Exaspéré par le vol de ses images, l’auteur de BD Manu Larcenet choisit de fermer son blog

L’auteur de BD Manu Larcenet a décidé de stopper son blog. La raison ? Ses images trop souvent récupérées et republiées sur le Web sans autorisation…

Internet est un média qui, avec les années, a fini par véhiculer de nombreuses valeurs plus ou moins intéressantes. L’une d’entre elles prône le partage du type « sur Internet, tout est à tout le monde ». Internet est un outil formidable qui offre des possibilités infinies mais il a également tendance à leurrer ses utilisateurs en  leur faisant croire qu’ils ont le droit d’accéder à tout gratuitement et qu’ils peuvent tout récupérer sans se soucier de quelconques droits d’auteurs. Cette manière de concevoir le ‘partage’ aura eu un raison de la motivation d’un grand auteur de Bande Dessinée Française : Manu Larcenet, connu pour ses nombreux ouvrages, en vrac : Donjon Parade, Le Combat Ordinaire, Blast…

Respecter la ‘règle’

L’homme possède un blog dans lequel il a publié de nombreuses images destinées à montrer le travail d’un auteur BD : des croquis, des réflexions, des planches en cours… En choisissant d’offrir à son public un tel contenu, il espérait non seulement proposer des images exclusives mais aussi montrer tout le travail effectué avant la publication d’une Å“uvre. En échange de toutes ces images inédites, Larcenet demandait une seule contrepartie : respecter « la règle ». Cette règle demandait à chaque visiteur de respecter les images en ne les récupérant pas pour les publier ailleurs sur Internet. Le partage vers les pages du blog étaient bien évidemment autorisées et l’auteur voulait que son contenu reste ancré dans le contexte qu’il avait choisi. « persistant dans l’idée que leur place est ici, dans le décor que j’ai conçu, à ma manière, et que les regarder dans un autre environnement changeait radicalement non seulement leur esthétique, mais aussi leur sens. »

BD

Des internautes irrespectueux

Même si la demande de Larcenet était relativement simple à respecter, elle n’en était pas moins utopique sur Internet. De nombreux internautes irrespectueux n’ont pas hésité à se servir allègrement pour republier les images ailleurs. « force est de constater que beaucoup se sont servis ici pire qu’au Macdo, y compris même des « journalistes »! Ces gens pensent sans doute que ces image n’ont pas de valeur, qu’on peut les détourner, les maltraiter, qu’on peut en faire ce que bon nous semble. C’est oublier que chaque image affichée ici est un bout de mon chemin. Je sais à quel point ça sonne romantique et tout, mais c’est pourtant, en ce qui me concerne, l’exacte vérité.« . Malheureusement, comme souvent, le public respectueux devra payer  pour les autres : Manu Larcenet a décidé de se retirer d’Internet en fermant son blog.

La loi d’Internet

La note de blog et le coup de gueule font réfléchir. Bien évidemment, à partir du moment où l’on publie des choses sur Internet, il faut s’attendre à les voir piratées, récupérées, détournées, croire que les internautes se montreront tous respectueux est purement utopique. Cependant, doit-on pour autant subir cette liberté d’expression nauséabonde décrite par l’un des lecteurs de Larcenet ? « C’est la loi! Sur Internet, tu ne peux pas protéger tes images. Si je veux, je prends n’importe laquelle, je mets des bites et je la montre à tout le monde! C’est ça, la liberté d’expression.« . Quelle est la solution pour ces artistes ? Quitter Internet ? Accepter de voir leurs images volées ?

La note de blog de Manu Larcenet.

Note : l’image n’est pas issue du blog, ni du travail de Manu Larcenet. Utiliser son travail sans autorisation pour illustrer l’article aurait été quelque peu contradictoire…

Image: ‘Sketchboard
http://www.flickr.com/photos/14156469@N04/5397390615
Found on flickrcc.net


12 commentaires

  1. J’ai un peu du mal a comprendre ce qui lui pose problème, si les gents postent des images provenant de son blog, ça ne peut que lui faire de la pub. Je suppose que c’est fait de façon raisonnable : une ou deux images avec un lien vers son blog.

    J’imagine difficilement faire un article sur un auteur de BD sans illustrer avec un de ses dessins ; d’ailleurs, si vous aviez fait un article sur cet auteur pour parler d’un autre sujet, c’est surement ce que vous auriez fait. et ça ne m’aurait nullement choqué.

    Et l’image que vous avez utilisé, avez vous demandé l’autorisation a son auteur ?

  2. « Et l’image que vous avez utilisé, avez vous demandé l’autorisation a son auteur ? »

    @clem : L’image est souslicence Creative Commons BY-SA 2.0 donc oui les conditions de publication sont parfaitement respectées par l’auteur de l’article…

    Il m’a quand même fallu deux clics pour trouver l’info !

  3. Je comprends que ça puisse être ressenti comme du vol mais je pense que cela fait plutôt la pub de l’artiste. Je ne vois pas le problème tant que ceux qui utilisent les images ne font pas de bénéfices avec

  4. @clem
    Typiquement le genre de raisonnement qui mène à une telle réaction : est-ce si difficile à comprendre ?
    En tant que créateur de sites, oui je m’assure qu’une illustration soit gratuite et libre de droits, et autrement je me conforme à la licence… C’est dingue non ? Ca vient d’une notion très ancienne qui s’appelle le respect (si, si, c’est du français).
    Sais-tu que si tu coupes des fleurs dans un jardin, même public, tu es répréhensible ?
    Ou penses-tu – comme beaucoup – que tout doit être gratuit, que tu peux faire ce que tu veux avec le travail d’autrui, etc. ?

