Facebook et Twitter en Chine : entre censure et VPN

Facebook, YouTube, Twitter et de nombreux sites occidentaux sont bloqués en Chine. Mais les règles sont faites pour être transgressées…

Il y a quelques mois, à la veille de l’ouverture de la zone de libre-échange de Shanghai, nous avions évoqué le blocage des réseaux sociaux occidentaux comme Facebook, Twitter ou même YouTube dans l’Empire du milieu. Ceci est vrai. La Chine a commencé à renforcé son contrôle sur le web local, suite à un incident qui remonte à 2009 : des émeutes meurtrières qui ont causé plusieurs morts.

Dans l’empire du milieu, on n’utilise pas Google mais Baidu. On n’a pas Facebook, ni Twitter mais le réseau social Sina Weibo. Derrière celui-ci, on a des dizaines de milliers de modérateurs qui sont payés – sous-payés à ce qu’il parait – pour lire des publications et les bloquer si jamais elles sont jugés « politiquement incorrectes ». Il faut également savoir qu’un certain nombre de mots-clés sont interdits sur ce réseau social. D’après Friday Factory News, des termes comme « Dalaï Lama », « chauve » (?), « Deauville » ou « 11 septembre » y seraient interdits.

Mais comme nous l’avons dit, les règles sont faites pour être transgressées. Si les résidents chinois peuvent se contenter des « produits locaux », les étrangers se sont vite donné les moyens de rester en contact avec leurs amis et familles sur leurs réseaux sociaux habituels et pour consulter des sites courants comme YouTube ou encore le New York Times. Sans utiliser le moindre artifice, de nombreux sites – dont des domaines français – sont tout simplement bloqués.

J’ai récemment parlé avec un ami résidant dans l’Empire du Milieu et je me suis étonné en recevant son message sur Twitter de sa part. J’en ai donc profité pour lui demander plus d’explication. D’après ce dernier, la plupart des étrangers utilisent des serveurs proxy pour surfer « librement » sur mobile. Il ne m’a toutefois pas raconté ce qui pouvait arriver si cette transgression est découverte par les autorités chinoises. Sur PC, ils utilisent des VPN, moyennant une soixantaine d’euro par an, pour visiter les sites bloqués et aller sur les réseaux sociaux auxquels ils sont accros. D’autres utilisent des logiciels comme Web Free qui permettent aussi de surfer anonymement et de contourner les blocages.

Il existe aussi d’autres solutions comme Tor ou PirateBrowser. Pourquoi cet article ? Pour expliquer aux personnes qui, comme moi, ont peut-être reçu des messages Twitter de Chine et qui pourraient penser que les médias racontent n’importe quoi. Le sujet peu aussi soulever cette autre question : si la Chine ne parvient pas bloquer Facebook et Twitter de manière effective, pensez-vous que les Français seront vraiment privés de « streaming illégal » ?

Source : Reuters


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
YotaPhone_b
Le YotaPhone à double écran E Ink et LCD arrive en Europe

Le YotaPhone, ce téléphone russe à double écran (dont l'un au dos à technologie E Ink), arrive sur plusieurs marchés,...

Fermer