Facebook sort l’artillerie lourde pour lutter contre le clickbait

Facebook met encore une fois à jour son fil d’actualité pour empêcher le clickbait.

Facebook (Pixabay)

Bien que certains sites aient gagné en popularité grâce au clickbait sur son réseau social, Facebook n’a jamais apprécié cette pratique éditoriale. Pour rappel, le clickbait consiste à publier des articles avec des titres peu informatifs mais auxquels l’internaute ne résiste généralement pas comme « Vous ne devinerez jamais qui sont les deux célébrités qui sont tombées sur le tapis rouge hier soir ».

Dès 2014, le numéro un des réseaux sociaux a commencé à limiter les portées de ce type de publication. A l’époque, sa mise à jour consistait à pénaliser les liens qui ont un fort taux de clic, mais aussi un fort taux de rebond ou bien les liens qui ont un fort taux de clic, mais peu de partages et de commentaires. D’autres mesures contre le clickbait ont été prises, mais force est de constater que celles-ci n’ont jamais vraiment éliminé la pratique.

Un score de clickbait et un algorithme qui va scanner les titres

Cependant, la mise à jour que Facebook est en train de mettre en place pourrait vraiment réduire la portée des pages qui ont adopté le clickbait. En effet, comme le rapporte le site Business Insider, le numéro un des réseaux sociaux a développé un algorithme qui scanne les titres des articles afin de leur attribuer des scores de clickbait. Et les pages Facebook aux scores les plus élevés seront pénalisées (les pages et non les articles).

Cependant, avant de paniquer, sachez que le numéro un des réseaux sociaux a bien fait comprendre qu’avec cette mise à jour, il cible les cas les plus extrêmes. Et d’autre part, si vous sentez que vous avez été affecté par cette mise à jour, il vous suffira de réviser votre ligne éditoriale pour que votre portée retourne à la normale (ou pas).

(Source)

Répondre

Lire les articles précédents :
Samsung-presente-galaxy-note-7
Le scanner d’iris du Note 7 pourrait arriver sur des mobiles moins chers

Samsung veut des scanners d’iris sur les smartphones du segment milieu de gamme.

Fermer