Exclu : le studio digital STEAW rejoint Lonsdale Group

Digitalisation des marques : le studio digital STEAW rejoint l’agence de design Lonsdale Group.

steaw_team-X3nZSO0iKd

C’est le camarade François Le Pichon, aka IamStark pour les intimes, qui me l’a glissé dans l’oreille tard hier soir : la célèbre agence Web Steaw Webdesign (prononcer « stiu »), très connue et prisée des blogueurs (entre autres), intègre Lonsdale Group, une agence de branding et de design.

Si vous ne connaissez pas Steaw, allez donc jeter un Å“il sur leurs références : il y a de grandes chances pour qu’une bonne partie des sites et plus particulièrement des blogs francophones que vous visitez aient été réalisés par cette agence. C’est le cas de la version actuelle de Presse-citron (cf la signature dans le pied de page). Quant à Lonsdale, ce ne sont pas vraiment des perdreaux de la veille puisque l’agence a été créée en 1961, compte 120 collaborateurs, et a parmi ses clients des marques comme 3M, BNP, BUT, Campanile, DIM, Etam, Lafuma, Attractive World pour n’en citer que quelques-uns.

Selon les termes du communiqué de presse :

« Ce rapprochement unique entre un studio digital et une agence de branding répond à un double impératif :

ACCÉLÉRER LA DIGITALISATION DE SES MÉTIERS DU DESIGN.
Nos équipes réunies ont à cœur de créer et déployer des idées innovantes et performantes, autour des trois grandes expertises de Lonsdale : corporate, retail et consumer. Impossible d’imaginer aujourd’hui une identité visuelle qui ne puisse vivre sur une multitude d’écrans, un packaging qui ne renvoie pas à une dimension parallèle digitalisée ou un point de vente dans la conception duquel le digital aurait été négligé.

CRÉER UNE OFFRE DE DIGITAL BRANDING ORIGINALE.
Il s’agit pour le digital d’intégrer dès l’amont l’idée de marque, comme levier central de la conception des projets. C’est la seule façon d’offrir aux marques la garantie d’une cohérence globale des expériences proposées dans tous ses points de contacts et auprès de tous ses publics. Le croisement des regards et des expertises, élément clé de l’ADN de Lonsdale, prend ainsi toute sa dimension. »

J’ai posé quelques questions à François Le Pichon afin d’en savoir un peu plus sur cette transaction :

Comment s’est opéré ce rapprochement ? Qui a approché l’autre ?

C’est Hekla Finance, mandataire spécialisé dans les agences de com, qui nous a mis en relation. De notre coté, nous avions rencontré Olivier Tircazes, président d’Hekla, sur les recommandations d’un ami. L’idée d’un rapprochement avec une plus grosse structure nous paraissait être un cap obligé pour Steaw. Et de son coté, Frederic Messian, président de Lonsdale, avait déjà confié à Hekla la mission de trouver une agence digitale pour rejoindre le groupe. Donc tout s’est fait assez logiquement et rapidement.

Que devient Steaw concrètement ?

On reste les même ! C’est pourquoi nous avons choisi de faire cette aventure. Cela fait 2 mois que nous sommes dans les beaux bureaux de Lonsdale rue Pasquier, et tout se passe pour le mieux. L’équipe n’a pas changé, aucun départ, tout le monde à tout de suite adhéré au projet. Sébastien Doncker et moi sommes toujours à la direction de Steaw, devenons associé du groupe, et nous accueillons un 3ème associé, François Velin, historiquement Lonsdale, qui va nous apporter un regard storytelling à nos dossiers. On continue avec nos clients startups, plus que jamais, et on s’ouvre à un nouveau challenge : travailler directement auprès des grandes marques.

Steaw est un pure player du design web, comment cela s’intègre dans une agence de design « traditionnelle » et « historique » ?

Bien ! On garde notre activité historique et nos clients. Et l’idée est d’apporter aux autres activités du groupe nos expertises en les « digitalisant ». Un bon exemple est notre R&D du moment avec le pôle Retail, autour du iBeacon et des applications embarquées, pour répondre à l’enjeu de la digitalisation des points de ventes. On ne veut justement pas être un Pure Web noyé dans un groupe, mais un partenaire et acteur auprès des autres entités. Le réel enjeux pour nous est d’accompagner nos clients à ne plus utiliser le digital comme un « plus », mais en faire un des piliers de leurs stratégies. Car demain, toutes ces marques seront digitales !

Montant de la transaction ?

Aie c’est confidentiel 🙂  Mais nous avions 3 critères pour le choix de l’agence à rejoindre, et dans cet ordre : humain, le fit avec les futurs associés, le projet, le devenir de Steaw, et enfin le montant, la valorisation. Tout collait parfaitement à nos attentes.


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
j-1
J-1∞ Workshop Presse-citron : 22 workshops pour révolutionner sa start-up

J-7 avant J-1∞ ! C'est le moment pour les inscrits de choisir quels workshops ils désirent suivre.

Fermer