  5. Faut arrêter avec « nauséabond ». Avec ça et « citoyen » à toutes les sauces.

    Bon, c’est vrai que Larcenet a manifestement beaucoup de talent, et c’est dommage qu’il quitte le web, mais il y a toute une série de choses que je ne comprends pas. Premièrement, clem a raison, il a choisi le web pour promouvoir son travail et ceux qui se servent de ses dessins lui font de la publicité… Deuxièmement, ce n’est pas comme si on était complètement démuni face à une horde de sinistres voleurs cyniques et malfaisants. La plupart du temps (99% des cas), c’est surtout de l’insouciance; il suffit de demander personnellement au petit inconséquent qu’il fasse disparaître l’objet du délit, et ça va tout seul. Enfin, contrairement à ce que je crois lire entre les lignes, tout est copyrighté sur Internet; ce n’est pas une zone de non-droit. Si vraiment on a affaire à des gens à la fois intraitables et malveillants, il suffit d’alerter le site, sinon la plateforme, sinon Google, et on peut même contacter des avocats spécialistes du copyright en ligne (la profession est en plein boom, ça fleurit partout).

    Ah, et si on se demande pourquoi je n’aime pas « nauséabond », c’est parce que un, c’est devenu la tarte à crème… enfin la tarte à la m… et deux, c’est de la diabolisation (nauséabond parce que le diable pue, etc.) Et puis, c’est infantile: c’est caca!

    Non, Internet a des défauts, il y a des salauds, mais ni plus ni moins qu’ailleurs, et la majorité, c’est de bons gars qui font juste un peu n’importe quoi à l’inspi et avec qui il suffit d’avoir un brin de discussion. Et le copyright ne s’arrête pas où Internet commence.

  6. Il y a bien évidemment tout ce qui concerne la propriété et le droit intellectuel.
    Mais, l’usage d’une oeuvre, d’une image, d’une idée … cela va bien au-delà d’internet.
    On ne peut empêcher les gens de détourner, coller, tronquer, parodier et faire ce qu’ils veulent d’une image. Heureusement que l’on n’a pas interdit Warhol de respecter l’image glamour de Marylin dans son cocon ….

  7. Quoi ? Vous avez copié un lien qui pointe vers le site de Manu Larcenet ? Voleurs !

    « ne pas copier les images pour aller les mettre ailleurs, persistant dans l’idée que leur place est ici, dans le décor que j’ai conçu »

    Mouais, le décor est quand même pas hyper convainquant pour justifier l’idée, comme les arguments de son auteur d’ailleurs…

    « Je voulais mettre là des images que vous n’auriez pas l’occasion de voir »

    Au moins c’est fait et bien fait !

    Merci et adieu Larcenet…

  8. Bonjour,

    Je ne comprends pas de quoi il s’agit. Veuillez s’il vous plait publier les images de cet auteur de BD afin que l’on identifie le sujet.

  9. Je ne suis pas de l avis de certains commentaires.

    Larcenet quoi qu’il en soit est le proprietaire moral des droits relatifs à ses images et productions graphique.

    Ici on ne parle pas de détournement d’image dans le sens parodique du termes.
    On ne parle pas non plus d’un éventuel hommage au travail de l’artiste. Mais de l’utilisation de ce travail sans consentement de son auteur.

    Larcenet tout comme Maëster d’ailleurs voient leur travail continuellement pillés, par des gens qui pensent comme dit dans l article que tout est gratuit… Il n’est pas non plus de leur ressort de devoir engager des fonds pour tenter de faire prévaloir leur droits…il me semble que c’est l’ensemble de notre société qui est garante de ces droits et du respect de ceux ci… Mais le respect une notion tombée en désuétude…

    Et pour ceux ne comprenant pas la démarche de Larcenet peut être aimez vous voir de parfaits inconnus venir pique niquer dans votre jardin car après tout la planète appartient à tout le monde et que l’ombrage de vos arbres semblait accueillant…et ces même qui n’oublieront pas de vous laisser votre accueillant jardin plein de papiers gras…

    Il est clair que le système du droit d’auteur et copyright n’est plus en adéquation avec l’ère du numérique. Mais plutôt que de lui trouver une nouvelle forme plus équitable pour tout le monde. On reste basé sur un système obsolete, qui finit par être plus néfaste pour les artistes qu’il est sensé protéger qu’ autre chose…

  10. Etrange illustration pour illustrer cet article qui ressemble plus au travail d’Edgar P Jacobs qu’à Larcenet. Au passage ce serait cool de citer sa source originale qui n’est pas Flick´r car Flick´r ne fait pas de bd… 🙂

Send this to friend

Lire les articles précédents :
PVNova2
[La télé ? Mais qu’est-ce que c’est ?] : PV Nova

Chaque semaine, La Télé Mais Qu’est-ce Que C’est ? vous propose une chaine YouTube française originale. Le petit écran de...

Fermer