Après plusieurs semaines de tests, Facebook déploie massivement une nouvelle fonctionnalité : faire payer les messages privés aux personnalités connues et aux membres avec lesquels vous n’êtes pas ami.

On savait depuis janvier dernier que cette fonctionnalité était dans l’air, puisque des tests étaient menés discrètement, mais selon plusieurs sources c’est désormais devenu réalité : Facebook serait en train de déployer à grande échelle la fameuse option tarifaire qui consiste à faire payer les messages privés aux personnes célèbres.

Selon The Independant, Facebook a commencé à faire payer les membres anglais du réseau qui veulent envoyer un message privé à une célébrité ou à une personne avec laquelle ils ne sont pas amis. A partir de maintenant, quand un membre veut envoyer un message privé, une nouvelle fenêtre apparait, qui affiche un choix presque cornélien : soit vous payez et le message arrive directement au destinataire de la façon que nous avons toujours connue jusqu’à présent, avec notification immédiate, soit vous ne voulez pas débourser un kopek, vous envoyez le message gratuitement et celui-ci arrive dans une boîte de réception « autre », bien moins visible, et sans notification. Autrement dit, si vous ne payez pas, les chances que votre correspondant voie votre message sont très largement réduites, à plus forte raison si celui-ci est un people dont la boîte déborde déjà.

Facebook paid messages Facebook facture maintenant les messages privés aux célébrités

Pour envoyer un message payant, Facebook a fait évidemment très simple :  il suffit, comme pour les Promoted Posts, de dégainer sa carte de crédit, ce qui exclut de facto les utilisateurs de moins de 18 ans. Il se confirme également que les tarifs seront progressifs en fonction de la popularité de la personne à contacter, selon un algorithme qui prend principalement en compte le nombre de followers du membre convoité. Le tarif le plus élevé semble se situer aux alentours de 15 dollars.

L’option, non annoncée officiellement par Facebook au moment où j’écris ceci, serait d’ores et déjà disponible dans trente-six pays, mais après quelques tests, pas encore en France, ou en tout cas pas sur mon compte. Je peux par exemple toujours converser gratuitement avec Barack Obama et Mick Jagger, ce que nous faisons bien sûr quotidiennement.

(source)