Après avoir acquis Onavo et proposé une offre de 3 milliards de dollars à SnapChat, Facebook s’intéresserait à la start-up indienne Little Eye.

Little Eye Facebook sintéresse à la startup indienne Little Eye

Facebook continue son shopping. Après avoir acheté la start-up israélienne Onavo – qui a développé une suite d’applications d’optimisation de la consommation de données – et avoir fait une offre 3 milliards de dollars au fondateur de SnapChat, le réseau social s’intéresse maintenant à la start-up indienne Little Eye. C’est ce que rapportent des médias locaux. A priori, il s’agit d’une acquisition qui sera avant tout bénéfique aux développeurs d’applications de Facebook. Si le deal est conclu, il s’agira également de la première acquisition de Facebook en Inde.

Fondé par des anciens employés d’Apple et d’IBM, Little Eye Labs a développé un outil simple à utiliser qui permet de tester les applications Android. Les données fournies peuvent ensuite être utilisées pour optimiser et corriger l’appli. L’information suggère aussi que Facebook prépare peut-être de nouvelles applications Android. Actuellement, la nouvelle version de l’appli Facebook pour Android – qui n’a rien de très différent par rapport à la version courante – est en phase beta.

Il y a un an, Little Eye avait été récompensé par un programme d’accélération de start-up local. Il est également intéressant de savoir que l’outil en question a quelques similarités avec Crashalytics, acquis par Twitter il y a un an de cela. En revanche, la solution de Littke Eye semble plus appropriée pour faire des crashs test d’applis qui n’ont pas encore été lancées, donc en phase de développement.

Pour le moment, l’information n’a pas été confirmée de manière officielle et nous n’avons aucune idée du coût de cette éventuelle acquisition. Mais quoi qu’il en soit, une telle opération sera forcément bénéfique pour l’environnement start-up local et pour la réputation du programme qui avait récompensé Little Eye, il y a un an. Il reste également à savoir ce que Facebook fera de la société et de sa technologie si cette acquisition se faisait.

(Source)