Facebook limitera les buzz sur le fil d’actualité

Facebook va vérifier si une publication virale mérite réellement de l’être.

Comme vous le savez peut-être déjà, Facebook utilise des signaux pour déterminer si une publication intéresse les utilisateurs de son réseau social. Ces signaux sont principalement les clics sur les publications, les like, les partages et les commentaires.

Et généralement, les articles, les statuts ou les photos qui font le buzz sur le fil d’actualité sont des publications qui ont reçu beaucoup d’interactions et que le fil d’actualité va booster parce que l’algorithme a considéré que si elles ont reçu toutes ces interactions, c’est parce qu’elles intéresseront le public.

Dans un nouveau billet de blog, Sami Tas, Software Engineer, et Ta Virot Chiraphadhanakul, Data Scientist chez Facebook, expliquent cependant que ces signaux peuvent parfois être trompeurs et que de ce fait, il arrive que des publications aient beaucoup de like, de partages et de commentaires même si celles-ci n’intéressent pas vraiment (tous) les utilisateurs du réseau social. L’exemple cité par Facebook est celui des canulars. Cependant, toutes les publications qui deviennent virales peuvent être concernées.

Afin de distinguer les bons buzz des mauvais, Facebook va se baser sur des sondages auprès de ses utilisateurs. Plus exactement, le numéro un des réseaux sociaux demandera à des utilisateurs de choisir entre une publication virale et une autre publication. Et si un nombre « significatif » de personnes disent qu’ils préfèrent d’autres publications par rapport à la publication virale testée, alors Facebook tiendra compte de ce signal et fera en sorte que cette publication apparaisse moins souvent.

Facebook Sondage

En substance, lorsqu’un contenu devient un buzz, Facebook va effectuer une vérification via ces sondages. Après, il est à noter que ce n’est pas la première fois que Facebook fait le ménage sur le fil d’actualité. En effet, en avril 2014, le numéro un des réseaux sociaux a amélioré son algorithme de fil d’actualité pour que celui-ci pénalise les publications sur lesquelles il est explicitement demandé aux utilisateurs de cliquer sur « j’aime ». Une autre mise à jour pénalisait les sites qui font du clic-bait. Et enfin, en janvier, Facebook a décidé de pénaliser les pages qui diffusent des canulars (mais pas les satires).

(Source)


Nos dernières vidéos

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Google Chrome pour Android veut aussi vous protéger des sites dangereux

Cette fonctionnalité est déjà utilisée sur la version PC du navigateur. Et maintenant, elle est activée par défaut sur Chrome...

Fermer