été une nouvelle fois bloquée pour trois jours cette fois. La raison invoquée par Facebook étant : « utilisateurs qui publient de façon répétée des éléments non autorisés ».

David Thomson, spécialiste du djihadisme qui travaille pourtant pour RFI et qui collabore régulièrement avec le FBI a réagi en expliquant : « Depuis 2014, mon compte a été trois fois désactivé par Facebook sans aucun avertissement préalable. Il a fallu, à chaque fois, que le community manager de RFI intervienne auprès de Facebook pour le rétablir alors que je suis parfaitement identifié comme journaliste. Depuis j’ai dû créer un second compte ».

Facebook bloque le compte du journaliste David Thomson

En plus de ces blocages complets, le journaliste indique qu’il a déjà été bloqué à plusieurs reprises au niveau de l’envoi de messages privés pour des périodes de sept jours pour une raison assez stupéfiante : « du contenu à caractère sexuel » ! Pour David Thomson, il semble que malgré les dires de Facebook assurant que les équipes de modérations sont en grande partie humaines, les faits tendraient plutôt à démontrer qu’il s’agisse d’algorithmes…

Comme toujours, Facebook n’a pas tenu à s’expliquer sur le sujet, mais une chose est certaine depuis quelques temps de nombreuses personnes réalisant des investigations sur les réseaux terroristes et sur l’État Islamique ont été victimes de censure « momentanée » par le réseau social, mais également par Twitter.

Source


Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Mot de passe login pixabay
Sécurité : Google simplifie la double authentification pour accéder à un compte

Progressivement la sécurité des comptes se renforce, notamment avec l’authentification à double facteurs. De plus en plus de services utilisent...

Fermer