Facebook prêt à s’auto-censurer pour pénétrer le marché chinois…

Facebook en quête de croissance comme tous les acteurs économiques pourrait bien être confronté à un curieux dilemme dans les mois à venir : défendre la liberté d’expression d’un côté de la planète et la censure d’un autre côté… Le réseau social serait en train de développer des outils de censure pour satisfaire le marché chinois.

Un premier site censuré pour apologie au terrorisme en France

Le réseau social aux 1,7 milliard d’utilisateurs pourrait bien faire un très gros bond à l’avenir, car Facebook travaillerait sur des outils qui rendraient le réseau social compatible avec les exigences de la censure chinoise. Si Facebook parvient à rendre suffisamment hermétique son réseau social, tout en limitant la portée de la liberté d’expression, quelques 720 millions d’internautes pourraient rejoindre ses rangs.

Un peu de censure ne peut pas faire de mal

A titre d’exemple la firme de Mark Zuckerberg aurait déjà mis au point une arme anti liberté redoutable, un système capable de censurer systématiquement et instantanément tous les contenus publiés dans une certaine zone géographique en les supprimant des flux d’actualités. C’est du moins ce qu’affirme le New York Times. Le plus grave étant que Facebook déléguerait cette responsabilité de la censure, à un tiers inconnu, probablement une société liée au gouvernement chinois. De cette façon, le réseau social serait à l’abri des critiques et pourrait se laver les mains de cette banalisation de la censure d’États. Une technologie que de nombreux gouvernements seront heureux d’offrir à leur population pour conserver la main mise sur les peuples, tout en démontrant une forme d’ouverture d’esprit…

Pour l’instant comme le modère le New York Times, rien n’est officiellement fait et Facebook déclare lui-même par le biais d’un porte-parole : «Nous n’avons pas encore pris de décision sur notre approche en Chine», ajoutant : «Notre objectif est pour le moment d’aider les entreprises et développeurs chinois à conquérir de nouveaux marchés hors de Chine en utilisant notre plate-forme publicitaire».

C’est donc pour aider les chinois à travailler que Facebook envisage cette possibilité. Facebook étant interdit en Chine depuis 2009, il faudra voir si cette démonstration de bonne volonté pour enfermer un peu plus les chinois dans une bulle contrôlée par le gouvernement, sera positive pour le business de Mark Zuckerberg et si des centaines de millions de nouveaux utilisateurs feront grossir les statistiques de la marque.

Source


Un commentaire

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Problèmes de confidentialité avec nos batteries de smartphones ?
Une batterie qui se charge en quelques secondes et dure plusieurs jours

Une révolution est en marche dans l’univers de l’électronique, à l’avenir les problèmes de batterie pourraient bien être de l’histoire...

Fermer